Le réseau social russe VKontakte lutte pour le contrôle des données de ses utilisateurs

Getty Images
Non seulement les réseaux sociaux collectent nos données personnelles mais ils luttent également pour en obtenir les droits exclusifs. VKontakte, alternative russe à Facebook, a décidé d’intenter un procès contre la compagnie Double Data, basée à Moscou, pour avoir analysé le profil de ses utilisateurs afin d’évaluer leur solvabilité.

Les réseaux sociaux et les géants du Web ont accumulé d’immenses quantités de données concernant chacun de leurs utilisateurs, comprenant notamment leurs intérêts, leurs achats, leurs historiques de recherches et de localisation. Selon le Princeton Web Transparency & Accountability Project, 76% des sites internet contiennent aujourd’hui des traceurs Google dissimulés, et 24% sont dotés de traceurs Facebook cachés.

Grâce à toutes ces informations privées, ils sont en mesure de proposer un ciblage bien plus performant que leurs concurrents. Il en résulte ainsi qu’ils représentent à eux deux 63% de la publicité numérique et 74% de la croissance de ce marché en 2017. Mais ils ne sont pas les seuls à tenter de faire du profit en utilisant nos données personnelles. Par exemple, Leddo, compagnie basée à Singapour, analyse le profil sur les réseaux sociaux et le comportement en ligne de leurs clients afin d’évaluer leur solvabilité et les risques qu’ils représentent en termes de remboursement.

Lire aussi : Qu’est-ce que les Russes ont le plus cherché sur le moteur de recherche Yandex en 2017?

La plupart des projets collectant nos données personnelles en ligne sont seulement capables d’accéder aux informations que nous partageons en public, et non pas avec nos amis (d’où l’importance d’accorder une attention particulière aux paramètres de confidentialité).

Néanmoins, la société Double Data s’est attiré les foudres de VKontakte après avoir analysé le profil des utilisateurs de ce dernier afin de déterminer leur solvabilité. Elle vendait ensuite ces informations aux banques.

Le réseau social russe a donc entrepris une poursuite judiciaire à l’encontre de Double Data, exigeant l’arrêt de cette collecte non autorisée de données et le versement d’une compensation symbolique d’1 rouble (0,014 euros). Fin janvier, la cour a donné raison à VKontakte, mais Double Data compte faire appel.

Lire aussi : Six questions sur Internet et la connexion mobile en Russie

« Nous ferons définitivement appel de cette décision puisqu’elle restreint la liberté de rechercher et d’accéder aux informations publiques sur Internet, a ainsi assuré Maksim Guinjouk, directeur de l’entreprise. Les données appartiennent aux utilisateurs, et seuls eux peuvent décider. Si les données sont ouvertes sur Internet, elles peuvent être utilisées ».

Selon lui, Mail.ru, premier actionnaire de VKontakte, investit lui-même dans ses propres produits pour que les banques russes puissent analyser les données et évaluer les risques.

En 2017, HiQ Labs, une startup de San-Francisco utilisant des algorithmes pour prédire le comportement des employés, comme la possibilité qu’ils démissionnent, a gagné un procès contre LinkedIn. En effet, un juge fédéral américain a estimé que le réseau social ne pouvait empêcher une startup d’accéder aux données du profil public de ses utilisateurs et a donc ordonné à LinkedIn de retirer dans les 24 heures tout système entravant l’accès d’HiQ Labs à ces informations.

La question des données personnelles des internautes fait l'objet de nombreux débats en Russie. Voici cinq questions que vous pourriez être amené à vous poser au sujet de l'utilisation des VPN dans ce pays.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies