Quels étaient les liens entre Stephen Hawking et la Russie?

Getty Images
Brillant esprit et physicien le plus célèbre de son époque, il s’est rendu en Union soviétique à de multiples reprises et a plus récemment soutenu un milliardaire russe dans son ambitieuse initiative d’explorer l’Univers.

Le 14 mars 2018, Stephen Hawking, physicien théoricien et cosmologue mondialement reconnu, nous a quitté à l’âge de 76 ans. Ce génie britannique, connu pour ses travaux sur les trous noirs et la relativité, est à l’origine de nombreux ouvrages, notamment Une brève histoire du temps.

Voyages en URSS et contrebande

Le public et ses homologues scientifiques en Russie, comme partout ailleurs dans le monde, sont bouleversés par la disparition de Hawking. Alexeï Starobinski, astrophysicien et cosmologue soviétique et russe, a eu la chance de le connaître dès 1973, lors d’une visite de Hawking à Moscou au cours de laquelle ils se sont entretenus, en compagnie de Iakov Zeldovitch, au sujet des trous noirs.

« Il était réellement un scientifique hors du commun, a confié Starobinski à l’agence de presse TASS. Son rêve était, dans l’absolu, non pas seulement d’expliquer les choses, mais de calculer tout ce que l’on observe aujourd’hui. C’était une mission ambitieuse et il est presque parvenu à l’accomplir ».

Lire aussi : Cinq découvertes russes récentes qui ont bouleversé la science

Comme Hawking l’a précisé dans son autobiographie La brève histoire de ma vie, il s’est rendu en URSS par sept fois, principalement pour des raisons académiques, afin de rencontrer des scientifiques soviétiques qui n’étaient pas autorisés à voyager en Occident.

« La première fois j’étais avec un groupe d’étudiants, dont l’un des membres était baptiste et distribuait des copies de la Bible en russe, il nous a demandé de faire passer secrètement ces livres par la frontière, avait évoqué Hawking à TASS en 2016. Nous l’avons fait sans nous faire remarquer, mais à notre retour les autorités s’en sont rendues compte et nous ont arrêtés pour quelque temps. Néanmoins, nous accuser de trafic aurait pu causer un scandale international et une publicité non désirée, alors ils nous ont laissés partir au bout de quelques heures ».

Dans cette même interview il avait affirmé avoir apprécié ses séjours en Russie et qu’il aurait aimé y retourner.

Lire aussi : Pourquoi la Russie désire-t-elle construire un hôtel de luxe à bord de l'ISS?

À la recherche de vie extraterrestre

Durant les dernières années de sa vie, ce cosmologue de renommée internationale a également soutenu un ambitieux projet initié par l’entrepreneur russe Iouri Milner, influent investisseur technologique et fondateur du fonds d’investissement DST Global.

Fort de l’appui de Hawking et de Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, le projet, baptisé Breakthrough Initiatives vise à « explorer l’Univers, à chercher des preuves scientifiques de vie extraterrestre, et à encourager le public à débattre au niveau planétaire ».

« Se basant sur les découvertes de radiotélescopes et de propagations de radiations lasers ils espèrent trouver des signes d’intelligence et prouver que la Terre n’est pas la seule planète abritant la vie dans l’Univers. Une telle trouvaille changera radicalement notre compréhension de l’espace », considérait Hawking.

Lire aussi : Les bactéries les plus résistantes de la Terre sont-elles la clé de notre existence?

Par le biais d’une annonce conjointe en 2016, Hawking et Milner avaient par ailleurs levé le voile sur l’étude et programme d’ingénierie Breakthrough Starshot, jouissant d’un investissement de 100 millions de dollars. La première étape consiste en la construction d’un petit appareil équipé de caméras et de transmetteurs capable de voler jusqu’à Alpha Centauri, le système stellaire le plus proche de notre planète. Malheureusement, Hawking n’aura pas la chance d’assister au développement du projet.

Voyager avec succès vers des planètes lointaines est l’une des choses que Hawking pensait être vitales pour le futur de l’humanité. Mais comment la vie dans l’espace peut-elle affecter notre organisme et comment s’y adapter ? Voici ce sur quoi planchent ces scientifiques russes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer