Comment le président russe se protège-t-il du coronavirus?

Reuters
Le régime d'auto-isolement concerne tout le monde, y compris le président russe. L'épidémie l'a contraint à modifier ses horaires, son lieu de travail et même son environnement. Voici ce qui se passe autour de Vladimir Poutine ces jours-ci.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Confiné après un contact avec un médecin testé positif

Fin mars, Poutine a visité à Kommounarka (sud de Moscou) un hôpital spécial chargé d’accueillir les patients atteints du coronavirus. Des images le montrant dans une combinaison de protection jaune vif ont ensuite fait le tour des médias russes.

Mais il y avait une autre photo – Poutine y serre la main du médecin-chef de l'hôpital Denis Protsenko, cette fois sans combinaison bioprotectrice.

Une semaine après leur rencontre, le 31 mars, le médecin a révélé avoir contracté l’infection à coronavirus (il est désormais guéri), ​​et le lendemain, Poutine s'est donc mis en isolement pour après été en contact avec lui. Il a cessé d'aller au Kremlin, a réduit le nombre de rencontres en tête-à-tête et a cessé de serrer la main de ses interlocuteurs, a alors déclaré son attaché de presse Dmitri Peskov. Pendant un moment, le président a cessé d'apparaître en public, ce qui a été immédiatement remarqué :

« Le président est dans le groupe à risque en raison de son âge et des rumeurs sont immédiatement apparues selon lesquelles le travail à distance était un euphémisme de quarantaine et que le président n'était pas complètement en bonne santé », a écrit le quotidien Vedomosti le 1er avril.

>>> Les multinationales françaises s’engagent dans la lutte anti-coronavirus en Russie

Cependant, le Kremlin affirme que « tout va bien avec Poutine » et que tout simplement, « chacun maintient la distance sociale », a expliqué Peskov. La distance sociale est maximale dans le cas de Vladimir Poutine : presque toutes les réunions se sont déroulées à distance, en ligne, en utilisant des canaux de communication sécurisés. Certes, certaines d'entre elles ont été diffusées en direct, comme celle avec des membres du gouvernement sur la situation en matière de coronavirus. Tout cela ressemble à une vidéoconférence via le programme Zoom.

Tests et « bloqueur de virus »

Cependant, certaines personnes peuvent toujours rencontrer le président en personne. Par exemple, au cours des deux dernières semaines, il a rencontré des ministres et des représentants d'institutions bancaires. Mais impossible d’apercevoir le numéro un russe sans passer un dépistage du Covid-19 au préalable, a déclaré Peskov le 27 avril.

Poutine fait l’objet de dépistages réguliers. Son porte-parole aussi. Une partie du personnel de l'administration présidentielle, a expliqué ce dernier, subit des tests plusieurs fois par semaine. « Parce que nous allons constamment au travail. Une partie travaille à distance, certains ne viennent travailler que lorsque c’est nécessaire - lorsque, par exemple, la préparation d'événements à distance est nécessaire », a-t-il déclaré.

>>> Une mosaïque représentant Poutine apparaîtra dans la cathédrale des forces armées russes

Cependant, rien de plus sophistiqué n’a été mis en place pour protéger le chef de l'État, comme l’assure Peskov : « La médecine présidentielle est quelque chose de particulier, à toutes les époques - et cela n’est lié à aucun type de situation épidémiologique particulier. Par conséquent, tout ce qui est nécessaire pour protéger le président contre les maladies saisonnières et autres, tout est fait. ».

Le 8 avril, les journalistes ont remarqué que Dmitri Peskov avait commencé à utiliser un « bloqueur de virus » sous forme de badge sur sa veste. « Je l'ai acheté moi-même à la pharmacie », a-t-il déclaré à TASS en réponse à la question de savoir si le Kremlin avait donné de telles recommandations à ses employés.

Ces « bloqueurs » émettent du dioxyde de chlore (gaz toxique, son utilisation est déconseillée aux Etats-Unis). Comme le promet le fabricant, la substance désinfecte l'air et « tue efficacement les microbes et les virus ». Mais dès le lendemain, Peskov a retiré le bloqueur et admis qu'il ne savait pas si ce badge aidait réellement à combattre les virus ou non, indiquant ne le porter qu’à titre préventif.

Où se trouve Poutine actuellement ?

Enfin, les Russes ont discuté à maintes reprises pendant tout ce temps de l’endroit où Poutine passait son auto-isolement. Les journalistes le soupçonnaient de s'être réfugié dans « une sorte de bunker », et de se limiter à recevoir des rapports réalisés à l'avance.

Mais le Kremlin a démenti ces rumeurs. Poutine vit et travaille dans sa résidence de Novo-Ogariovo, à 10 km du périphérique de Moscou. Toutes les vidéoconférences sont également diffusées à partir de là.

Peskov a expliqué que Poutine travaillait constamment, quelle que soit l'heure du jour ou le jour de la semaine, et que ses cours de natation et ses séances de gymnastique se déroulaient « comme d'habitude ». Certes, son porte-parole a reconnu ignorer ce que le président russe faisait de son temps libre en période d'auto-isolement.

Dans cet autre article, nous vous expliquons à quel point la Russie est préparée au pic épidémique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies