Cérémonie du baptême: quelles différences entre l’orthodoxie et le catholicisme?

Le baptême, l’un des principaux sacrements chrétiens, implique de subtiles différences en fonction de la religion dans laquelle il est effectué. Russia Beyond vous explique ces quelques divergences.

La Rus’ (État à l’origine de la Russie) a été christianisée en 988 par Vladimir Ier, grand-prince de Kiev. À la saint Vladimir, le 28 juillet, les croyants orthodoxes russes célèbrent donc l’anniversaire de cet événement, qui a soufflé sa 1 030ème bougie en cette année 2018.

Peu après ce baptême national, en 1054, le Grand Schisme est survenu, divisant l’Église en deux : celle d’Orient (l’orthodoxie) et celle d’Occident (le catholicisme). Avec le temps, ces deux Églises ont adopté des manières différentes de procéder aux sacrements, et notamment au baptême. Voici donc les principaux points de démarcation entre les deux.

Lire aussi : À qui les anciens Slaves vouaient-ils un culte avant l’arrivée du christianisme?

1. L’âge du baptême

Le baptême est le sacrement le plus important du Christianisme. Il procure à la personne un accès à tous les autres sacrements, et notamment à l’Eucharistie (aussi connue sous le nom de Saint-Sacrement).

Dans l’orthodoxie, le baptême peut être réalisé pour les nourrissons (généralement âgés de plus de 8 jours). Les parents et parrains/marraines prennent alors la responsabilité de faire entrer l’enfant dans la foi chrétienne. Le bébé ne prenant pas encore part à l’Eucharistie ou au jeûne, ces rites sont effectués par ses parents « pour lui ».

Si un enfant baptisé a moins de 7 ans, seul l’accord des parents est nécessaire dans l’orthodoxie. Pour ceux ayant entre 7 et 14 ans, l’accord des parents et de l’enfant est requis, et après 14 ans, l’enfant est en mesure de décider seul.

Lire aussi : La fête de Pâques vue de Russie et d'Occident

Dans le catholicisme, une importance capitale est accordée à l’acte de plein gré, une personne doit choisir le christianisme de manière consciente. C’est pourquoi il est recommandé de procéder au baptême à un âge compris entre 7 et 12 ans, afin que l’enfant puisse formuler ses propres désirs. Dans la plupart des pays cependant, le baptême est aujourd’hui réalisé à un très jeune âge.

2. Immersion, aspersion ou effusion?

Le baptême est presque toujours effectué avec de l’eau, mais de rares exceptions existent. Selon les Canons des Apôtres (IVe siècle de notre ère), un homme mourant souhaitant se convertir peut par exemple être baptisé même avec du sable.

Dans la tradition orthodoxe, le baptême inclut trois immersions complètes (une pour le Père, une pour le Fils et une pour le Saint-Esprit) dans des fonts baptismaux remplis d’eau bénite. À noter que la triple immersion symbolise également la mort et la renaissance du Christ. Le baptême par effusion ou aspersion est autorisé uniquement dans de rares cas.

Lire aussi : Pourquoi les Russes sont (principalement) orthodoxes?

Au contraire, dans l’Église catholique, la triple effusion ou aspersion sur la tête du baptisé est tout à fait courante. Toutefois, on constate un récent gain de popularité de l’immersion.

3. Confirmation ou chrismation?

Dans les églises orthodoxes, y compris les russes, la chrismation est un sacrement qui doit être réalisé immédiatement après le baptême. Il consiste en l’onction du nouveau baptisé à l’aide du Saint Chrême, une huile consacrée.

Dans les églises catholiques, tout comme dans les orthodoxes, la chrismation finalise le processus d’entrée dans la religion. Sans chrismation, une personne n’est pas autorisée à prendre part à l’Eucharistie.

Lire aussi : De la guerre à la coexistence: comment vivent les catholiques de Moscou?

Dans l’Église catholique, la chrismation (alors appelée confirmation) est également effectuée après le baptême, mais pas de suite après. En effet, si elle l’était autrefois, elle est aujourd’hui généralement réalisée durant l’adolescence, lorsque les enfants sont considérés comme ayant consciemment choisi leur foi. Seuls les évêques peuvent procéder à la confirmation dans le catholicisme.

Pour ce qui est du reste, les traditions des baptêmes catholiques et orthodoxes sont plus ou moins similaires : les deux impliquent la récitation du Symbole de Nicée, la renonciation de Satan (avant le baptême). Après la cérémonie, la baptisé revêt des vêtements blancs et allume une bougie. Dans l’orthodoxie cependant, une mèche de ses cheveux est coupée, pour symboliser la confiance placée en Dieu.

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment vous comporter dans une église orthodoxe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies