Saint-Pétersbourg arbore ses premiers graffitis virtuels en raison du coronavirus

Groupe artistique Iav'
Pour profiter de cette nouvelle forme de street art, il suffit d'activer Google Earth ou Google Maps en mode panorama.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le groupe artistique saint-pétersbourgeois Iav’, composé de trois membres, a présenté une série d'œuvres de rue baptisée Genesis. Toutes n'existent que virtuellement – vous pouvez les voir en allant sur la page du projet dans Google Earth et en sélectionnant un des lieux spécifiés.

Selon Anastassia Vladytchkina, la responsable du groupe artistique, il a fallu environ trois semaines pour élaborer ce projet. À sa demande, les connaissances des participants ont photographié plusieurs panoramas sur le chemin du travail ou du magasin. L'équipe a ensuite mis au point des maquettes des futurs graffitis, puis a combiné ses œuvres et les panoramas dans des éditeurs graphiques afin de les mettre en ligne dans Google Maps.

« Malgré le fait que la Russie ait annoncé la suppression des jours non travaillés et la sortie progressive de la quarantaine, nous vous demandons une fois de plus de ne pas quitter votre foyer sans raisons importantes, la Russie se situe de plus en plus haut dans le classement mondial du nombre de personnes infectées », ont écrit les membres du groupe dans l'annotation de leur projet, incitant les amateurs d’art à découvrir leurs œuvres en ligne.

Selon eux, pour prévenir d’autres contaminations, il vaut en effet mieux se promener dans le monde virtuel en utilisant Google Earth que de sortir.

« À cause du coronavirus, le monde physique s'est réduit à des États séparés et à des murs d'appartement. Nous avons décidé d'expérimenter et de comprimer également temporairement notre monde spirituel avec des frontières culturelles mentales, en nous tournant dans notre travail vers les peintures d'artistes russes et soviétiques. Notre projet consiste à repenser neuf œuvres en fonction des réalités modernes, telles que le coronavirus et le progrès technologique », déclarent les artistes de Iav’.

La responsable du groupe a par ailleurs précisé que ces œuvres seront présentées uniquement dans l’espace virtuel.

« L'art de rue doit être inattendu, dans la réalité il y aura de nouvelles œuvres », a expliqué Vladytchkina.

Dans cet autre article, nous vous emmenons à Krasnodar, en passe de devenir la capitale russe du street art.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies