Comment se déroule l’appel sous les drapeaux en Russie

Nick Castle/Universal Pictures, 1995; Donat Sorokin/TASS
Examens médicaux et diverses «festivités» attendent les jeunes recrues au point de rassemblement.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Malgré la propagation du coronavirus et l'introduction à Moscou d'un « régime d'auto-isolement » dans le cadre duquel les gens, à de rares exceptions près, ont l’interdiction de quitter leur domicile, le traditionnel appel de printemps aura bien lieu. Le décret correspondant a été signé par le président russe Vladimir Poutine.

L'appel a commencé le 1er avril et d’ici le 15 juillet, 135 000 hommes intégreront les rangs de l'armée pour un an. Durant les mois à venir, de nombreux jeunes devront se rendre dans les bureaux d'enrôlement militaire, passer devant des commissions médicales et être affectés dans leurs troupes.

Pas accessible à tous

En Russie, les hommes de 18 à 27 ans qui n'ont pas encore accompli leur service militaire et qui n’en sont pas exemptés peuvent être appelés au service militaire. Mais il existe un certain nombre d'exceptions.

Par exemple, si un citoyen russe réside en permanence dans un autre État, il ne sera pas enrôlé dans l'armée. Les étudiants des universités, les pères célibataires, les pères de familles nombreuses, les tuteurs des mineurs ou de parents légalement incompétents, les employés des structures de forces, les députés, ainsi que ceux qui ont été reconnus comme « temporairement inaptes » après une blessure ou une opération lors de l’appel peuvent recevoir un ajournement. Les anciens prisonniers ne seront pas non plus admis dans l'armée.

>>> Avant et après: comment les Russes changent pendant le service militaire

Pour le reste des recrues, le chemin vers l'armée commence par une convocation.

« Un employé vient et vous remet une convocation. Elle indique à quelle heure et à quel jour vous devrez vous trouver au bureau d'enrôlement militaire », explique Igor, qui a rejoint l'armée en 2014.

Au commissariat militaire

Peu à peu, les appelés affluent vers les commissariats militaires de tout le pays pour subir un examen médical et savoir s'ils sont aptes au service.

« Il s'agit d’un moment assez inhabituel, les garçons s’y rendent avec leur mère, beaucoup d'entre elles se plaignent, hurlent, font des scènes, comme dans les émissions de télévision brésiliennes [afin que leurs fils bénéficient d'un report] », explique Igor.

Mais cela n'aide pas grand-monde. « L'inspection y est purement symbolique, car les employés du bureau d'enregistrement et d'enrôlement militaire doivent remplir la norme [fournir le nombre de conscrits indiqué dans le décret présidentiel]. Étant donné qu'il y a beaucoup de gens qui paient pour que leurs enfants ne rejoignent pas l'armée, ils sont obligés de compenser cela au détriment des autres », explique Igor.

« Il y a beaucoup de conscrits à la commission médicale, explique Fiodor, qui a été enrôlé dans l'armée en 2017 à l'âge de 18 ans. Il y a beaucoup de bureaux dans un long couloir, et des médecins sont assis dans chacun d'eux - les conscrits les parcourent toutes à tour de rôle».

>>> Comment sont sélectionnés les membres des forces spéciales russes

Fiodor raconte que dans son cas, les médecins (thérapeute, chirurgien, psychologue, ophtalmologiste, oto-rhino-laryngologiste, dentiste) ont prêté une attention particulière aux dossiers médicaux et aux certificats médicaux que les recrues avaient amenés avec eux.

« Je pense que ce que vous dites ne joue pas un rôle déterminant. Puisqu'il y a beaucoup de monde, cela se fait à la chaîne. Mais les papiers sont vérifiés très soigneusement. S'il existe un dossier sur une maladie chronique, on vous demandera si c'est vrai et ils vous remettront une ordonnance pour un examen complémentaire », explique Fiodor.

Après que les médecins ont examiné les recrues, les fonctionnaires du bureau d'enrôlement militaire discutent avec eux et, sur la base des résultats de cette conversation et de l'avis des médecins, les recrues se voient attribuer une catégorie : le jeune homme est soit parfaitement apte au service (pouvant même intégrer les troupes d'élite), soit éligible avec des restrictions (et ne peut pas entrer dans les troupes d'élite), soit entièrement inapte, soit partiellement inapte, ce qui signifie que la personne peut servir en temps de guerre.

Ceux qui sont aptes ont le droit de passer un peu de temps à la maison avec leurs proches (Fiodor, par exemple, a eu une semaine) puis se rendent au point de rassemblement, d'où les recrues seront distribuées dans des unités à travers toute la Russie.

>>> FAQ: comment rejoindre les rangs de l'armée russe en tant qu’étranger?

Au point de rassemblement

Lorsque les conscrits arrivent au point de rassemblement, ils sont photographiés, on prend leurs empreintes digitales, on établit des documents et ils s’asseyent dans une grande salle, de sorte que les militaires de différentes troupes de l'armée fassent leur sélection parmi les jeunes présents.

« Les recruteurs viennent là-bas et la sélection commence. Les militaires choisit les plus sains et les plus intelligents, explique Igor. Cela ressemble à une ferme d'élevage : tout le monde est assis là, des grands maigrichons tous voûtés aux géants de deux mètres ».

Les « spécimens les plus précieux » sont rapidement envoyés dans les troupes d'élite des forces armées, tandis que les autres doivent attendre leur heure. « Il y a des moments où les gars restent là pendant plusieurs jours, car il n'y avait pas d'"acheteur" pour eux », explique Igor.

Ceux qui ont un permis de conduire ou une profession sont plus demandés que les autres. Mais la plupart des recrues ne savent pas jusqu'au bout dans quelles troupes elles seront affectées.

Quand un appelé est choisi par un corps de troupes, il obtient un uniforme. « C'est un point important. Une partie de l’uniforme est cousue par des prisonniers et la qualité doit être soigneusement vérifiée. Nous avons eu des gens qui s’écorchaient les pieds jusqu’au sang, car ils n’avaient pas pris la peine de choisir les bonnes chaussures et en souffraient pendant tout le service », explique Igor.

>>> Combien la Russie dépense-t-elle pour son armée?

Mais même dans un domaine aussi important, il n'est pas toujours possible d'éviter les situations cocasses : « Cela me semblait étrange. [Sur le chemin du service] on m’a demandé de me changer trois fois. Les uniformes étaient exactement identiques. J'en rendais un, on m’en donnait un autre », explique Fiodor.

Une fois le formulaire reçu, le jeune appelé va rejoindre son nouveau commandant dans son premier lieu d'affectation, où il devra passer les 12 prochains mois.

Dans cet autre article, nous vous dévoilons les secrets des forces spéciales de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies