Peut-on vivre en Russie sans parler russe?

Igor Gerasimchuk/TASS
Peu de gens parlant anglais, vivre en Russie sans maîtriser la langue de Pouchkine pourrait être un défi. Pourtant, certains expatriés s’en sortent très bien.

« Je rentrais chez moi après le travail et, tout à coup, un employé du métro m'a arrêté. Il a demandé ma carte de transport Troïka et mon passeport. Son visage était sérieux, même furieux. Que se passait-il ? Qu'est-ce que j’avais fait ? J'ai demandé de l'aide aux gens, mais personne ne pouvait traduire de l'anglais. J'avais si peur… »

Après de longues délibérations, Lee Ken, 33 ans, venue des Philippines en Russie pour travailler comme nourrice, a été autorisée à partir. Pourtant, elle n’est pas la seule à s’être retrouvée « perdue dans la traduction » en Russie.

Premiers jours

Les connaisseurs recommandent de faire appel à un traducteur russe au moins au moment du déménagement en Russie.

Louer un appartement décent, éplucher les documents, ouvrir un compte bancaire - ce sont les domaines où la maîtrise du russe est cruciale. Avoir un soutien côté russe aidera grandement.

La plupart des problèmes proviennent de la bureaucratie, car il n’y a aucune garantie que le personnel parle anglais ou toute autre langue.

>>> Comment s'adresser à un Russe si vous ne connaissez pas son nom?

« La situation la plus désagréable à laquelle j’ai été confronté, c’est lorsque j'ai essayé d'obtenir mon permis de résidence temporaire. Il s'est avéré qu'il y avait un problème avec mon enregistrement. Mon russe n'est pas suffisant pour comprendre cela. Je demande donc à la dame si elle pouvait l'expliquer à ma femme (elle est russe) à l'aide de mon téléphone. Elle a compris qu'il s'agissait de ma femme au téléphone, mais elle a refusé de lui parler », a déclaré Fernando Alves, responsable des médias sociaux originaire du Portugal, âgé de 40 ans.

Et ce n'est certainement pas un cas isolé. « Les tâches administratives sont impossibles pour moi ici, je demande toujours l'aide de mon mari (qui est russe) », a déclaré Irene De Cleene, conseillère juridique belge âgée de 24 ans, qui a déménagé en Russie pour vivre avec son époux.

Cependant, une fois les problèmes de base résolus, un nouveau-venu devient beaucoup plus autonome, même s'il ne parle pas russe.

« Une fois que vous avez installé des choses comme Yandex taxi [l’application de réservation de taxi], une bonne carte SIM, que vous avez un compte bancaire et un cercle social, ce n’est pas sorcier de vivre ici », a déclaré Ben Fusi, 23 ans originaire d’Essex, en Angleterre, qui travaille comme enseignant à Moscou.

Certains parviennent à maintenir ce mode de vie pendant des années.

>>> Pourquoi apprendre le russe est un véritable parcours du combattant?

« Je vis à Moscou depuis près de sept ans. Les Russes demandent toujours : "Comment pouvez-vous enseigner à un enfant qui ne parle pas anglais si vous ne parlez pas russe ?!" ou "Vous devez apprendre la langue si vous vivez ici ! Comment faites-vous pour survivre ?!" Mais une fois qu'ils savent depuis combien de temps je suis ici, ils la bouclent à ce sujet », a déclaré Bree Marie Antonova, 30 ans, qui a quitté la Californie pour s'installer en Russie.

En fin de compte, une fois que vous êtes installé, il est possible de survivre en Russie, même si vous ne parlez pas russe. Mais peut-on vraiment vivre confortablement ?

Se faire des amis

Les interactions sociales ne seront tout simplement pas fluides si vous ne parlez pas russe. La plupart des personnes interrogées dans le cadre de cet article se plaignent de la difficulté d'établir des liens sociaux lorsqu'elles peuvent difficilement participer ou comprendre les conversations que d'autres personnes ont en leur présence.

« C’est difficile de se faire des amis. J’ai vécu dans d’autres pays où je me liais spontanément et trouvais une langue commune comme l’anglais, le français, l’allemand ou quelque chose de similaire, mais ici, la plupart des gens (les jeunes compris) ne parlent que russe », a déclaré Irene De Cleene.

Même ceux qui ont essayé d’étudier la langue russe ont du mal à communiquer à un niveau plus avancé.

>>> Quatre raisons pour lesquelles les Russes utilisent le cyrillique

« Lors de choses comme sortir avec une fille russe, la conversation peut devenir assez gênante si vous ne pouvez parler qu'en anglais et que leur anglais est bon mais pas parfait, ou si vous avez un groupe d'amis composé de personnes un peu bilingues, vous ratez des parties de la conversation si vous êtes limité à l'anglais », estime Ben Fusi.

Pour certaines personnes, cela devient un réel problème.

« J’avais une vie sociale très active chez moi, mais ici à Moscou, ce n’est pas le cas. Souvent, je m'ennuie pendant mon temps libre. Je veux vraiment aller à des soirées mais j’ai peur de ne pas savoir parler russe, comment vais-je commander des boissons dans un bar, comment vais-je me présenter ? », explique Lee Ken.

«Ronflement russe»

Un conseil universel serait : qui ne tente rien n’a rien. Apprenez au moins les mots et expressions de base, ils changeront la donne. L'alphabet est un bon début.

Certains disent que les Russes deviennent plus amicaux, plus ouverts et plus disposés à vous aider s'ils vous voient comme un étranger qui essaie de parler leur langue, même si vos efforts sont vains. Ce qu'il faut pour gagner la sympathie des Russes, c'est leur montrer que vous essayez.

>>> Quiz: êtes-vous réellement prêts pour déménager en Russie?

« J'étais dans une gare à Moscou et je n'avais aucune idée de ce que je devais faire. Je savais où j'allais et c'était tout. Un jeune homme qui connaissait quelques mots d'anglais m'a aidé à acheter mon billet puis, quand je n'ai pas pu trouver le train, l'agent m'a aidée à me diriger dans la bonne direction. C'était le milieu de la nuit et j'étais très reconnaissante de l'aide qu'ils m'ont apportée », a déclaré Christy Cad de l'Ohio.

Cad a eu de la chance de trouver des personnes pour lui venir en aide, mais dans une autre situation, parler quelques mots de russe aurait pu faire une grande différence.

« Les Russes n'aiment pas quand vous n'essayez même pas, une fois que vous avez essayé, ils sont plus ouverts et compréhensifs, ils vous aident donc plus volontiers », a écrit un utilisateur de Facebook, Deyra Baez de Ushakov.

Et si le russe est trop difficile pour vous, imitez les autres. « Si vous maîtrisez le ronflement russe, vous pouvez vous en tirer dans 70% des situations », indique Melanie Trombetta, une étudiante diplômée de 25 ans originaire de France. « Mon "hmm hmm" était super utile contre les féroces babouchkas du dortoir », raconte-t-elle.

>>> Qu’est-ce qui surprend le plus les étrangers en Russie?

« Ma colocataire australienne, qui parlait couramment le russe, se faisait toujours crier dessus sans raison par les babouchkas. Ca ne m’est jamais arrivé et ma théorie est que comme je ne pouvais pas les comprendre complètement, du coup ça n'en valait pas la peine. Je pouvais juste lancer un "hmm hmm" et m’en sortir. C’est le meilleur truc de survie que je puisse recommander en Russie », conclut Trombetta.

Dans cet autre article, nous vous présentons douze mots russes sonnant français mais ayant pourtant un sens totalement différent.

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies