Des manifestations virtuelles se tiennent en Russie. Comment ça?

Getty Images
Les rassemblements étant interdits en raison du coronavirus, les citoyens mécontents ont décidé de protester sur une application.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Une nouvelle réalité exige de nouvelles solutions. En raison de la pandémie de Covid-19, les habitants d’une dizaine de villes russes ont tenu des manifestations, mais dans le domaine virtuel. En effets, ils se sont servi des services mobiles Yandex.Navigator et Yandex.Maps, qui proposent une fonction permettant de taguer la carte et de laisser un commentaire sur ces points géographiques.

D’habitude, ce sont les automobilistes qui se servent de cette fonction pour prévenir les autres de la situation sur les routes. Mais cette fois-ci, c’est le confinement qui a fait l’objet de ces interventions. Les auteurs des commentaires ont en effet exigé soit la mise en place d’une quarantaine plein format, accompagnée du régime de situation d’urgence – afin que l’on puisse compter sur des garanties de la part de l’État, soit la levée des restrictions et l’autorisation à travailler. Pour le moment, le confinement dans le pays est appelé auto-isolement.

Commentaire sur la carte : « Les nerfs sont à bout ».

>>>  Triste vue: les avions cloués au sol dans les aéroports russes

C’est la ville de Rostov-sur-le-Don qui a été la première. Sur la carte, les points avec des commentaires protestataires se sont accumulés en face du siège du gouvernement régional, et ce, après que les autorités locales ont obligé le 19 avril les employeurs à obtenir des laissez-passer pour leurs salariés. Or, le processus a été mal organisé : la ligne téléphonique était tout le temps occupée, les gens ont donc afflué vers les points où une telle autorisation était délivrée, ce qui a engendré des attroupements.

Le bâtiment administratif du gouvernement de la région de Rostov à Rostov-sur-le-Don.

Les commentateurs ont ainsi commencé à parler de tout ce qui les préoccupait face à la pandémie : « Les nerfs sont à bout », « Nous voulons manger, que faire », « Donnez-nous l’opportunité de travailler », « Avec quoi régler le crédit hypothécaire ? ». Ensuite, ils ont cependant été rejoints par des individus désirant tout simplement vendre leur garage ou inviter leurs concitoyens à se mettre au jeu en ligne Dota.

Go sur Dota

D’autres villes ont suivi : Moscou, Saint-Pétersbourg, Ekaterinbourg, Krasnoïarsk, Nijni Novgorod, Oufa, Tcheboksary, Voronej, Kazan. Dans la capitale, les protestataires se sont d’abord « réunis » sur la place Rouge, avant de « se déplacer » rue Tverskaïa.

Manifs « dispersées » par Yandex

Laissez les gens travailler, vous nous gonflez avec votre confinement.

Mais lorsque le nombre des « manifestants » a augmenté, les modérateurs de Yandex ont commencé à supprimer les commentaires, ce que les internautes ont comparé à la dispersion d’un meeting non autorisé. Yandex a quant à lui expliqué qu’il s’agissait d’une modération automatique.

Les messages qui ne sont pas en lien avec la situation sur les routes ou contiennent des insultes « sont toujours supprimés », a expliqué au journal Vedomosti un représentant de Yandex.Navigator. « Si de tels messages sont nombreux, la durée de leur affichage sur la carte peut être diminué pour ne pas gêner la navigation », a-t-on expliqué dans la compagnie.

>>> En images: bâti en un mois, un hôpital moscovite reçoit ses premiers patients atteints de Covid-19                                         

Quel résultat ?

Mettez en place l'état d'urgence.

Le seul résultat important pour le moment est la demande de Vassili Goloubev, tête de la région de Rostov, de changer la modalité de délivrance des laissez-passer. Cela pourra donc être fait à distance, par mail.

Cette protestation virtuelle n’a par ailleurs pas échappé à l’attention du Kremlin. Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence, a dit être au courant et a promis de prendre en considération les commentaires des internautes lors de l’élaboration des projets ultérieurs. « C’est avec beaucoup d’attention que nous percevons les messages où les gens évoquent les difficultés qu’ils vivent et leurs raisons », a-t-il assuré.

Je vends mon garage.

Yandex a en outre déclaré que la fonction permettant de laisser des commentaires sur les cartes ne serait pas désactivée, mais a appelé à ne pas transformer ces services en une plateforme de discussions politiques : « Nos services sont pour tout le monde, tout comme il y a plus de 20 ans nous avons convenu de fonder Yandex en dehors de la politique, sur ce même principe reposent nos services et les règles de modération ».

Dans cet autre article, retrouvez le témoignage de Russes ayant perdu leurs sources de revenus en raison du coronavirus.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies