Quel canapé êtes-vous? Ce flash-mob russe qui fait subir des pertes aux vendeurs de meubles

Russia Beyond
Il n’est pas rare que les fabricants donnent un nom humain aux meubles qu’ils produisent. Angulaire, à motifs, classe luxe? Les Russes se sont rués à la découverte de leur identité sous forme de canapé.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Apparemment, le flash-mob en question a vu le jour quand l’écrivain russe Alexandre Pelevine a publié sur Twitter une photo du canapé « Alexandre ». D’autres internautes ont alors suivi l’exemple et sont partis à la recherche de canapés appelés « en leur honneur ».

Les règles sont simples : ouvrir le moteur de recherche, insérer son prénom et ajouter le mot « canapé ». Une fois le bon meuble trouvé, on fait une capture d’écran et on la relaie sur les réseaux sociaux. Voici quelques résultats :

« Pavel » 

« Polina »

« Boris », jugé « stylé et puissant » par l’auteur du post 

Le canapé « Assia » s’est avéré très mignon.

« Elena » 

Et « Maxim » un peu trop long  

Cela étant dit, certains magasins de meubles ont très peu apprécié cette brusque popularité de leurs catalogues : en quête de leur homonyme, les internautes se sont mis à cliquer beaucoup plus souvent sur les annonces publicitaires proposant des canapés (sans bien évidemment acheter) et les commerçants doivent payer pour ces clics qui ne leur ont apporté aucun profit.

Indignés, des clients de l’agrégateur en ligne Yandex.Market ont ainsi exigé d’être remboursés pour une publicité « non efficace ». La plateforme a donné une réponse favorable à leur requête, qualifiant cette situation d’« incident atypique ».

Dans cet autre article, nous vous présentons dix œuvres de designers russes n’ayant rien à envier à leurs homologues occidentaux. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies