Comment un entrepreneur de l'Oural s’est trouvé hors la loi en voulant nourrir les gens gratuitement

Ivan Zaychenko; Pixabay
Le propriétaire d’un supermarché a dû renoncer à la distribution de produits invendus, mais il prépare maintenant de la soupe au saumon pour les nécessiteux.

Ivan Zaïtchenko est un homme d'affaires célèbre à Ekaterinbourg. Depuis une dizaine d’années, il opère dans le domaine de la restauration et des services de livraison de nourriture. Il n’y a pas si longtemps, il a ouvert l’épicerie Jizn’mart (« marché de la vie »). Presque tout ce qui y est vendu a une courte durée de vie : produits laitiers frais, fruits et légumes et plats préparés à emporter. En mars, il a eu l’idée de donner gratuitement les produits périmés. « C'étaient des produits que nous ne pouvions plus vendre en vertu de la loi, mais qui étaient encore tout à fait comestibles », a confié Ivan à Russia Beyond.

Il a décrit son initiative sur les réseaux sociaux et a reçu un retour très positif, car il s'agissait de la première action de ce type dans la ville. « Beaucoup de gens doivent fouiller dans des poubelles pour manger les produits périmés jetés par les magasins. J'espère que cela aidera au moins quelqu'un à préserver sa dignité humaine tout ayant le ventre plein. Je serais heureux si d'autres détaillants en faisaient de même », a-t-il écrit.

Cependant, cette initiative n'a été attiré l’attention d'autres magasins, mais celle de Rospotrebnadzor, le service russe de protection des droits des consommateurs. Quelques jours plus tard, des employés du service sont venus dans son magasin pour réaliser une inspection et, bien sûr, ont trouvé les produits périmés. Ivan a été menacé d'une amende allant de 100 000 à 1 000 000 roubles (1300 à 13 000 euros) et d’une suspension d’activité de 90 jours. En d'autres termes, un arrêt de mort pour son petit magasin. Mais il a eu « de la chance » : pour la première fois, l’affaire n’est pas allée plus loin qu’une « conversation sérieuse », dit Ivan.

Lire aussi : Où en est le mouvement «freegan» en Russie? 

Charité ou affaires?

Rospotrebnadzor a expliqué à Ivan que, conformément à la législation russe, il était interdit de distribuer des produits périmés dans les magasins, peu importe que ces produits soient vendus ou distribués gratuitement.

Contrairement à la France, par exemple, où la loi interdit aux magasins de jeter les invendus (qui doivent être confiés à des organisations caritatives), en Russie, ces produits ne peuvent même pas être jetés à la poubelle. Les invendus doivent être placés dans un conteneur spécial fermé emmené par un camion à ordures séparé. Rospotrebnadzor justifie ces exigences en indiquant que personne ne devrait découvrir accidentellement des invendus périmés et s’empoisonner par inadvertance. Les grands réseaux de distribution peuvent restituer certains produits non vendus aux fournisseurs, en recevant une indemnisation.

Ivan explique que, bien sûr, il ne va pas enfreindre la loi, mais qu'il est simplement « dommage de jeter de la nourriture » invendue. Selon ses calculs, le magasin jette chaque soir environ 3 000 roubles (41 euros) d’aliments, qui pourraient en fait être sauvés.

Il donne cet exemple : même si vous achetez du pain ou des biscuits ayant une date de péremption fixée au soir-même, vous pouvez les manger le lendemain sans que la qualité ne soit affectée. C'est encore plus intéressant avec les plats cuisinés : la période de vente n'est que de 12 heures, mais ils peuvent être conservés jusqu'à trois jours. « Le fabricant prévoit généralement une certaine durée de stockage du produit au-delà de sa durée de vie officielle », explique l’homme.

Lire aussi : Un étudiant russe vit un mois avec 22€ pour encourager les autres à ne pas renoncer à leurs rêves

Soupe au saumon pour sushi

Pour le moment, Ivan a décidé de donner le reste des produits aux employés du magasin. Et pour nourrir ceux qui sont dans le besoin, il a eu l’idée d’utiliser les produits de son restaurant japonais Sushkof. Chaque soir, il restait au restaurant quelques morceaux de saumon, ainsi que des fruits et légumes, qui étaient généralement jetés. Ivan souligne : rien de périmé ici, tout est frais, simplement vous ne pouvez plus cuisiner de plats figurant au menu avec ces ingrédients.

Certains de ces rebuts du restaurant étaient jadis donnés à d'autres organisations, y compris pour des besoins caritatifs. À la fin du mois d’avril, les employés du restaurant ont commencé à préparer de la soupe de poisson à partir des restes de saumon et à la distribuer à tous. Ivan promet de régaler tout le monde avec cette soupe deux fois par semaine.

Il dit que jusqu'à présent, les organes de contrôle ne lui ont pas posé de questions et il se réjouit de pouvoir aider ceux qui en ont vraiment besoin. Les habitants de la ville lui répondent avec de bonnes actions : « Avant-hier, une femme nous a proposé de laver le sol du magasin gratuitement en guise de remerciement. J’étais très heureux et je sentais que je commençais à aimer ce monde de plus en plus », raconte Ivan.

Voyant une telle réaction des gens, il a décidé d'étendre ses activités philanthropiques et de créer un menu spécial, dont le produit des ventes sera remis aux orphelinats de l'Oural.

Pour savoir ce que pensent les Russes des friperies et vêtements d’occasion, suivez le lien suivant.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies