Côté obscur: trois catastrophes majeures du programme spatial soviétique

TASS
Malgré les succès indiscutables du programme spatial soviétique, tout ne s'est pas déroulé sans heurts et l'exploration spatiale a coûté cher à l'Union soviétique. Voici les trois principales catastrophes survenues dans l'Union soviétique qui ont souligné les dangers des missions spatiales.

1. Soyouz 1

Au milieu des années 1960, la compétition spatiale entre les deux superpuissances prenait de l'ampleur, mais l'Union soviétique, après le succès initial lié au lancement de Spoutnik et l’envoi du premier homme dans l'espace, accusait un certain retard. Du moins, telle était l’impression qui régnait au Kremlin. À l'époque, les États-Unis renforçaient leur programme spatial et les dirigeants soviétiques avaient besoin de réalisations pour le contrebalancer. Dans ce contexte, Moscou a placé ses espoirs sur un nouveau vaisseau spatial - Soyouz. Il était appelé à remplacer les vaisseaux spatiaux Vostok qui avaient amené Iouri Gagarine en orbite en 1961. Soyouz a été développé dans le cadre du programme lunaire soviétique.

En 1967, le nouveau vaisseau spatial n'était pas entièrement prêt, mais ceux qui étaient au sommet de l’État ne voulaient pas attendre plus longtemps. En avril de la même année, il était prévu non seulement de réaliser le premier lancement de l'engin spatial, mais aussi le premier lien spatial avec un autre vaisseau spatial, Soyouz 2, qui devait être lancé peu de temps après. Deux membres de l'équipe devaient passer sur Soyouz 1 et revenir sur Terre.

Lire aussi : Comment le vol de Gagarine a marqué la mémoire des Russes

Vladimir Komarov

Malgré le fait que Soyouz 1 fût encore un projet qui manquait d'aboutissement, la fusée a été lancée. Il y avait à bord un cosmonaute expérimenté âgé de 37 ans, le colonel Vladimir Komarov. Lorsque Soyouz a atteint l'orbite, des problèmes ont commencé à apparaître. Le lancement de Soyouz 2 a été annulé et Soyouz 1 a dû revenir sur Terre.

Cependant, il s'est avéré que le système de navigation de l'engin était cassé, et beaucoup dépendait des compétences de Komarov alors qu'il dirigeait l'engin manuellement. Il a réussi à amorcer la descente sur la bonne trajectoire et quand tout le monde pensait que le pire était déjà derrière eux, le parachute principal qui devait ralentir la chute de la capsule de l'engin ne s'est pas ouvert. Vladimir Komarov est mort lors de la collision avec le sol.

Lire aussi : Cimetière marin: où finissent les vaisseaux spatiaux après leur «mort»?

« Nous avons découvert le corps de Komarov une heure après avoir commencé à nettoyer les débris. Au début, il était difficile de comprendre où étaient sa tête, ses bras, ses jambes. Apparemment, Komarov a été tué quand l'engin a touché le sol, et le feu a transformé son corps en un petit morceau de 30 centimètres sur 80 », écrit (l'article est en russe) l'un des chefs de la mission de sauvetage. Jusqu'à présent, on ne sait pas exactement pourquoi le parachute ne s'est pas ouvert. La mort de Komarov est devenue la première perte lors d'un vol spatial.

2. Soyouz 11

Cette fois-ci, la catastrophe a coûté la vie à trois cosmonautes soviétiques. Ils étaient les premiers à être entrés dans la première station spatiale mondiale, Saliout 1.

Gueorgui Dobrovolski, Vladislav Volkov et Viktor Patsaïev sont arrivés avec succès dans la station spatiale le 7 juin 1971 et y sont restés jusqu'au 30 juin. La mission était censée être plus longue, mais un incendie s'est produit, et leur séjour a été raccourci.

Lire aussi : Ce que les cosmonautes soviétiques faisaient entre leurs missions

Au début, le retour de Soyouz 11 semblait bien se passer. Il n'y avait pas de problèmes avec les parachutes. Cependant, lorsque la mission de sauvetage a trouvé la capsule après sa descente, ils ont frappé sur la coque sans recevoir de réponse. Quand ils ont ouvert la trappe, « ils ont trouvé les trois hommes (...) immobiles, avec des taches bleu foncé sur le visage et des traces de sang sortant du nez et des oreilles (...) Dobrovolski était encore chaud », a rappelé le président de la Commission d'Etat qui a mené l'enquête sur l'incident, Kerim Kerimov. L'équipe de secours a essayé de faire une réanimation cardio-pulmonaire sur les cosmonautes, mais ils étaient déjà morts. L'autopsie a montré que la cause de leur mort était la décompression de la capsule et l'asphyxie consécutive.

En tant que cause de la tragédie, on a cité un problème lié à une soupape de ventilation respiratoire. La valve s'est ouverte lors de la descente de la capsule à une altitude de 168 kilomètres. En quelques secondes, la pression dans la capsule a chuté. La position des corps des cosmonautes a permis de conclure que jusqu'au dernier moment ils ont essayé d'arrêter la fuite d'oxygène de la capsule, mais ils n'ont pas eu assez de temps.

Lire aussi : Pourquoi les Soviétiques n’ont-ils pas marché sur la Lune?

Viktor Patsaïev, Vladislav Volkov et Gueorgui Dobrovolski

Le lancement suivant du vaisseau spatial Soyouz n'a eu lieu que 27 mois après la tragédie. La conception de l'engin a été modifiée. L'équipage a été réduit à deux membres car trois personnes ne pouvaient pas y entrer dans les combinaisons spatiales. Les cosmonautes ont commencé à les porter pendant la descente pour ne pas répéter le destin de Soyouz 11 et survivre en cas de dépressurisation.

3. Tragédie au cosmodrome de Plessetsk

Cette tragédie est celle qui a causé le plus grand nombre de morts: des dizaines de personnes sont mortes à cause d'une explosion sur le pas de tir du cosmodrome de Plessetsk, dans le nord de la Russie.

Le 18 mars 1980, un lancement du missile Vostok-2M avec un satellite espion pour l'armée était planifié. Le missile était considéré comme extrêmement fiable. Il n'y a eu qu'un seul incident avec ce type de missiles en 16 ans. Il n'y avait eu aucun problème depuis 1970.

Lire aussi : Vaisseau, boulot, dodo: combien gagne un cosmonaute russe?

Avant cet incident, le missile a été vérifié et aucun défaut n'a été décelé. Cependant, pendant le ravitaillement du missile, un incendie s'est déclaré et des dizaines de tonnes de carburant ont commencé à brûler. Heureusement, l'équipe sur la rampe de lancement a réussi à évacuer les camions avec du carburant, sans quoi le bilan de la tragédie aurait été encore plus lourd.

44 personnes sont mortes dans l'incendie, quatre autres sont mortes plus tard des suites de leurs blessures. La Commission d'État a imputé l'incendie à ceux qui étaient chargés de remplir les réservoirs. Pourtant, 16 ans plus tard, une commission indépendante les a acquittés et a trouvé la vraie cause de l'incendie - les matériaux qui étaient utilisés dans les filtres d'alimentation.

L'incendie sur le pas de tir à Plesetsk n'était pas le seul incident de ce genre en URSS. Une tragédie similaire s'est produite au cosmodrome de Baïkonour en 1960. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet ici.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies