Sur quoi a débouché le lancement du système de laissez-passer à Moscou?

Olga Kozhokina/TASS
Se sont formés des bouchons à l’entrée de la capitale et des foules énormes devant le métro, où personne ne respectait la distance sociale.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le 15 avril, le système de laissez-passer numérique a commencé à fonctionner à Moscou, et ce, afin de contrôler le régime de confinement – pour tout déplacement en transports, qu’ils soient publics ou privés, une autorisation doit être demandée par téléphone ou en ligne.

Or, dès le petit matin, des bouchons se sont formés à l’entrée de la ville et des foules se sont agglutinées dans les vestibules du métro, la police contrôlant chaque passager. Les internautes ont alors fait remarquer que les gens faisant la queue ne respectaient ainsi aucunement la distance sociale recommandée.

« Moscou, le 15 avril 2020. Le matin du premier jour de la mise en place des laissez-passer en raison de la pandémie. Il a été ordonné d’ôter le masque pour contrôler l’identité. Désormais, il est possible de dire (à l’employeur, ndlr) que je suis en retard en raison des bouchons dans le métro », écrit un des utilisateurs d’Instagram.

« Les gens se serrent les uns aux autres, personne ne respecte la distance. C’est justement lors d’un tel encombrement que le risque d’être contaminé est très élevé », écrit Irina Firsova, ayant elle aussi fait la queue dans le métro.

Cela étant dit, les rames n’étaient en soi pas encombrées.

Sur certaines autoroutes menant à Moscou, des embouteillages ont été constatés à l’entrée de la ville. Par endroits, les agents vérifiaient en effet les laissez-passer de tous les automobilistes, tandis qu’ailleurs cela se faisait de manière aléatoire.

Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, a écrit sur son compte Twitter qu’il s’était entretenu avec les responsables du département de l’Intérieur de la ville, et leur avait demandé d’« organiser le travail de sorte que les contrôles n’entraînent pas d’encombrement ». 

« Il n’y a plus de files d’attentes. Le travail a été normalisé. Mais à l’avenir, il faudra passer à un contrôle automatisé. On verra comment le faire », a ajouté le maire.

Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence, a lui aussi commenté la situation : « On ne peut pas dire que les policiers n’arrivent pas à gérer. Les policiers viennent tout juste de commencer de remplir cette fonction. Et il est évident que les Moscovites dans leur ensemble doivent y contribuer. Encore une fois, c’est dans l’intérêt des Moscovites », a-t-il indiqué aux journalistes.

Le contrôle des citoyens en déplacement sera renforcé au jour le jour, a plus tard fait savoir le maire de la capitale.

Dans cet autre article, nous vous présentons en images les villes de Russie vidées de leurs habitants, confinés.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies