Un bélouga peut-il réellement être un espion russe?

Fiskeridirektoratet
Un amical mammifère marin a été aperçu dans les eaux territoriales norvégiennes portant un harnais visiblement fabriqué à Saint-Pétersbourg. À présent, tout le monde pense qu’il s’agissait d’un agent secret au service de la Russie … ce que même Ian Fleming n’aurait pu imaginer.

Des pêcheurs près de l’île d’Ingøya, dans le comté de Finnmark, en Norvège, on récemment aperçu un bélouga équipé d’un harnais. L’animal les suivait et tentait de tirer les lanières suspendues sur les côtés de leurs embarcations. Visiblement, il n’était pas étranger à la présence humaine.

Son harnais semblait quant à lui avoir été conçu pour porter une caméra, et les officiers de la Direction norvégienne de la Pêche sont parvenus à le retirer avant que le cétacé ne disparaisse dans les obscures profondeurs. « Équipement de Saint-Pétersbourg » y était inscrit, poussant les experts norvégiens et plusieurs médias occidentaux à avancer que ce bélouga n’était autre qu’une sorte d’arme russe. Mais qu’en est-il vraiment ?

Des dauphins et des phoques ont en effet été entrainés par la Marine soviétique et russe afin de transporter des outils pour les plongeurs durant les travaux de réparation aquatique de navires ou de sous-marins, mais les militaires ont cessé d’utiliser ces mammifères dans un but offensif il y a bien longtemps. Les experts russes expliquent en effet que cela représente un coût bien trop important, pour une efficacité relative, affirmant notamment que les dauphins et cétacés sont bien trop indépendants pour être véritablement fiables.

>>> Comment être démasqué si vous êtes un espion étranger en Russie

Les autorités et la Marine de Russie n’ont de leur côté pas commenté cet incident, néanmoins des scientifiques de l’Institut d’Écologie et d’Évolution Severtsov, de Moscou, ont confié à la BBC que l’armée russe continuait de travailler avec un nombre limité de bélougas, mais pas à des fins de combat.

En outre, la chaîne Telegram russe « Baza » s’est entretenue avec le personnel de la compagnie saint-pétersbourgeoise qui aurait produit ce harnais. Une source lui aurait alors confirmé que ce modèle d’équipement était produit avant 2010, et que des bélougas étaient fréquemment utilisés pour des missions de recherche et de localisation de navires et objets coulés.

En réalité, l’on peut se demander si, dans l’éventualité où le but de ce bélouga était réellement de mener une mission top secrète, la provenance de son harnais aurait été indiquée directement dessus.

Dans cet autre article, nous vous narrons l’histoire des hommes-grenouilles soviétiques, ces redoutables nageurs de combat.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies