L'équipage d'un «module spatial» au sol entame à Moscou un «vol» de 17 jours vers la Lune

Institut des problèmes biomédicaux de l'Académie des sciences de Russie

L’expérience d’isolement SIRIUS (Scientific International Research In Unique terrestrial Station) a débuté à Moscou le 7 novembre.

Les six membres de l’équipe sélectionnée simuleront un vol vers la Lune à bord d’un module spatial et resteront pour cela en complet isolement durant 17 jours.

Cet équipage est composé de trois hommes et de trois femmes. L’une des missions fondamentales du projet SIRIUS est d’observer comment la parité des genres affectera les relations et les interactions dans le groupe, reporte l’agence de presse TASS

Les chercheurs étudieront également si l’équipe sera ou non capable de développer indépendamment un plan d’action sans communication avec l’extérieur, et examinera l’efficacité d’utilisation de l’engin spatial et de ses équipements. En outre, l’équipe travaillera dans le cadre de ce programme initié en collaboration avec la NASA avec un bras robotique, qu’ils utiliseront pour « agripper des satellites ».

L’expérience inclut par ailleurs des conditions de vie anormales, et notamment une privation de sommeil : l’équipe devra en effet rester éveillée et travailler en continu durant 38 heures, tout en réagissant face aux difficultés et aux dangers associés à l’amarrage et au largage. Les experts étudieront ainsi non seulement la réaction des sujets, mais aussi l’état de leur corps.

L’expérience a lieu au sein de l’Institut des problèmes biomédicaux de l’Académie des sciences de Russie. Elle ouvre la voie à une série d’expérimentations russo-américaine portant sur l’isolement, qui durera jusqu’à 2021.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer