Ces statistiques prouvant le chamboulement du quotidien des Russes par le coronavirus

Getty Images, Legion Media
Des habitudes de consommation à l'état d'esprit général de la population, dans quelle mesure la pandémie a-t-elle impacté la vie des Russes ordinaires?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Dans leur majorité, les Russes admettent qu'ils ont commencé à se laver les mains plus souvent (63%) et à éviter les lieux publics (49%). Selon une étude de Mikhailov&Partners Communications Consultancy, seulement 12% d’entre eux sont actuellement en auto-isolement ou en quarantaine.

Pourtant, selon l'indice de confinement de Yandex (qui suit en temps réel le nombre de personnes dans les rues), les gens choisissent de plus en plus de rester chez eux, la plupart des résidents confinés vivant à Moscou, Nijni Novgorod et Perm.

Cependant, l'épidémie de coronavirus n'a pas modifié de manière significative les plans de 70% des Russes. D'autres ont dû repenser leurs projets de vacances (15%) ou de voyage d'affaires (6%).

Coincés dans leur isolement, les Russes ont également dû modifier leurs habitudes quotidiennes. Selon Mikhailov&Partners, 41% d’entre eux travaillent désormais à domicile, 12% sont occupés par l'apprentissage en ligne et 12% attendent juste la fin de la crise.

D'autres données montrent en outre que les Russes ont augmenté leur temps à jouer à des jeux, à regarder des films et des séries télévisées, ainsi qu'à effectuer des tâches ménagères.

En raison des efforts d'auto-isolement, les Russes se sont par ailleurs naturellement mis à commander des produits alimentaires et autres en ligne. Les fournisseurs de services de livraison ont ainsi connu une croissance rapide de ces commandes : La société Outkonos a admis que ses commandes avaient été multipliées par quatre à la mi-mars, tandis que Vkousvill Express a connu une croissance par trois.

Lire aussi : Informations aux étrangers coincés en Russie suite à la fermeture des frontières

Les Russes passant plus de temps à la maison, leurs habitudes d'achat ont elles aussi changé. Selon le détaillant en ligne Ozon, les ventes de produits pour enfants (passe-temps et activités ludiques) ont augmenté de 120%, tandis qu'un bond de 143% a été constaté pour les achats de produits typiques du mode de vie à la datcha, de nombreux Russes ayant choisi d'attendre la fin de la crise dans leur maison de campagne. D'autres détaillants admettent également avoir enregistré une flambée des ventes de sextoys (de 50%) et des articles pour la maison/matériaux de construction (de 300%).

À souligner que l'épidémie de coronavirus et la situation économique incertaine ont incité de nombreux Russes à retirer de l’argent liquide des banques et à fermer des comptes bancaires. Plus de 60% des Russes admettent cependant qu'ils n'ont pas la moindre épargne et ceux qui en ont une affirment qu'en cas de perte de leur source de revenus, leurs économies suffiront à les faire vivre pendant deux à six mois (45%).

Au moins la moitié des Russes (50%) sont d’ailleurs préoccupés par la situation dans son ensemble, selon les sondages de la Fondation de l’opinion publique (FOM). L'anxiété du public a également eu un impact sur son attitude envers les autorités : le taux d'approbation du président Poutine, par exemple, est passé de 60 à 56%.

Selon le centre Levada, le nombre de personnes craignant d’être infectées par le virus est quant à lui passé de 30% en février à 44% en mars, tandis que 59% des Russes ne croient pas aux informations officielles sur l'épidémie.

Pour finir sur une note positive toutefois, les pratiques d'auto-isolement croissantes n'ont pas eu d'impact négatif sur les relations au sein des familles, indiquent 77% des Russes. 12% notent même qu'au contraire, elles se sont améliorées.

Dans cet autre article, nous vous présentons en images et vidéos comment les Russes se réjouissent de la vie durant leur confinement.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies