Dix règles tacites que respecte tout vrai Moscovite

Ilya Pitalev/Sputnik
Il est intéressant de comparer l'attitude des habitants de Moscou à celle des résidents d’autres grandes capitales. Nous révélons les caractéristiques les plus typiques des Moscovites.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Ne pas aimer les nouveaux arrivants

… Mais le dire entre ses dents, sans tirades bruyantes du type : « Moscou n’est pas en caoutchouc ! ». Parce que ce qu'on appelle le « snobisme des capitales » n'est pas vraiment caractéristique des Moscovites - généralement, ce sont les nouveaux arrivants récemment installés dans la capitale qui commettent ce péché. Les Moscovites haussent silencieusement un sourcil lorsqu'ils entendent parler des provinciaux sans une once de culture qui ont inondé leur ville bien-aimée (même s'ils sont d'accord avec cet état de fait).

Aimer les hamburgers artisanaux plus que la pizza

En regardant le ratio des restaurants de hamburgers et des pizzerias à Moscou, on comprend immédiatement de quel côté penche le cœur des Moscovites. Les restaurants où l’on prépare des hamburgers - de la restauration rapide aux établissements haut de gamme où on les prépare avec escalopes de bœuf marbré - sont beaucoup plus nombreux dans la ville que les pizzerias. Seuls les sushis peuvent les détrôner, car à Moscou, on a même appris à en faire à partir de salade russe.

Voitures et iPhones ne sont pas un indicateur de statut

Tout le monde sait qu'une grande partie des citadins sont endettés jusqu’au cou à cause des voitures et des derniers modèles d'iPhone. Ce n'est plus un secret. Donc la possession de l'un ou de l'autre ne vous dira rien sur la personne qui est devant vous et son statut social. Cela peut être n'importe qui.

>>> Pourquoi le reste de la Russie déteste t-il les Moscovites?

Éviter la ligne violette le matin comme la peste. Aimer la ligne vert clair.

La violette est la ligne de métro la plus fréquentée. Si vous habitez quelque part dans ses dernières stations, alors chaque matin, le voyage vous rappellera un parcours du combattant. Pour monter dans la rame, vous devrez jouer des coudes sans pitié pour vos voisins.

L'une des lignes les plus calmes est vert clair. Y voyager est un plaisir.

Ne pas aimer Saint-Pétersbourg

De temps en temps, les Moscovites aiment clamer qu’ils songent à un déménagement à Saint-Pétersbourg – « dans la capitale culturelle » de la Russie. Mais ils ne le font que s'ils n'ont jamais séjourné à Saint-Pétersbourg plus d'une semaine en hiver, dans un quartier périphérique ou sobres. S'ils c’est le cas, alors « Piter » sera leur dernier choix possible.

Epanchez-vous sans arrêt sur Facebook

Même le plus petit incident dans la vie d'un résident de la capitale peut se transformer en un interminable post sur Facebook. Et puis il y en a une dizaine d'autres comme vous - prêts à s'impliquer dans une discussion animée sur le froid, les radiateurs trop chauds pour un mois d’octobre, les pavés qu’on place puis enlève dans les rues ou l'ignorance humaine. Les joutes verbales sur Facebook sont incessantes. Les médias réalisent ensuite des matériaux consacrés à ces disputes.

>>> Ces règles non écrites que suit tout Moscovite qui se respecte

Les relations déterminent tout de tout

Trouver un emploi, louer un appartement, mettre son enfant dans une bonne école... Les connexions sont une force inestimable à Moscou. Bien sûr, vous pouvez tout faire sans, mais ce sera beaucoup plus facile avec.

Ne pas prendre de photos sous les murs du Kremlin. N’être jamais allé au mausolée.

Les Moscovites ne font pas ce genre de choses. Si vous voyez une personne avec un visage impénétrable se précipitant droit devant elle à travers la place Rouge - c'est un Moscovite. Il prend juste un raccourci. Dans d'autres circonstances, il sera difficile d'y trouver un résident de la capitale (sauf si ses proches venus de province viennent le voir). Une visite au mausolée pour observer le cadavre de Lénine fait généralement à ses yeux partie des divertissements les plus étranges et suspects aux yeux des Moscovites.

Moscou, capitale mondiale des cyniques

Parfois, Moscou ressent exactement cela, bien que cette étiquette soit sans arrêt attribuée à New York ou à Paris (ou à toute autre grande capitale du monde) par leurs habitants. Mais tout le monde sait depuis longtemps que « Moscou ne croit pas aux larmes », en référence au titre d'un film célèbre. Inutile de chercher à susciter de la pitié en cas d'échec, et il est également inutile de trouver des excuses. Il vaut mieux ne pas se justifier du tout. Personne à Moscou ne se soucie de vos problèmes. Pleurer dans la chemise de quelqu'un ou se cacher derrière des circonstances extérieures n'est tout simplement pas accepté ici. Sinon, vous pouvez tomber sur le simple et cynique : « Qu'importe? J'ai des problèmes moi aussi ». Et ce sera vrai.

>>> Six erreurs classiques à éviter dans le métro de Moscou

Restez fidèles aux bouchons coûte que coûte

Certes, Moscou a d'autres raisons qui font qu’elle est paralysée chaque jour par les embouteillages. Mais nous sommes sûrs que celle-là est l'une des principales : de nombreux Moscovites choisiront de se déplacer en voiture, même si ce sera incomparablement plus long qu’un voyage en métro. 2 heures vs. 20 minutes ? Alors que le lieu où vous allez est à une station de métro ? Choisissez de passer 2 heures dans votre propre voiture, avec votre station de radio préférée et en compagnie de votre chère personne.

Dans cet autre article, nous dressons le portrait-robot du Moscovite typique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies