Les cinq «jeux à boire» russes les plus impitoyables

Getty Images, Pixabay, Russia Beyond
Nous vous déconseillons d’essayer ces jeux. Si vous le faites, soyez prudents. Vraiment très prudents.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La bouteille qui tourne

La version russe du jeu consistant à faire tourner la bouteille est aussi simple que brutale. Les joueurs forment un cercle et une bouteille d'alcool est placée au centre. Le premier joueur fait tourner la bouteille, et celui que finit par pointer le goulot prend une gorgée. Répétez jusqu'à ce que vous soyez tous assis à bord d'un avion, sans vous souvenir d'avoir acheté les billets, ni savoir où vous allez.

Escaliers

La jeunesse russe des années 80-90 jouait à ce jeu dans les cages d’escalier de leurs immeubles, son objectif principal étant de pousser les gens à boire très vite.

Tout ce dont vous avez besoin, c’est une bouteille de vodka et des escaliers. Il y a 18 marches, divisées en deux volées de neuf marches entre chaque étage dans un immeuble « à panneaux » soviétique classique. Un bouchon de bouteille de vodka est rempli de vodka, le joueur l’avale et monte sur la première marche. Ensuite, il boit un autre bouchon et monte sur la seconde… Dans l’idéal, il devrait y avoir neuf bouchons, un pour chaque marche. C’est celui qui tient sur ses jambes le plus longtemps qui gagne.

Le hic dans ce jeu n'est pas le volume d'alcool, mais la façon dont il est consommé, en micro portions (un bouchon contient environ 7 grammes). De cette façon, l'alcool est absorbé par la membrane muqueuse de la bouche et de l'œsophage, et en inhalant les vapeurs, ce qui permet à l'alcool d'atteindre le cerveau plus rapidement que par le système digestif.

Lire aussi : La fulgurante ascension de la mythique vodka Stolitchnaïa 

Alco-échecs / Alco-dames

Pour gagner à ce jeu, il faut posséder à la fois une forte résistance à l'alcool et un gros QI. Il s'agit d’une partie d’échecs normale, mais avec une bizarrerie : à chaque mouvement, vous buvez 25 grammes de vodka. L’en-cas ou le casse-croûte est facultatif et peut être utilisé comme un handicap : par exemple, le joueur le plus fort ne prend pas de collation, et le plus faible oui.

Les mêmes règles s'appliquent avec les dames, avec une légère différence : 25 grammes non pas pour chaque mouvement, mais pour chaque pion perdu - de cette façon, l'alcool consommé pendant chaque partie ne peut pas dépasser un maximum de 300 grammes.

Le gagnant est celui qui remporte le jeu - ou celui qui peut encore faire des mouvements.

Jeu de « passe-passe » avec des verres

Le jeu porte différents noms, y compris la roulette russe, et il est encore plus brutal que les escaliers ou les alco-échecs en termes d'effets sur le corps.

Vous avez besoin de trois verres à shots, deux d'entre eux remplis de deux sortes de spiritueux forts ayant la même couleur (par exemple de la vodka et du grappa blanc), et le troisième avec de l'eau (si vous n'avez pas deux spiritueux de même couleur, vous pouvez simplement utiliser de la vodka et… de la vodka). Il est important que la quantité de liquides soit la même et qu’ils soient tous à la même température (les verres contenant des liquides froids s’embueront à l’extérieur).

L’organisateur mélange les verres, et le joueur doit alors choisir immédiatement deux verres : celui qu’il boit et celui avec lequel il fait descendre la boisson (en général, en Russie, on fait « descendre » l’alcool avec une boisson sans alcool, comme du jus de fruit, ndlr). Le joueur ne doit pas examiner ou renifler les shots. Le but du jeu est d'être le dernier debout (assis, couché… juste avoir encore un pouls). Ce qui est très difficile lorsque vous faites descendre de la vodka avec de la vodka - ou pire encore, avec du gin…

Lire aussi : Pourquoi les Russes aiment-ils tant la vodka?

L'ours est là !

C'est un jeu pour un grand groupe, et probablement de gros buveurs - imaginez des étudiants d'une université technique soviétique ou d'une équipe géologique sur le terrain pendant une randonnée de six mois.

Tout le monde met un billet d’une petite somme sur la table. Après que tout le monde a bu un verre, l'hôte dit : « L'ours est là ! » ce qui est un signal pour que tout le monde se réfugie sous la table. Après un court instant, l'hôte annonce que l'ours est parti, tous sortent de sous la table, se versent un autre tournée et placent un autre billet au-dessus du précédent.

« L'ours » revient encore et encore, jusqu'à ce qu'il ne reste qu’un buveur qui rampe de dessous la table ; c'est le gagnant et il rafle la mise ! Il devra probablement dépenser une bonne partie de celui-ci en remèdes contre la gueule de bois le lendemain.

Rappel : buvez de manière responsable. Une consommation excessive d'alcool peut entraîner de graves dommages à la santé et même la mort.

Pendant l'épidémie de coronavirus, utilisez des verres individuels pour boire. L'alcool n'est PAS un antidote contre le virus.

Dans cet autre article, nous parlons de huit façons de boire de la vodka en Russie 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies