En images: des strip-teaseuses de Iakoutie devenues livreuses de pizzas durant la pandémie

Iakoutia.Info
Ces jeunes femmes ont perdu leur emploi à cause de la pandémie de coronavirus, et se sont donc reconverties, tout en conservant leurs talons aiguilles et sous-vêtements affriolants.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La pandémie a laissé de nombreuses personnes sans emploi, au moins temporairement, notamment les danseuses d’un club de strip-tease de Iakoutsk, la capitale de la République sibérienne de Sakha (communément appelée Iakoutie). Le club est fermé, et les clients confinés. Toutefois, tout le monde a besoin de livreurs, ont pensé ces jeunes femmes, qui ont donc postulé auprès de la chaîne locale CityPizza. La société n'a pas réfléchi longtemps, et les a volontiers embauchées.

« Il n'y a pas assez de bons livreurs sur le marché en ce moment. De plus, en temps de crise, il faut se soutenir mutuellement. Au final, ces danseuses sont des représentantes de PME », a déclaré Aleksandr Skripine, propriétaire de CityPizza.

Ces nouvelles employées ont cependant décidé de travailler dans leur apparence habituelle – avec lingerie et talons, mais en ajoutant masque et gants. Après la nouvelle de l’apparition de telles livreuses, les appels téléphoniques sont incessants chez CityPizza. Une vidéo en ligne montre comment une jeune femme exécute sa commande.

Pas de danger pour elles, rassure-t-on au restaurant. Il fait 20° dehors, les pizzas sont livrées en voiture, et leurs chauffeurs sont à la fois leurs agents de sécurité. Les autorités de Iakoutsk ont quant à elles d’ores et déjà commenté cette nouvelle forme de livraison :

« Nous avons vu ces photos sur les réseaux sociaux de la même manière. Nous supposons que la livraison se fait sans contact, en tenant compte de toutes les recommandations du Rospotrebnadzor [service fédéral des droits des consommateurs]. À première vue, nous ne voyons rien d'interdit dans ce qui s'est passé, a déclaré le service de presse de la mairie de Iakoutsk à la radio Govorit Moskva. Du point de vue moral et éthique, nous ne savons pas comment l'estimer, mais du point de vue de la sécurité des mesures prises lors de la livraison de la nourriture, il n'y a pour l’instant pas de violations ».

Il est néanmoins vrai que ces charmantes livraisons ne sont pas gratuites, leur coût étant environ celui d’une pizza supplémentaire – 500 roubles (6,40 euros).

Dans cet autre article, découvrez le témoignage de Russes ayant perdu leur emploi en raison de la pandémie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies