Vic Wild et Alena Zavarzina : la love story russo-américaine du snowboard

Vic Wild et Alena Zavarzina. Crédit : Valeri Melnikov / RIA Novosti

Vic Wild et Alena Zavarzina. Crédit : Valeri Melnikov / RIA Novosti

Le snowboarder d’origine américaine Vic Wild, qui a pris la nationalité russe en 2011 à la suite de son union avec la snowboardeuse russe Alena Zavarzina, compte bien terminer sur le podium aux Jeux Olympiques de Sotchi.

L’équipe olympique de Russie aux Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi sera composée de plusieurs athlètes naturalisés. Ces sportifs, qui autrefois ont concouru pour leur pays d’origine, sont aujourd’hui tous détenteurs de la nationalité russe. Mais si le changement de nationalité du triple champion olympique coréen de patinage de vitesse sur piste courte Viktor Ahn (de son nom de naissance Ahn Hyun-Soo) ou du skieur alpin slovène Alexander Glebov s’inscrivent dans une logique sportive pragmatique car elle leur permet de se sélectionner pour les grandes compétitions internationales là où la concurrence est moins rude, l’histoire du snowboarder américain est d’un tout autre genre. Tombé fou amoureux de sa collègue médaillée d’or aux Mondiaux de 2011 Alena Zavarzina, ce spécialiste des épreuves de slalom parallèle et de slalom géant parallèle lui a demandé sa main cette même année. Après les noces, le couple s’est installé en Russie et Vic Wild a demandé à changer de nationalité pour prendre celle de son épouse.

A la Fédération de ski et de snowboard de Russie, on assure que cette initiative vient de Vic et de lui seul. La Fédération américaine ne s’y est pas opposée et a même réagit avec une compréhension. Comptant parmi l’un des meilleurs de sa discipline, Vic savait parfaitement que, pour un tas de raisons administratives, il serait écarté des championnats internationaux pendant toute une saison, mais cela ne l’a pas découragé. Si le calendrier du sportif reste bel et bien vide durant l’hiver 2011/12, Vic Wild continue à s’entraîner durement. En mai, le décret présidentiel sur l’octroi de citoyenneté russe est signé et en décembre, l’athlète représente pour la première fois la Russie, remportant son premier podium à la Coupe du monde. En janvier 2013, ce « nouveau russe » obtient la médaille de bronze au slalom géant parallèle des Mondiaux de Stoneham et en 2014, il devient le meilleur de sa catégorie en remportant la victoire aux Championnats du monde en slalom parallèle. Et dire que tout le temps où il a défendu les couleurs de son pays d’origine, les Etats-Unis, Wild n’a jamais remporté de médaille.

Vic Wild à la conquête des pistes russes. Crédit : Imago / Legion-Media

A 24 ans, Alena Zavarzina est de trois ans sa cadette. Née à Novossibirsk, à quelques milliers de kilomètres de Washington, l’Etat natif de son époux, elle débute le snowboard à l’âge de 10 ans. C’est sa mère qui l’accompagne aux entraînements. En 2011, Alena Zavarzina remporte la médaille d’or en slalom géant parallèle lors des Championnats du monde de snowboard. La jeune femme dit s’intéresser aussi à la peinture et à la photographie, qu’elle étudie à l’Université pédagogique de Moscou. Elle aime aussi les voyages et s'étonnera-t-on d’apprendre qu’elle se passionne aussi pour les sports extrêmes ?

Alena a rencontré son prince charmant lors des Mondiaux. Après avoir sympathisé, les deux athlètes se rapprochent en mars 2011 lors d’une compétition sportive à Moscou.

« Vic est venu en Russie sans entraineur et moi à cette époque, j’étais en convalescence suite à une blessure. C’est à peine si je marchais, mais j’ai quand même pu l’aider à s’entraîner. Et je lui ai fait découvrir Moscou, raconte Alena. Bien que pas encore guérie, les deux mois qui ont suivis ont été les plus heureux. Même si, avec Vic, nous ne nous sommes pas vraiment vu, chacun vivant dans son pays respectif ».

Un mariage russe, avec des ours et de la vodka

 Les noces ont eu lieu à Novossibisrk. Vic en a gardé un souvenir indélébile.

« Il y avait beaucoup de monde. Les invités ont commencé à se rassembler dès le petit matin, raconte-t-il. Je ne suis pas un grand fan d’alcool, mais au cours du repas, je n’ai pu déroger à la tradition et j’ai dû boire une dizaine de verres. Je n’avait jamais bu autant de ma vie, mais il était difficile de refuser, les Russes sont si sensibles ».

Vic Wild ne craint pas le froid russe. D’ailleurs, il raconte que de là d’où il vient, l’hiver aussi peut être rude. L’Américain s’est rapidement intégré à la culture russe.

« Mon premier contact avec la Russie date de quand j’avais 7 ans, lorsque j’ai vu le film A la poursuite d’Octobre rouge. Les Russes y étaient montrés sous un jour très agressif, peu attrayants. En grandissant, j’ai compris que ce film était assez stupide et que les Russes sont des gens agréables et jovials. En Amérique, il y a beaucoup de clichés sur la Russie. Bon, sur la vodka, j’avoue que c’est vrai, mais les ours qui se baladent dans les rues de Moscou, c’est exagéré. Quoique, lorsque j’ai débarqué pour la première fois à Saint-Pétersbourg, je suis presque tout de suite tombé sur un gars qui proposait de photographier les touristes avec un petit ours… »

« En Russie, je peux ne penser à rien d’autre qu’au snowboard »

Vic Wild maîtrise de mieux en mieux le russe. Lorsqu’il a fait la connaissance d’Alena, c’est à raison de six heures par jour qu’il apprenait la langue.

Il raconte que son installation en Russie lui a permis de poursuivre sa carrière professionnelle et d’obtenir ses meilleurs résultats.

« Aux Etats-Unis, il y a beaucoup de choses dont je devais m’occuper moi-même : la réservation des billets d’avion et de l’hôtel, par exemple. Les sponsors aussi. En Russie, il existe une fantastique aide de l’Etat pour les sportifs qui font partie de l’équipe nationale. Maintenant, je n’ai plus rien à penser qu’au snowboard. C’est pour cela que je suis si heureux de ma nouvelle vie. J’ai une femme que j’aime et j’ai tous les moyens d’avancer dans ma discipline favorite. Même s’il est vrai qu’aux Etats-Unis, le snowboard est beaucoup plus populaire qu’en Russie ».

En route pour Sotchi !

Nouvel An, le couple l’a fêté sur les pistes enneigées. Mais avant même de débuter l’année, 2014 leur a annoncé une mauvaise surprise. Alors que Vic remporte deux podiums et une victoire aux Mondiaux de Bad Gastein en Australie le 12 janvier dernier, Alena chute en qualification. Blessée, elle est opérée en urgence et sa participation aux JO de Sotchi est immédiatement remise en cause.

Remise sur pied plus vite que prévue, la composition de l’équipe nationale de Russie de snowboard pour les épreuves de slalom parallèle et de slalom géant parallèle est annoncée quelques jours plus tard, le 20 janvier. Oui, Vic et Alena iront à Sotchi ensemble !

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.