Ces églises orthodoxes russes bâties aux quatre coins du monde

Legion Media
L’orthodoxie russe est parvenue à conquérir des territoires bien au-delà des frontières nationales. C’est en tous cas ce que laissent penser ces étonnants lieux de culte se dressant à l’autre bout de la planète.

Brésil

L’église orthodoxe russe de Sainte-Zinaïde, à Rio de Janeiro, a été érigée dans les années 1930 par les émigrants ayant quitté la Russie soviétique postrévolutionnaire. Son architecture a été influencée par les constructions médiévales de la région de Pskov (nord-ouest de la Russie). Ainsi, on dit que lorsque l’on est à l’intérieur, il est possible de se sentir en plein cœur de la province russe. À travers ses fenêtres, il est par ailleurs donné d’admirer l’immense statue du Christ Rédempteur ainsi que l’océan Atlantique.

Cuba

L’idée de bâtir la cathédrale orthodoxe Notre-Dame-de-Kazan à La Havane, est venue à l’esprit du célèbre leader cubain Fidel Castro. « Le temple à La Havane a été conçu et construit comme monument à l’amitié russo-cubaine, comme une expression de la gratitude envers notre peuple, qui a énormément contribué à la préservation de Cuba en tant qu’État indépendant et au développement de son potentiel économique », a déclaré Kirill, patriarche de Moscou et de toute la Russie, en 2008, lorsqu’il a consacré cette église. On compare d’ailleurs souvent cette dernière à la cathédrale de l’Annonciation, au sein du Kremlin moscovite.

Lire aussi : Comment se comporter dans une église orthodoxe russe?

Japon

La cathédrale de la Sainte-Résurrection, à Tokyo, a été érigée durant l’ère Meiji, dans les années 1880. Il était attendu que le tsar Nicolas II ferait son apparition lors de sa consécration en 1891, ce qui n’est malheureusement pas arrivé, l’empereur ayant fait face à une tentative d’assassinat dans la ville japonaise d’Otsu.

Mexique

À Mexico, l’église de l’Intercession-de-la-Mère-de-Dieu date du XVIIe siècle. Néanmoins, ce bâtiment appartenait auparavant à l’Église catholique romaine, et n’a été transmis à l’Église orthodoxe russe qu’en 2014.

Lire aussi : Plus de 1.000 ans de christianisme: des images à couper le souffle des églises orthodoxes

Chine

L’église de la Dormition-de-la-Mère-de-Dieu, à Pékin, est la seule église orthodoxe opérationnelle de la capitale chinoise. Se trouvant sur le territoire de l’ambassade russe, elle a été construite en 1902, mais a été transformée en garage dans les années 50. L’édifice a cependant fait l’objet de rénovations et a été consacré en 2009 au cours d’une visite de Vladimir Poutine en Chine.

Émirats arabes unis

L’église orthodoxe russe de l’Apôtre Saint-Philippe se situe à Charjah. Inaugurée en 2011, il s’agit de la seule église russe de la péninsule arabique. Elle peut en outre accueillir 20 000 fidèles.

Lire aussi : Six églises russes uniques en leur genre

Thaïlande

Les croyants orthodoxes sont peu nombreux dans cette contrée de l’Asie du sud-est, puisqu’ils ne seraient qu’un millier. On y compte pourtant 10 lieux de culte leur étant réservés. Récemment, sur l’île de Phuket, ont été érigés un séminaire orthodoxe ainsi que l’église du Métropolite de Moscou Saint-Innocent.

Cambodge

La première église orthodoxe russe construite au Cambodge, celle du Grand-Saint-Martyr-Panteleimon, est sortie de terre il y a trois ans seulement. Les chrétiens ne représentent que 2% de la population cambodgienne et la fraction d’orthodoxes est encore plus faible, néanmoins, on ne dénombre pas moins de quatre églises à leur destination dans le pays.

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment l’orthodoxie a survécu à 70 ans d’athéisme d’État en URSS.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies