Kalachnikov crée le premier russe canon anti-drone

screenshot/RT/youtube.com
Le canon électromagnétique REX-1 brouille les signaux GSM et GPS utilisés pour communiquer avec les drones, et peut même temporairement désactiver une bombe déposée par des terroristes.

Les premiers canons électromagnétiques contre les drones ont été présentés par le holding russe Kalachnikov lors de l’exposition Armée-2017 qui se tient dans la région de Moscou. Les prototypes suivent leurs premiers tests dans les unités de la Garde nationale.

« C’est un canon radio-magnétique qui brouille les canaux de commande et de transmission de données les plus courants dans le monde des drones. On a en outre installé un certain nombre d’unités électromagnétiques et infrarouges amovibles qui coupent les canaux GSM, GPS, GLONASS, Galileo [les trois derniers  sont différents systèmes de navigation par satellite, ndlr] et d'autres », a confié à RBTH Nikita Khamitov, chef de projets spéciaux de Zala Aero Group, l'entreprise conceptrice de la nouvelle arme, qui fait partie du holding Kalachnikov.

Selon lui, pour chaque objectif et tâche spécifique, il est possible de changer le canon en quelques secondes et d'installer le périphérique nécessaire, comme on change le magasin d’un fusil-mitrailleur.

Grâce à cela, le canon permet d’économiser les batteries, qui, néanmoins, peuvent mener un « bombardement continu » pendant quatre heures. Après cela, l'opérateur peut soit recharger le pistolet pendant quatre heures à partir d'une prise ordinaire de 220 volts, soit connecter une batterie supplémentaire et poursuivre la lutte.

La réaction des drones à un tel bombardement est variable. Selon les modèles, les drones ont deux principes de réaction en cas de perte de communication avec l'opérateur: ils retournent au point de départ ou atterrissent automatiquement. « Dans ce dernier cas, l’engin disparaît des moniteurs ennemis. Et vous, en fait, avez un nouveau jouet à portée de main », a ajouté Khamitov.

Une arme contre les terroristes

« La particularité de cet appareil est la possibilité de supprimer non seulement les drones, mais aussi les dispositifs explosifs qui sont activés à distance – comme dans un film, via un appel téléphonique ou un sms. Cette arme éteint tous les signaux de l'extérieur et donne à l'équipe de démineurs le temps d'arriver sur les lieux et d'éliminer complètement la menace », a précisé Khamitov.

En outre, REX-1 dispose d'une fonctionnalité qui peut être aussi bien utile que dangereuse, selon les conditions de la bataille. Pendant les opérations, ce canon éteint tous les signaux Wi-Fi, 3G, LTE à une distance d'un kilomètre de son faisceau électromagnétique, qui n'est pas visible par l'œil humain.

Alors si vous téléchargez des films sur un ordinateur portable près de l'endroit où une bombe a été posée, désolé, il faudra attendre un peu.

Une version civile aussi

Selon Khamitov, une version du canon pourrait également être créée pour le marché civil. Mais sans certaines options – par exemple, dans la version civile, il n'y aura pas de périphérique de suppression des signaux GPS.

Le coût des armes sera déterminé après un certain temps, lorsque les unités de la Garde nationale auront déterminé le volume qu’elles sont prêtes à acheter. « Si vous regardez le marché, notre système en version civile pourrait sortir sur le marché pour un prix d'environ 5 000 dollars », a déclaré Khamitov.

Lire aussi : 

Une Lada du futur spécialement conçue pour l’armée russe

Des « oiseaux de nuit » venus de Russie pour combattre Daech

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.