Moscou-2020, le train le plus moderne du réseau de transport souterrain de la capitale

Agence Moscou
Le métro de Moscou a été reconnu à plusieurs reprises comme «le plus beau au monde». D’ailleurs, ces derniers temps il devient l’un des plus hautement technologiques: les rames sont régulièrement renouvelées dans le souci du confort des passagers, mais aussi pour inciter ces derniers à opter davantage pour les transports en commun. Un design futuriste, des prises USB et des portes «pour selfie» – nous vous présentons ce qui semble être le train le plus confortable de la ville.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Mai 2021. C’est l’heure de sortie de bureau et les Moscovites qui ont à travailler durant les fêtes du début de ce mois printanier se dressent sur la plateforme le visage morne. Néanmoins, au lieu des rames habituelles de couleur gris-bleu, un monstre rouge et noir aux larges fenêtres sombrées, semblant tout droit sorti de BD futuristes, surgit devant eux. « C’est Moscou-2020 », dit l’inscription le long des rames. Sur chaque porte s’affichent les principaux avantages du nouveau train, dont le « Confort », les « Technologies », le « Soin », etc. Au-dessus des fenêtres, s’affiche le nom de la station suivante.

C’est en septembre 2020 que ce nouveau train fabriqué par deux usines russes a fait son apparition sur les rails du métro de Moscou. Son design a par ailleurs été conçu par la compagnie italienne ItalDesign, qui coopère avec Audi, Airbus, McLaren et Lamborghini.

Son allure brutale laisse croire que des commandos surgiront dès que ses portes s’ouvriront. Mais à l’ouverture de ces dernières, l’on se retrouve au sein d’un compartiment confortable et bien éclairé.

>>> Sept choses à ne surtout pas faire dans le métro de Moscou

Les barres et les sièges (qui sont au nombre de cinq par bloc au lieu des six habituels) sont réalisés en couleur « or rose », comme l’explique le site du maire de Moscou. Sur chaque siège, l’on trouve gravée la lettre « M », le principal symbole de la ville de Moscou. 

La plus grande percée sont les deux prises USB près de chaque siège et même près des places debout, dans la queue de chaque rame.  

Ce qui surprend, c’est le minimum de publicité : au-dessus de chaque rangée de sièges est accroché un écran, diffusant des informations sur la fermeture provisoire de certaines stations du métro. Certes, personne ne garantit que les pubs n’y apparaissent à l’avenir. Sur certains écrans tactiles, l’on peut se servir d’une carte interactive pour trouver l’itinéraire jusqu’à la station désirée.

Juste en-dessous du plafond, des tableaux communiquent l’information sur les arrêts. D’ailleurs, des inscriptions à caractère informatif sont collées sur certaines barres : on y indique, qu’elles ont été désinfectées, mais qu’il est toujours conseillé de n’y toucher qu’en portant des gants. À ce propos, les masques restent obligatoires dans les transports en commun de la ville, ce qui est régulièrement rappelé aux passagers. Cependant, ces derniers se plient de moins en moins à cette règle.

Encore un avantage sont les parois transparentes séparant les sièges de la porte, ce qui permet aux personnes se dressant près des entrées de s’y adosser, sans déranger les passagers assis. 

>>> Comment les Moscovites se rendent-ils au travail?

Le site de la marie assure que le passage entre les wagons est devenu plus spacieux, passant de 102 à 160cm. Une fois la rame à moitié vide, cette différence ne saute pas aux yeux, mais elle se fera sans doute sentir pendant les heures de pointe.

Encore une annonce de la part des concepteurs : le train s’avère 15% moins bruyant et cela semble vrai : pendant le trajet, j’ai entendu en détails une discussion entre les gens assis sur une autre rangée de sièges et parlant à voix basse. 

C’est ma station... Avant de quitter la rame, j’ai remarqué encore un sticker, disant que les portes sont devenues de 28% plus larges par rapport à leurs prédécesseurs, notamment à la rame Roussitch de l’avant-dernière génération. On remarque en outre que notre reflet dans les vitres des portes est devenu beaucoup plus claire et net – un cadeau pour les amateurs de selfies. Il reste à souhaiter qu’elles soient nettoyées un peu plus souvent et les rames connaîtront alors sans doute une ruée des blogueurs d’Instagram et de TikTok.

D’ailleurs, en avril 2021, Moscou-2020 a décroché la récompense Red Dot Award : Product Design 2021 justement pour le meilleur design. Pour le moment, seuls 52 trains de ce type opèrent dans le métro de Moscou, mais déjà vers 2023 ce chiffre doit passer à 172, soit environ un quart de tous les trains.

Pourtant, il semble difficile d’impressionner les Moscovites. Personne sur le quai n’a même examiné la nouvelle rame, les yeux rivés sur l’écran de leur téléphone portable. Un seul homme s’est adressé à moi pour me demander : « Pourquoi filmes-tu ? ». Sorti à la même station que moi, il a passé quelques instants sur la plateforme pour suivre du regard le train et voir le « Confort », les « Technologies » et le « Soin » disparaitre dans l’obscurité du tunnel.

Dans cet autre article, nous vous emmenons dans cinq stations fantômes du métro de Moscou.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies