Un Russe aurait survécu un mois dans la tanière d’un ours – fake ou réalité?

AFP
Les médias russes et internationaux relaient actuellement la vidéo d'un homme ressemblant à un cadavre vivant et affirmant qu'il a passé un mois à servir de «boîte de conserve» pour un ours. Néanmoins, jusqu’à présent, personne ne peut prouver que son histoire est réelle.

Que s’est-il passé ?

Le 25 juin 2019, le site EurAsia Daily, basé à Moscou, a publié une nouvelle étonnante : dans la République du Touva (région russe du Sud de la Sibérie), « un local, nommé Alexandre, a passé un mois dans une tanière d’ours, avec la colonne vertébrale brisée – et a réussi à survivre ». EurAsia Daily a également mis en ligne une vidéo prouvant ses dires. On y voit un homme profondément épuisé, ressemblant davantage à une momie, allongé dans ce qui semble être un hôpital et déclarant s’appeler Alexandre.

La rédaction a par ailleurs mentionné des « témoins oculaires » et des « chasseurs locaux » comme sources d'informations, affirmant que les chiens de chasse avaient aidé à trouver Alexandre (son nom de famille ou sa profession ne sont pas clairement évoqués). « En dépit de terribles blessures, Alexandre était conscient et capable de bouger les bras, tout en étant totalement épuisé… Il a dit que l'ours l'avait attaqué, lui avait cassé la colonne vertébrale et l’avait blessé, mais avait décidé de ne pas le manger, et l’avait gardé comme une "boîte de conserve" dans sa tanière ».

Comment a-t-il pu survivre ?

Ceci n’est absolument pas clair. Si cette histoire est vraie, Alexandre a certainement passé un mois dans la tanière de l’ours sans nourriture ni eau, incapable de bouger à cause de sa colonne vertébrale brisée. Mais d’abord, pourquoi l’animal l'a-t-il laissé en vie ? Alexandre Khabourgaïev, journaliste nature, a expliqué à la chaîne de télévision Rossiya 24 que, généralement, lorsque les prédateurs tuent des gens, ils mangent en premier lieu leurs boyaux. « Cette histoire semble vraiment douteuse », déclare-t-il.

>>> Comment survivre si vous tombez nez à nez avec un ours

Peut-on croire ce récit ?

Il semble suspect. Bien sûr, cela s'est répandu rapidement dans les médias russes et étrangers : l'histoire, qui rappelle l’intrigue d’un film à suspense, a attiré l'attention du public. Néanmoins, il n'existe toujours aucune preuve solide.

Le 26 juin, le ministère touvain de la Santé a annoncé : « Nous ne pouvons confirmer l’affaire survenue au Touva. Elle n'a pas été enregistrée par le ministère de la Santé, le ministère des Situations d'urgence ou tout autre organe officiel [de la région]. Très probablement, cela s'est passé quelque part en dehors du Touva ». La police a également souligné que les photos de cet homme épuisé étaient apparues sur Internet il y a plusieurs années.

Par la suite, EurAsia Daily a présenté un nouveau document au sujet d’« Alexandre », précisant que cette vidéo leur avait été envoyée par « un homme d’affaires très connu au Touva, qui a demandé à ce que son nom ne soit pas mentionné ».« Il affirme avoir reçu les informations de ses amis chasseurs, qui connaissent les témoins oculaires de ce qui s'est passé ».

Par conséquent, l’histoire peut être résumée ainsi : le média qui a publié en premier la nouvelle s'appuie sur un homme anonyme disant connaître des personnes qui connaissent des personnes qui ont vu Alexandre, tandis que les autorités ne confirment pas les faits. La seule chose rendant ce récit crédible, c’est la vidéo de cet homme épuisé et profondément blessé gisant à l’hôpital – mais pour l’instant, nous n’avons aucune preuve concernant le fait qu’il a réellement passé un mois dans une tanière d’ours, et le lieu où il se trouve ainsi que les circonstances de tournage de cette vidéo sont également inconnus.

Dans cet autre article récent, nous vous racontions toutefois l’histoire réelle d’un homme, toujours au Touva, qui a survécu face à un ours en lui mordant la langue.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies