Oubliez les kilomètres et les centimètres – voici la sajène!  

Irina Baranova
Les Russes sont finalement passés au système métrique international après la révolution, mais avant cela, ils utilisaient de nombreuses mesures de longueur. De plus, différents noms étaient utilisés dans différents domaines.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Par le passé, les Russes mesuraient tout avec les parties du corps - doigts, paumes, coudes - et pendant longtemps il n'y avait pas de standard précis pour ces nombreux noms. Dans différentes régions de Russie, leur longueur pouvait différer de manière assez significative. Pierre le Grand a été le premier à essayer de mettre de l’ordre - il a ordonné d'égaliser toutes les mesures de longueur russes avec les mesures anglaises, et a également introduit, par exemple, le pied et le pouce anglais.

Les valeurs détaillées ont été introduites par le décret de Nicolas Ier « sur le système des mesures et poids russes » en 1835. En 1899, le système métrique a été mis en circulation, mais il a continué à fonctionner en parallèle avec le système de mesures traditionnel russe. Jusqu'à ce que le gouvernement soviétique l'abolisse.

Aujourd'hui, en Russie, seul le système métrique est utilisé. Cependant, les noms des anciennes unités russes peuvent être entendus dans le discours familier - beaucoup de proverbes sont restés dans la vie quotidienne.

Verchok ~4,45 cm

La plus petite unité de longueur vient du mot « haut », de sorte que les historiens sont enclins à croire que le verchok était égal à la phalange supérieure du gros orteil d'un homme adulte.

Le verchok est si petit qu'il est entré dans la langue vernaculaire de manière métaphorique : par exemple, dans le dicton « À un verchok du péché » (très près du péché) ou dans le dicton « Des mots en sac et des actes en verchok », ce qui signifie qu'une personne parle beaucoup, mais ne fait presque rien...

>>> Ces cinq gestes que seuls les Russes comprennent

Il est intéressant de noter que la taille d'une personne était mesurée en verchoks. Par exemple, dans le récit d'Ivan Tourgueniev Moumou, le personnage principal, le concierge muet Guerassim, est décrit comme suit: « Un homme de 12 verchoks de haut, bâti comme un héros ... ». Cependant, 12 verchoks représentent un peu plus d'un demi-mètre, ce qui peut sembler étrange. Le secret est qu'une personne doit mesurer a priori deux archines (142 cm, voir ci-dessous pour une archine), les verchoks leur étant ajoutés pour préciser. Les verchoks étaient également courants dans la mesure des coupes de tissu.

Piad (empan) = 17,8 cm

La piad était égal à la distance entre la pointe du pouce et la pointe de l'index quand on les écarte. Une piad, selon diverses estimations, fait 4 à 6 verchoks. Dans la Russie ancienne, la taille d'une piad variait de 22 à 31 cm - différentes sources mentionnent à la fois une grande et une petite travée, et même une piad avec culbute (égale à la longueur d'une brique).

Sous Pierre Ier, la piad a souvent été appelée « un quart » et sa taille était fixée à 7 pouces. La piad était une mesure très courante utilisée dans la vie quotidienne (par exemple, pour mesurer l'épaisseur de la neige ou la taille d'une icône).

Il existe aussi le dicton « Sept piads dans le front » - pour caractériser une personne incroyablement intelligente.

Lokot (coudée) ~ 45 cm (17 pouces)

L'ancienne mesure russe appelée coudée représentait la distance du coude à la pointe du majeur. Dans différentes régions, la taille de la coudée variait de 36 à 54 cm. On sait avec certitude que le « coudée de Moscou » était égale à deux piads ou 35,6 cm.

La coudée était particulièrement pratique pour le commerce. Le mot dérivé « lokotok » se trouve dans les proverbes « Il fait une coudée, mais son caftan est court », « Lui est grand comme un ongle mais sa barbe fait une coudée » - ils évoquent un décalage entre l'apparence et l'esprit ou le statut social.

>>> «Mur contre mur»: les conseils pour gagner lors d’une bagarre collective russe typique

Archine = 71 cm

L’archine équivaut à environ deux coudées, soit la distance entre le bout du majeur et l'épaule. Les premières règles pour mesurer faisaient une archine et étaient divisées en verchoks - 16 verchoks par archine. C'est pourquoi la taille d'une personne était mesurée au moyen de deux archines à laquelle on ajoutait les verchoks.

L’archine était également appelé un pas - au XIXe siècle, ils mesuraient, par exemple, la distance à laquelle un fusil tire. L’archine a également évincé la coudée dans le commerce, mais au début, sa longueur n'était fixée dans aucun statut et chaque commerçant l’évaluait à sa guise. D'où le dicton « Tout mesurer à sa propre archine », au sens figuré, signifie juger chacun de façon subjective.

Sajène = 2,1 mètres (7 pieds)

La sajène est la distance entre le doigt d'une main et le doigt de l'autre main, si on les tend horizontalement sur les côtés. Cette valeur a ensuite été fixée à sept pieds anglais. Les sajènes étaient utilisées pour mesurer la distance d’un itinéraire et étaient également activement utilisées dans la construction ou les travaux de terrain.

Il y avait aussi une « sajène oblique », qui mesurait la distance du bras tendu au talon de la jambe opposée et fait environ 2,5 mètres. Le dicton « sajène oblique aux épaules » était populaire – il servait à décrire les gens au physique très impressionnant.

>>> Pourquoi les Russes ne sourient-ils pas?

Verste = 1,06 km

La verste était peut-être l'unité la plus utilisée pour mesurer la distance. Elle faisait 500 sajènes, soit un peu plus d'un kilomètre. Les grandes routes étaient mesurées en verstes, et chaque verste était marquées par des bornes spéciales – au départ, c’était nécessaire pour la commodité du transport postal.

Le mot est resté très longtemps dans la langue et la littérature en raison de sa proximité le kilomètre. « On entend à une verste » ; « pour un chien enragé faire  sept verstes ne compte pas » - ces dictons indiquent précisément la grande longueur de cette unité de mesure.

Dans ce second article, nous vous proposons cinq autres raisons d’être fier de vos origines russes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies