Six stars étrangères qui considèrent la Russie comme leur maison

Evgeny Biyatov/RIA Novosti
«Où se trouve le cœur, là est la maison», dit le proverbe, et les stars étrangers semblent avoir trouvé leur cœur en Russie. Découvrez ce qui les a poussés à demander la citoyenneté russe!

La semaine dernière, Vladimir Poutine a accordé la citoyenneté russe au cycliste australien Shane Perkins. Médaille olympique (bronze) et double champion du monde, Perkins n’a aucun lien familial avec la Russie. Il s’est battu en vain pour intégrer l’équipe nationale australienne et a finalement décidé de prendre la nationalité russe. L’ex-athlète australien n’est pas le premier à choisir la Russie comme nouvelle patrie. Au cours des 20 dernières années, le pays a délivré des passeports russes à un grand nombre de stars ou de sportifs. En voici quelques-uns qui, à l’instar de Perkins, viennent d’obtenir la nationalité russe.

Sergey Karjakin (2009)

Crédit : Sergei Savostyanov / TASSCrédit : Sergei Savostyanov / TASS

Plus jeune grand maître international d’échecs de l’histoire, Sergey Karjakin est né à Simféropol, en Crimée, mais a échangé son passeport ukrainien pour un passeport russe en 2009, soit avant que la péninsule ne redevienne russe. La Fédération russe d’échecs lui a offert l’opportunité de trouver de meilleurs sponsors et de meilleurs coachs, c’est pourquoi il a décidé de rejoindre Moscou. En 2014, il a expressément soutenu la position de la Russie dans le conflit ukrainien et continue de représenter le pays durant les compétitions internationales.

Vic Wild (2011)

Crédit : Mikhail Mokrushin / RIA NovostiCrédit : Mikhail Mokrushin / RIA Novosti

Ancien snowboardeur américain, Vic Wild a été naturalisé russe en 2011 suite à son mariage avec Alena Zavarzina, également snowboardeuse. Sa décision est surtout due au manque de soutien et de financements de la part de la Fédération américaine de ski et de snowboard dans ses deux disciplines de prédilection : le slalom géant parallèle et le slalom parallèle. En 2014, il a remporté l’or olympique à Sotchi et représentera la Russie en 2018 aux Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang.

Victor Ahn (2012)

Crédit : Vladimir Trefilov / RIA Novosti Crédit : Vladimir Trefilov / RIA Novosti

Mis sur la touche pas la Fédération sud-coréenne d’athlétisme en 2011, Victor Ahn (alors Ahn-Hyun-soo) a déposé une demande de naturalisation en 2012 pour pouvoir poursuivre sa carrière. Bien que vainqueur de trois médailles d’or olympiques, il a été totalement déconsidéré par sa fédération suite à une blessure au genou et à une forte concurrence. Après sa naturalisation, il a remporté trois nouvelles médailles d’or aux Jeux olympiques d’hiver de Sotchi en 2014 et se présentera à nouveau sous les couleurs de la Russie aux JO 2018 qui se dérouleront dans son pays d’origine, en Corée du Sud.

Gérard Depardieu (2013)

Crédit : Evgeny Biyatov / RIA NovostiCrédit : Evgeny Biyatov / RIA Novosti

Ayant fui la France pour ne pas avoir à payer l’impôt sur les grandes fortunes, le célèbre acteur français Gérard Depardieu a obtenu un passeport russe et s’est tout de suite immergé dans la culture de cet immense pays. En plus de la citoyenneté russe, les autorités lui ont procuré deux appartements en Tchétchénie et un autre à Saransk, en Mordovie. 

En l’espace de quelques années seulement, Depardieu a ouvert un cinéma et un centre culturel à Saransk, a pris part à plusieurs films ou shows télévisés russes, a gagné un procès contre un businessman local et, d’après certains témoignages, aurait vendu ses appartements en Russie et gagné la Belgique. Selon certaines rumeurs, il aurait l’intention de visiter la Crimée et d’y acheter un vignoble.

Roy Jones Jr. (2015)

Crédit : Grigoriy Sisoev / RIA NovostiCrédit : Grigoriy Sisoev / RIA Novosti

Ce boxeur américain, champion du monde dans quatre catégories de poids différentes, a demandé un passeport russe en 2015 au cours d’un entretien avec le président russe Vladimir Poutine. Les autorités ont répondu favorablement à sa demande à condition que Jones passe une importante partie de sa vie en Russie et tienne ses promesses. En 2015, il a ouvert une école de boxe à Khimki, une ville voisine de Moscou, et projette d’en ouvrir une seconde à Odintsovo, toujours dans la région de Moscou. Au départ, il avait prévu de vivre la moitié de l’année en Russie et de s’installer dans la région de Krasnodar, mais il vit aujourd’hui dans les alentours de Moscou, ville qu’il apprécie beaucoup. Le boxeur de 48 ans poursuit sa carrière professionnelle et a remporté en février le titre de champion dans la catégorie mi-lourd en battant Bobby Gunn à Wilmington, dans le Delaware.

Steven Seagal (2016)

Crédit : Alexei Druzhinin / RIA NovostiCrédit : Alexei Druzhinin / RIA Novosti

Star d’Hollywood et maître en Aïkido, l’Américain Steven Seagal, qui a des origines russes, a reçu son passeport des mains de Vladimir Poutine en 2016. Seagal, qui a déclaré que le Président russe était « l’un des plus grands leaders mondiaux, si ce n’est le plus grand, toujours en activité », visite régulièrement la Russie, s’entretient avec le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov et est un habitué du Forum économique oriental de Vladivostok. 

Après sa naturalisation, l’acteur a joué dans une publicité pour un des leaders des télécommunications russes et serait devenu le partenaire d’une chaîne de magasins de vente au détail. Pour autant, Seagal n’a pas l’intention de s’installer en Russie. « Je viens souvent en Russie, mais je ne projette pas d’y vivre de manière permanente », a-t-il déclaré à un média russe en mars.

Lire aussi : 

Ces stars qui ont visité la place Rouge

Les aventures de Depardieu en Russie

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer