Cratère Patom: un mystère au fin fond des forêts de Sibérie

Qu'est-ce qui a atterri ici - un ovni ou une météorite? Cette formation géologique de 40 mètres de haut n’a jamais fait l’objet d'études approfondies avant les années 2000, mais les scientifiques russes semblent avoir trouvé une explication...

Un mont lugubre se dresse au milieu du paysage verdoyant de la dense taïga russe. Ressemblant à un haut-parleur géant de 40 mètres de haut et de 100 mètres de large, c’est un site inattendu situé dans une région reculée du nord de la région d’Irkoutsk, à quelque 210 km au nord de la ville de Bodaïbo.

Jusqu'en 1949, seuls quelques habitants des environs étaient au courant de son existence. Ils l'appelaient le « nid d’aigle de feu » et le considéraient comme un mauvais endroit que même les animaux évitaient. Certains de ceux qui ont visité cet endroit sont décédés d'une mort étrange et les animaux domestiques y disparaissent sans laisser de trace. Quel est le mystère derrière ce cratère et y a-t-il une explication rationnelle à toute cette activité mystérieuse ?

Étrange découverte

Le géologue russe Vadim Kolpakov a été le premier à découvrir cette formation unique. En 1949, il est venu ici pour faire des recherches et ne pouvait pas en croire ses yeux quand il a vu le cratère.

Lire aussi : Mystère du nain de Kychtym: Aliochenka, extraterrestre ou enfant mutant?

« Je pensais que j'étais devenu fou, se souvient-il. De loin, cela m'a rappelé une mine à ciel ouvert géante et je me suis même demandé s'il y avait des gens là. Mais pourquoi seraient-ils venus ici ? C'est une zone dense de la taïga. De plus, il n'y avait pas de camps de travail du NKVD (police politique soviétique, ndlr) par ici - je le savais à coup sûr. Deuxièmement, je pensais que cela pourrait être un artefact archéologique, mais les peuples locaux, les Evenks et les Iakoutes, n'étaient pas d'anciens égyptiens. Ils ne pouvaient pas avoir construit des pyramides de roche ».

Un examen plus approfondi a montré que le cratère était un grand monticule constitué de blocs de calcaire brisés d’un diamètre d’environ 160 mètres et d’un poids estimé à environ un million de tonnes. Le cratère a été surnommé « Patom » (du nom d’une rivière voisine), mais n’a pas été examiné en détails avant les années 2000 en raison d’un manque de financement.

Théories

Le mystère du « nid d’aigle de feu » a alimenté diverses théories, d’un vaisseau extraterrestre à une réaction nucléaire souterraine. Certains, y compris Kolpakov lui-même, ont soutenu l’idée que le cratère avait été formé par une météorite tombée sur les hautes terres de Patom. Les gens pensaient qu’il s’agissait d’un fragment de la météorite de la Toungouska, tombée dans la taïga sibérienne en 1908. D'autres suggéraient que le cratère était une structure volcanique née à cause des émissions de vapeurs de gaz provenant d’une profondeur importante le long des zones de faille.

Lire aussi : Un nouveau soleil!: comment le plus gros corps spatial de l’histoire est tombé en Russie

La première expédition scientifique complexe qui a visité le site en 2005 n’a obtenu aucune réponse. Le chef de l'expédition est mort d'une crise cardiaque - une tragédie que certains pensaient être un mauvais présage.

Pourtant, les scientifiques ont continué à examiner la zone. Les expéditions ultérieures au cours des années suivantes (2006, 2008, 2010) ont été plus fructueuses. Le matériel recueilli sur le site a montré que le cratère s'était formé il y a environ 500 ans (bien avant la météorite de la Toungouska) et qu'il avait une structure en anneau avec des zones individuelles formées à des moments différents.

Les scientifiques ont finalement écarté la théorie météoritique et l’hypothèse de la formation cryogénique (suggérant que le cône a été formé par le gel de la séquence aquifère) et conclu que le cratère Patom avait vu le jour suite à une explosion phréatique (vapeur), survenue soit durant la rencontre entre du magma et des roches hydriques, soit suite à la fissuration et à la décompression de roches hydriques chauffées.

Lire aussi : Quatre endroits en Russie où d’anciennes civilisations pourraient avoir vécu

Malgré cela, certains préfèrent des explications plus excitantes et farfelues comme un minuscule fragment d'étoile à neutrons tombé sur la Terre - il serait si massif qu'il aurait percuté la Terre et serait sorti de l'autre côté, à travers le cratère Patom. Ce n’est pas complètement irréaliste - deux événements similaires se sont produits en 1993 dans différentes parties de la planète, les deux en un mois.

Il n’existe toujours pas d’explication des étranges événements qui se seraient produits dans les environs du cratère. En dehors de l’anomalie magnétique détectée lors de l’une des premières expéditions, il n’y a aucune preuve confirmée qu'un objet de grande taille soit enfoui au centre du cratère.

Quelle que soit la théorie choisie, le cratère restera probablement l'un des endroits les plus mystérieux de Sibérie.

Depuis plus de quarante ans, une étrange station radio transmet un bruit blanc au milieu duquel on peut entendre des chiffres, des noms et des mots dont on ignore la signification… Pour en savoir plus sur le sujet, n'hésitez pas à vous diriger vers notre  article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies