Pourquoi les femmes se couvrent-elles la tête dans les églises orthodoxes?

Komsomolskaïa Pravda/Global Look Press
Cette tradition remonte à l'héritage de l'apôtre Paul et bien que la plupart des chrétiens du monde ne le fassent plus, l'Église orthodoxe russe insiste toujours sur ce point.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Si vous avez d’ores et déjà eu l’occasion de visiter une église orthodoxe russe, vous aurez probablement remarqué que les femmes s’y rendent, contrairement aux catholiques ou protestantes, un foulard sur la tête. Si vous êtes une femme, peut-être avez-vous, vous-même, dû vous plier à cette règle.

Dans la tradition orthodoxe, c’est en effet un indispensable. Bien sûr, personne ne chassera une femme tête nue d'une église orthodoxe, mais il est très probable qu'elle sera confrontée à des regards désapprobateurs et critiques, surtout de la part des babouchkas locales (vous trouverez toujours quelques grand-mères dans les églises orthodoxes de Russie). La raison en est simple : dans une église orthodoxe, la gent féminine doit porter un foulard. Mais pourquoi ?

Sources faisant autorité

Historiquement, il était approprié de faire en sorte que toutes les femmes chrétiennes se mettent un foulard sur la tête, car la tradition est née à une époque assez ancienne. Dans la Première épître aux Corinthiens 11, l'apôtre Paul dit : « Toute femme qui prie ou prophétise le chef découvert fait affront à son chef; c'est exactement comme si elle était tondue ». Et au Ier siècle, le crâne rasé pour les femmes était mal vu.

Le théologien russe Sergueï Khoudiev clarifie les paroles de Paul : « Dans la culture antique, les cheveux étaient considérés comme l'élément le plus vif de la beauté de la femme et les recouvrir permettait de manifester sa modestie. Les hétairies [courtisanes] grecques marchaient la tête nue, tandis que les honorables femmes mariées se couvraient la tête, montrant ainsi qu’elles appartenaient à leur époux ». Par conséquent, avec le dédain de Paul, la tradition était assurée : les femmes modestes (c'est-à-dire les chrétiennes craignant Dieu) devaient se couvrir le crâne.

Aujourd'hui, la tradition est toujours présente dans le christianisme orthodoxe, même si elle a été établie il y a 20 siècles. Comme l'a récemment souligné le patriarche Cyrille, primat de l'Église orthodoxe russe, dans une interview : « Pourquoi avons-nous besoin du foulard dans les églises ? Parce que les gens devraient penser aux prières à l'église. Quand une belle femme entre (les cheveux découverts), cela attire naturellement l'attention et la détourne du service sacré ».

Lire aussi : Ces églises orthodoxes russes bâties aux quatre coins du monde

Approche alternative

Il y a de multiples religions chrétiennes dans le monde qui ont décidé de laisser les femmes entrer dans les églises la tête nue. Même l'Église catholique romaine, aussi conservatrice puisse-t-elle paraître, a commencé à le permettre durant le Concile Vatican II de 1962-1965. Aujourd'hui, comme le dit le prêtre catholique russe Kirill Gorbounov, « l’acte de couvrir la tête d'une femme a complètement perdu son sens dans la culture moderne ». Néanmoins, les chrétiens d'Europe de l'Est se disent orthodoxes pour une raison : ils ne souhaitent pas abandonner les traditions des premiers chrétiens.

Toutefois, d'autres églises orthodoxes, situées en dehors de la Russie, ont délaissé cette pratique, mais pour une raison différente. Par exemple, dans plusieurs États des Balkans, les femmes orthodoxes ne portent pas le foulard dans les églises, et ce, pour éviter toute ressemblance avec les musulmanes portant le hijab. Mais comme la Russie n'a pas d'histoire amère d'islamisation forcée, il semble que la tradition du foulard ne disparaîtra pas de sitôt.

Dans cet autre article, nous vous expliquions justement comment vous comporter dans une église orthodoxe de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies