Les bactéries les plus résistantes de la Terre sont-elles la clé de notre existence?

AFP
Des organismes mystérieux font à nouveau la une des journaux: les cosmonautes russes ont découvert des bactéries vivantes accrochées à la surface externe de la Station spatiale internationale. L'un d'entre eux, Bacillus pumilus, est une bactérie sporulante commune dans le sol de la Terre, et elle pourrait prouver que la vie sur notre planète vient de l'espace.

Des bactéries vivantes ont été découvertes à l'extérieur de la Station spatiale internationale, a déclaré le cosmonaute russe Anton Chkaplerov à l'agence de presse d'État TASS cette semaine.

Les cosmonautes ont nettoyé le segment russe de l'ISS pendant leurs sorties spatiales et renvoyé les échantillons sur Terre. Leurs tests ont montré que les prélèvements contenaient des types de bactéries qui n'étaient pas sur le module lors de son lancement initial en orbite.

« Des bactéries qui n'étaient pas présentes lors du lancement du module ISS ont été trouvées sur les prélèvements, a déclaré M. Chkaplerov à TASS. Ils ont donc volé de quelque part dans l'espace et se sont installés sur la coque extérieure ».

Lire aussi :  Journal de l'espace: égalité des sexes, privation de sommeil et mooncake

Il a également fait savoir que des missions similaires avaient trouvé des bactéries capables de survivre à des températures comprises entre -150°C et 150°C. Ces bactéries semblent provenir de la Terre - mais tout suggère qu'elles peuvent survivre dans les environnements difficiles de l'espace.

Selon Elena Choubralova, spécialiste en chef de l'Institut central de recherche en génie mécanique, une bactérie provenant de l'ISS a été identifiée comme Bacillus pumilus. Elle peut également être trouvée dans le sol de la Terre, mais le micro-organisme de l'espace était « plus actif », a déclaré l'experte.

Ce n'est pas la première fois que Bacillus pumilus se révèle aux cosmonautes russes: la mystérieuse bactérie se retrouve presque dans toutes les missions. Qu'elle provienne de l'espace ou de la Terre, elle peut certainement survivre à un rayonnement intense.

Lire aussi : Des chercheurs russes prédisent un nouvel âge glaciaire sur Terre

Dans une expérience menée sur la Station spatiale internationale en 2011, les spores de Bacillus pumilus ont survécu pendant près de 20 mois. Les scientifiques ont lancé des bactéries sur une fusée. Les échantillons ont été déposés non seulement sur la surface externe de la fusée, mais également dans les rainures des têtes de vis des modules expérimentaux qu'elle portait.

La fusée a atteint un taux d'accélération de 18 G lors de l'entrée dans l'atmosphère terrestre, se réchauffant jusqu'à des températures supérieures à 1 000°C. Lorsqu'elle a atterri, les molécules d'ADN ont non seulement été trouvées intactes, mais elles ont également été capables de transmettre des informations génétiques à des cellules bactériennes.

L'expérience a montré que les vaisseaux spatiaux pouvaient transporter de l'ADN terrestre vers d'autres planètes.

Lire aussi : Comment l’industrie spatiale russe participe-t-elle à l’activité du cosmodrome de Kourou?

La bactérie mystérieuse a d'autres qualités incroyables. Des chercheurs de Singapour ont récemment découvert qu'à l'état de spore, Bacillus pumilus est capable de survivre à des conditions très difficiles.

Les chercheurs ont utilisé des faisceaux de rayons X de différentes énergies sur les bactéries, mais les premiers résultats ont provoqué une surprise troublante. « Lorsque nous avons examiné les données, nous ne pouvions pas comprendre pourquoi nous avons fini avec plus de bactéries que nous avions commencé », a déclaré Derrick Yong, chercheur à l'Institut de technologie de fabrication de Singapour.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer