Journal de l'espace: égalité des sexes, privation de sommeil et mooncake

Ilya Rukavishnikov, Anna Kikina, Mark Serov, Natalia Lysova, Viktor Fetter, Elena Luchitskaya.

Ilya Rukavishnikov, Anna Kikina, Mark Serov, Natalia Lysova, Viktor Fetter, Elena Luchitskaya.

SIRIUS
Trois hommes et trois femmes se dirigent vers la Lune pour 17 jours. Vivant en isolement, ils mèneront 40 expériences scientifiques. Cependant, ces voyageurs intrépides n'ont jamais vraiment quitté la Terre. Ils sont enfermés dans un vaisseau spatial simulé à Moscou, à l'Institut des problèmes biomédicaux (IBMP).

Une nouvelle expérience d'isolement, Sirius-17, a débuté le 7 novembre et fait partie d'un projet conjoint russe-américain. Le projet Sirius (signifiant Recherche scientifique internationale à l'intérieur d'une station terrestre unique) étudie l'impact de la privation de sommeil sur la performance humaine, ainsi que la manière dont le ratio d'hommes et de femmes influence une mission spatiale.

La Russie souhaite également tester de nouvelles technologies pour son vaisseau spatial Fédération qui est en cours de développement et sera chargé d'emmener des hommes et des chargements sur la Lune. L'objectif du projet est de remplacer le vaisseau spatial vieillissant Soyouz qui transporte des astronautes et des fournitures à la Station spatiale internationale (ISS).

L'expérience, appelée Sirius-17, est la première de plusieurs à venir au sein du programme Sirius, qui va augmenter la période d'isolement à 365 jours au cours des cinq ans à venir. La plupart des membres d'équipage sont des chercheurs ou des cosmonautes en formation de Russie. Il y a aussi un citoyen allemand, Viktor Fetter, spécialiste de la culture de plantes dans l'espace.

Pendant le vol, les participants doivent écrire un journal, et Russia Beyond est le premier à publier ses entrées récentes.

Lire aussi : Un artiste russe immortalise des paysages cosmiques… sur Terre

Natalia Lyssova, chercheuse

La nuit dernière, j'ai eu l'impression totale d'un vol réel : nous communiquions avec la Terre depuis la salle de radio et seulement avec des messages courts. C'est un vrai isolement... Les cosmonautes, en passant, disent que la Terre sent les pommes; c'est ce que nous sentons aussi.

Mark Serov, commandant de la mission

La journée a commencé par la gestion manuelle du modèle du vaisseau spatial Fédération. Nous avons effectué l'expérience immédiatement après le sommeil pour rendre l'exécution aussi difficile que possible ... nous avons surmonté la tâche ! Cela signifie que nous sommes maintenant un peu plus près de comprendre le fait que l'interface homme-machine s'assurera que nous effectuions bien nos tâches pendant le . La prochaine session aura lieu quand nous serons privés de sommeil. Cela signifie que nos compétences et notre équipement seront confrontés à des défis encore plus difficiles.

Victor Fetter, ingénieur de vol

Toute la nourriture était complètement expérimentale et développée pour les vols spatiaux, mais ils ont oublié de nous donner une clé pour ouvrir les tubes. Par conséquent, nous avons créé un appareil fait maison à partir d'une planche à découper en bois afin d'ouvrir les tubes. Lorsque nous avons testé cet outil, cependant, le tube a éclaté parce qu'un morceau de viande était coincé dans le col du tube. Les développeurs reçoivent de nous des journaux sur l'alimentation afin d'améliorer leurs produits pour les vols spatiaux réels.

Lire aussi : «Le pire dans l’espace, c’est ce que vous avez oublié de faire sur Terre»

Elena Louchitskaïa, chercheuse

Le deuxième jour du « vol » est plein d'expériences médicales. Bien sûr, l'une des impressions les plus fortes est la réalité virtuelle. Immersion totale! C'est quelque chose d'incroyable! Comme si je volais vraiment sur les modules de la station spatiale! J'ai regardé comment nous avons survolé l'Italie - je suis restée bouchée bée! Je pouvais voir les montagnes et les rivières. Et il est possible de sortir dans l'espace ouvert - pour voir le ciel étoilé, la Terre et les panneaux solaires en dessous. Tout est si brillant ! Nous étudions comment notre circulation sanguine a changé et évaluons la fatigue pendant les tests.

Natalia Lyssova, chercheuse

Salut tout le monde! Aujourd'hui, nous avons finalement atteint la Lune et nous avons eu la chance de commander le Rover lunaire. Il semble que ce soit mon genre de missions... Pour célébrer l'arrivée, nous avons préparé du mooncake, ce qui a probablement été une surprise pour les spécialistes qui s'occupent de notre alimentation. Découvrez la recette, que vous pouvez essayer à la maison.

Lire aussi : Comment faire passer en douce de l’alcool… dans l’espace

  • Pain croustillant de l'espace - 2 paquets
  • Miel spatial - 1.5 pots
  • Confiture de fraises spatiale - 1 paquet

Mettez la première couche de pain croustillant sur le plateau et ajoutez le miel sur le dessus. Étaler la couche suivante et couvrir de confiture de fraises ; attendez qu'il s'imbibe (nous n'avons pas eu la patience). Le gâteau nous a donné de la force avant la prochaine étape de notre mission expérimentale. De nouveaux objectifs et tâches ainsi que de nouvelles réalisations et découvertes nous attendent !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies