L'armée russe recevra sa première «Perceuse» autoguidée

Dmitry Reshetnikov/TASS
Baptisée «Drel» (perceuse), cette nouvelle bombe guidée d'une demi-tonne peut détruire toute une batterie d'artillerie en une seule explosion.

Pour la première fois, la nécessité de créer une nouvelle bombe a été évoquée au début du XXIe siècle. Et dès la première semaine de la nouvelle année 2018, l'arme fatale sera fin prête à être livrée aux troupes.

Pourquoi est-elle nécessaire?

Pendant la campagne syrienne, la Russie a massivement utilisé des bombes aériennes FAB-500 non guidées créées il y a un demi-siècle.

Il convient de souligner qu'il s'agissait de munitions techniquement et moralement obsolètes, mais néanmoins partiellement modernisées. Ainsi, dans chacune d'entre elles, l'armée russe avait intégré un système de ciblage. Autrement dit, à partir d'armes non guidées, les bombes sont devenues des munitions à pointage, ce qui a aidé le matériel militaire russe à éviter les pertes parmi les civils pendant les opérations de combat contre l’organisation terroriste Daech.

Lire aussi : La Russie crée le premier fusil au monde capable de frapper l’ennemi à 4 km

Cependant, des munitions créées il y a 50 ans ne sont pas adaptées en cas d'éventuels combats avec des puissances militaires technologiquement avancées - tous les moyens modernes de défense antiaérienne pourraient abattre non seulement les bombes non guidées, mais aussi « révéler » le bombardier lui-même sur les radars grâce à la trace laissée par les bombes.

Ainsi, non seulement la vie des pilotes serait en danger, mais le succès de l'opération serait mis en péril.

Prenant tout cela en considération, l'armée russe a commencé à réfléchir à la création de nouvelles armes, qui occuperont l'une des niches vacantes en termes de munitions aériennes.

Lire aussi : Comment la Russie combat-elle les drones?

«Perceuse» autoguidée

Dans les années à venir, les munitions FAB-500 non guidées seront remplacées par des projectiles planants autoguidés qui ont été baptisés « Drel » (perceuse).

Il s'agit d'une bombe à sous-munitions avec 15 éléments contenant des shrapnels en cuivre, qui volent dans différentes directions à une vitesse de 3 kilomètres par seconde, transperçant tous les équipements, quel que soit leur blindage.

Les bombes aériennes non guidées reviennent à l'État beaucoup moins cher que les missiles de haute précision ne serait-ce qu'en raison de l'absence de moteur de fusée à réaction. En même temps, la masse explosive d'une munition de 500 kg, comme celle du Drel, constitue 70% de son poids total. Autrement dit, une ogive contient plus de 370 kilogrammes d'explosifs bourrés de shrapnels en cuivre, qui lors de l'explosion voleront dans toutes les directions à une vitesse de trois kilomètres par seconde.

Lire aussi : Le chasseur russe de cinquième génération vole avec son nouveau moteur

La nouvelle bombe a été créée pour être larguée sur l'ennemi à une distance de 30 kilomètres, et grâce au système de navigation GLONASS elle peut atteindre la cible avec le niveau de précision désiré (contrairement aux munitions non guidées du siècle dernier).

À l'avenir, les armuriers prévoient d'équiper le produit d'un moteur à haute énergie pour augmenter radicalement la portée d'application de Drel.

Qui des États-Unis ou de la Russie possède la plus puissante ? Trouvez la réponse dans notre article.

https://fr.rbth.com/defense/2017/04/14/superbombes-qui-des-etats-unis-ou-de-la-russie-possede-la-plus-puissante_742997

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer