Comment Moscou lutte contre les embouteillages?

Ramil Sitdikov /RIA Novosti
Les autorités de la capitale lancent un tout nouveau projet pour relier les villes voisines de Moscou aux lignes de métro aérien. Les nouvelles infrastructures devraient permettre de réduire de 10 à 12% le trafic au cours des cinq prochaines années et de permettre aux passagers de se rendre d'un aéroport à l'autre en une heure seulement.

Si vous n'avez jamais été à Moscou, vous ne connaissez probablement pas le sens du mot « embouteillages ». Passer des heures dans votre voiture sur le chemin du retour, se déplacer aussi lentement qu'une tortue et klaxonner avec colère contre la lenteur des autres conducteurs - l'expérience est aussi unique que désagréable.

Bien qu'ils survolent la plupart du temps les embouteillages dans des hélicoptères, le président russe Vladimir Poutine et le maire de Moscou Sergueï Sobianine sont conscients du problème - et ils essayent de le résoudre. « Nous mettons en œuvre un projet global visant à développer le nœud de transport de Moscou qui comprend des routes, des voies ferrées, des métros », a déclaré M. Sobianine lors de sa rencontre avec M. Poutine le 15 novembre.

Lire aussi : Embouteillages: la Russie est sur le pied de guerre

De station à station

La ville accorde une grande attention à son système de chemins de fer urbain, en collaboration avec la société nationale des chemins de fer russes. En 2016, on a déjà construit et ouvert la Ceinture ferroviaire centrale de Moscou (CFC), une ligne urbaine qui a connecté des quartiers relativement éloignés de la capitale, réduisant ainsi la charge sur le système métropolitain. Environ 400 000 personnes utilisent quotidiennement la CFC, ce qui représente 100 millions de passagers par an.

Maintenant que le CFC est en fonctionnement, l'hôtel de ville lance un nouveau projet - les Diamètres centraux de Moscou. Ce sont des lignes de chemin de fer aériennes qui relieraient les villes de la région de Moscou à travers la capitale.

Connexion plus rapide

« Actuellement, les chemins de fer de banlieue vont jusqu'aux gares et là ils s'arrêtent, ce sont en fait des impasses », a expliqué Sobianine. Selon lui, relier les chemins de fer à l'intérieur même de la ville rendra l'infrastructure plus efficace. Par exemple, l'un des nouveaux diamètres reliera Odintsovo (26 km à l'ouest de Moscou) et Lobnia (40 km au nord) au moyen d’une ligne directe.

Lire aussi : High-tech souterrain: les nouvelles stations du métro de Moscou

Selon le plan, la nouvelle ligne desservira 43 millions de passagers par an, rendant le trajet d'Odintsovo à Lobnia deux fois plus court. En ce qui concerne les étrangers, une fois le projet terminé, il ne faudra qu'une heure pour se rendre d'un aéroport à un autre - c'est ce que Oleg Belozerov, le président des chemins de fer russes, a déclaré à Vladimir Poutine.

Les deux premiers diamètres, qui représenteront 30% de l'ensemble du projet, devraient être terminés d'ici le milieu de l'année 2019. Pour le reste, selon Sobianine, il faudra jusqu'à cinq ans pour mettre en œuvre l'ensemble du projet. Au total, le trafic devrait être déchargé de 10 à 12%, fournissant à 300 millions de personnes une connexion plus rapide.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer