Combien les milliardaires russes donnent-ils à l’art et aux œuvres de charité?

Partager, c'est bien, surtout quand vous avez des millions de dollars en trop : les hommes d'affaires les plus riches de Russie se montrent généreux en la matière.

Lorsque, le 15 avril 2019, un incendie a sérieusement endommagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, les familles françaises les plus riches ont rapidement commencé à collecter des fonds pour restaurer cet édifice unique. Bernard Arnault, PDG du groupe de produits de luxe LVMH, a promis de donner 200 millions d'euros, tandis que la famille Pinault s'est engagée à verser 100 millions d'euros, et d'autres ont également versé des contributions. Il semble que les plus fortunés de France se soucient de l'héritage de leur pays, ou du moins de se donner une bonne image aux yeux de l’opinion.

Heureusement, les Russes n'ont pas eu à collecter de fonds pour restaurer le Kremlin après un incendie. Mais si nous devions le faire, il ne manquerait pas de gens très riches prêts à faire un don. Comme ailleurs, les milliardaires russes sont familiers avec les œuvres de charité. Voici quelques exemples.

Lire aussi : Qui sont les oligarques russes et existent-ils vraiment? 

Vladimir Potanine

Qui est-ce : Vladimir Potanine contrôle le conglomérat Interros, qui détient 33% du capital de Nornikel, premier producteur mondial de nickel et de palladium.

Fortune nette : 18,1 milliards de dollars (Forbes)

Projets artistiques et caritatifs : Potanine possède une fondation caritative qui porte son nom. Elle soutient les étudiants et les professeurs des universités russes avec des bourses, gère des programmes visant à développer le secteur des musées en Russie et encourage la philanthropie. En 2017, selon son rapport annuel, la fondation de Vladimir Potanine a consacré 572 millions de roubles (8,9 millions de dollars) à ces programmes.

Entre autres projets, Potanine soutient régulièrement l’Ermitage, l’un des musées les plus importants de Russie ; il est à la tête du conseil d’administration de ce musée de Saint-Pétersbourg depuis sa création et donne personnellement des sommes considérables : 5 millions de dollars en 2010, par exemple. Il a également rejoint l’initiative « Giving Pledge » lancée par Bill Gates et Warren Buffett, en promettant de donner au moins la moitié de sa fortune nette à une œuvre de bienfaisance.

Guennadi Timtchenko

Qui est-ce : fondateur et propriétaire de la société d’investissement privée Volga Group, Timtchenko détient également des participations importantes dans Novatek (le deuxième producteur de gaz naturel en Russie), Sibur (une importante société pétrochimique) et plusieurs autres grandes entreprises.

Fortune nette : 20,1 milliards de dollars (Forbes Russie).

Projets artistiques et caritatifs : en 2010, Timtchenko et son épouse Elena ont cofondé la fondation caritative Elena et Guennadi Timtchenko, qui soutient les personnes âgées (services de gériatrie), le sport (hockey en particulier) et la culture (développement des petites villes et villages dans toute la Russie). En 2017, la Fondation Timtchenko a investi 778 millions de roubles (12,1 millions de dollars) dans ces programmes (rapport annuel).

En 2014, Timtchenko a également indiqué qu’il était prêt à « donner [tous ses biens] à l’État ou à des œuvres de charité, si nécessaire ».

Lire aussi : Dix églises russes en bois à voir avant qu’il ne soit trop tard 

Leonid Mikhelson

Qui est-ce : partenaire commercial de Timtchenko, Leonid Mikhelson est également un actionnaire important de Novatek et de Sibur.

Fortune nette : 24 milliards de dollars (Forbes Russie)

Projets d'art et de charité : Mikhelson est profondément impliqué dans le mécénat artistique. En 2009, l’homme d’affaires a créé la V-A-C Foundation (Victoria - l’art d’être contemporain, du nom de la fille de Mikhelson), qui soutient l’art contemporain et accorde des subventions à de jeunes artistes et conservateurs. En 2017, V-A-C a établi son siège social, DK Zattere, à Venise, et fonctionne désormais comme un espace d'art multifonctionnel.

La fondation de Mikhelson, dirigée par la commissaire italienne Teresa Iarocci Mavica, s’emploie à créer un autre espace artistique, celui-ci à Moscou, dans la centrale électrique soviétique désaffectée GES-2, située dans le centre-ville. Selon une interview de Mavica, la fondation Mikhelson et ses partenaires dépenseront au total 10,7 milliards de roubles (167 millions de dollars) pour ce projet.

Mikhelson a également cofondé la Victoria Children Foundation, qui aide les orphelins et les familles d'accueil. En 2017, la fondation a consacré 34,2 millions de roubles (535 040 dollars) à ses programmes cibles.

Alicher Ousmanov

Qui est-ce : Depuis 2012, Ousmanov est à la tête de USM Holdings, qui regroupe ses diverses participations commerciales, y compris Metalloinvest, l’une des plus grandes sociétés russes d’exploitation minière et de métallurgie.

Fortune nette : 12,6 milliards de dollars (Forbes Russie).

Projets artistiques et caritatifs : M. Ousmanov est à la tête de plusieurs fondations philanthropiques, et donne de l'argent pour le sport (en particulier l'escrime - Ousmanov était autrefois champion), des centres de santé et de fitness et des projets culturels.

Ousmanov a fait plusieurs cadeaux coûteux aux musées et aux fonds publics. Par exemple, en 2007, il a acquis la collection d’art de Mstislav Rostropovich et Galina Vichnevskaïa et l’a donnée à l’État russe, dépensant 111,7 millions de dollars. En 2019, le Sunday Times estimait ses récents dons à l'art, à la science, à la culture et aux sports à 137,3 millions de livres (178 millions de dollars).

Forbes Russie évalue les dépenses de 2017 de la fondation caritative Ousmanov à 1,4 milliard de roubles (21,8 millions de dollars).

Lire aussi : Les femmes les plus riches de Russie, qui sont-elles? 

Vaguit Alekperov

Qui est-ce : Alekperov était l’un des fondateurs de Lukoil, la principale société énergétique russe. Il est maintenant président de la société et possède 26% de ce géant pétrolier.

Fortune nette : 20,7 milliards de dollars (Forbes Russie).

Projets artistiques et caritatifs : Alekperov dirige depuis 2007 la fondation « Notre avenir », dont le but est de « soutenir et financer des entreprises qui travaillent pour résoudre des problèmes sociaux » ; la fondation travaille essentiellement avec des entrepreneurs sociaux en Russie. En 2018, il a consacré 585 millions de roubles (9,1 millions de dollars) à des initiatives sociales.

Mikhaïl Prokhorov

Qui est-ce : Connu en Russie pour sa candidature à l'élection présidentielle de 2012 (3e place), Prokhorov possède 51% de l'équipe de basket-ball Brooklyn Nets de la NBA, mais sa fortune se compose principalement d'actifs de différentes sociétés.

Fortune nette : 9,8 milliards de dollars (Forbes Russie)

Projets artistiques et caritatifs : en 2004, lorsque Prokhorov était actionnaire de Nornikel, il avait créé un fonds à son nom. Au début, il était basé à Norilsk, où se trouve le siège de Nornikel, puis s’est ensuite étendu à d’autres régions de Russie. Pour le moment, le Fonds Mikhaïl Prokhorov, dirigé par sa sœur, Irina, soutient des institutions culturelles à travers le pays (foires du livre, prix littéraires, festivals de théâtre, etc.). Son budget actuel est de 320 millions de roubles (4,9 millions de dollars).

Dans cette autre publication, nous vous parlons des oligarques russes au cœur libre comme l’air 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies