L'armée russe sera équipée de canons électromagnétiques

RT
Au cours des six derniers mois, les forces spéciales russes ont testé dans les batailles syriennes les premiers canons électromagnétiques qui, dans les années à venir, entreront en service dans toute l'armée. La seule question est de savoir lequel des producteurs nationaux recevra un contrat de plusieurs millions de dollars pour la création d'armes de hautes technologies dernier cri destinées aux troupes.

Les premiers échantillons d'un nouveau type d'armes ont été présentés au monde il y a six mois lors du salon d'armement Armée qui s'est tenu dans la région de Moscou. Après cela, certaines des nouvelles armes ont passé leur « baptême du feu » en Syrie.

Selon Dmitri Klotchko, responsable de l'entreprise qui produit les canons électromagnétiques Stoupor, il s'agissait de la première application de canons électromagnétiques dans des opérations de combat réelles. Selon lui, son arme est conçue pour supprimer les signaux Wi-Fi et GPS des terroristes de Daech, qui dirigent des drones pour des opérations de reconnaissance. Stoupor est capable de « frapper » l'ennemi à une distance d'un demi-kilomètre et de bloquer ainsi complètement le champ de vision des terroristes.

Lire aussi : Kalachnikov crée le premier russe canon anti-drone

Comme le rapporte la publication Tut.by, les petits drones de Daech infligent de sérieux dégâts aux troupes combattant les terroristes. Par exemple, ils ont détruit un entrepôt de munitions de l'armée syrienne au stade de Deir ez-Zor, abattu le commandant d'un char irakien Abrams, et détruit un voiture blindée Humvee des forces de sécurité irakiennes et d'autres cibles.

Des canons électromagnétiques au lieu des AK-47

La société Kalachnikov a également décidé de rester en phase avec ses concurrents sur le marché et a présenté au monde sa conception REX-1.

Comme l’a confié à Russia Beyond le chef des projets spéciaux du Groupe Zala Aero Nikita Khamitov (filiale de la holding Kalachnikov qui développe ces armes), ce « canon » radio-magnétique coupe les canaux de commande et les données les plus courantes dans le monde des drones. Il comporte également un certain nombre de blocs électromagnétiques et infrarouges modulaires qui couvrent les canaux GSM, GPS, Glonass, Galileo [les trois derniers constituent différents systèmes de navigation par satellite - ndlr] et d'autres.

Lire aussi : Nouvel aéroglisseur russe: un engin de l'apocalypse qui ne craint aucun obstacle

Selon lui, pour chaque objectif et tâche spécifique, il est possible de changer le « canon » en quelques secondes, comme pour remplacer le magasin d'un fusil-mitrailleur, et d'installer l'unité nécessaire.

Grâce à cela, le tireur économise la puissance de la batterie, qui peut néanmoins réaliser un « bombardement continu » d'une durée de quatre heures. Après cela, l'opérateur peut soit recharger le pistolet pour quatre heures supplémentaires à partir d'une prise ordinaire de 220 volts, ou connecter une batterie supplémentaire au connecteur et continuer le combat.

La réaction des drones à un tel bombardement sera variable. Selon le modèle, le drone a deux principes de communication en cas de perte de liaison avec l'opérateur : soit il retourne au point de départ, soit il procède automatiquement à l'atterrissage.

« Dans ce dernier cas, l'hélicoptère disparaît des moniteurs ennemis. Et vous avez en fait un nouveau jouet à portée de main », a ajouté Khamitov.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer