Cinq objets de l'ancienne Russie dont nous avons désespérément besoin

Domaine public, Cameron Crowe/20th Century Fox, 1989
Voici quelques éléments du passé de la Russie - instruments de musique, vêtements, aliments, objets du quotidien - qui pourraient être utiles, à la mode ou amusants à utiliser aujourd’hui. Peut-être est-il temps de ressusciter une partie de l'histoire russe dans votre vie?

1. Rouet

Pourquoi l'utiliser aujourd'hui : faire quelque chose d'utile au lieu de perdre votre temps sur les réseaux sociaux.

En Russie, les femmes mariées recevaient un rouet qui était un cadeau de mariage commun. Le filage du lin était l'une des occupations centrales des femmes, surtout en hiver. Un rouet symbolisait également le lien que les femmes entretenaient avec le monde subtil et la création de la vie (étant donné que l'accouchement était la fonction première de toute femme dans la société traditionnelle).

Aujourd'hui, un bon rouet serait une bonne alternative aux soirées passées sur Instagram. C’est une excellente façon de tuer le temps durant les longues nuits d’hiver et il fournit à la famille du linge de maison écologique et fait à la main.

Lire aussi : Devinerez-vous à quoi servaient ces neuf objets russes de l’ancien temps?

En outre, c’est un élément d’intérieur remarquable, de style New Age : les rouets traditionnels sont toujours parfaitement découpés et décorés. En passant, les anciens Slaves croyaient qu'un rouet éloignait les mauvais esprits.

2. Barma

Pourquoi l'utiliser aujourd'hui : se la raconter n'a jamais été aussi facile.

Un barma était un type de collier complexe en tissu et décoré de plaques d'or, de broderies et de pierres précieuses. Le barma est une version du loros, une écharpe de cérémonie utilisée dans les rites officiels byzantins.

Les barmas russes remontent au XIIe siècle. Ils faisaient partie de la « Grande tenue », un ensemble formel de vêtements très chics portés par les tsars russes lors des sacres et d'événements officiels de haut niveau, tels que des réunions avec des émissaires étrangers. Les barmas faisaient également partie des costumes de parade des princes russes et de la noblesse. Ils sont passés de mode au début du XVIIIe siècle avec tous les anciens vêtements russes interdits par Pierre le Grand.

Lire aussi : Сomment les femmes slaves d'autrefois ensorcelaient-elles les hommes pour les séduire?

Le barma était le moyen le plus simple de définir la richesse d’une personne. La qualité du tissu, la taille des pierres et les saints représentés dans la broderie permettaient de définir le statut du porteur. En outre, il fournissait de la chaleur en hiver et était un bon moyen de garder votre argent en sécurité.

Aujourd'hui, ce serait un excellent accessoire pour les riches. Au lieu d’investir dans des montres, des chaussures et des bijoux bling-bling, vous pouvez simplement concilier le tout avec un bon barma.

3. Verigui

Pourquoi l'utiliser aujourd'hui : parfait pour les fans de fitness.

Le verigui (qui signifie « chaînes » en ancien russe) ne renvoyait pas seulement à des chaînes, mais aussi à différents objets pesants destinés à alourdir quiconque les portait pour exercer son humilité.

Un ensemble de verigui pouvait inclure un chapeau en fer, des semelles en métal, des icônes en cuivre ou en acier - les ascètes orthodoxes les portaient sur leurs corps nus. Un ensemble de base de verigui comprend un pendentif en métal lourd sur des chaînes. Son but était de calmer le désir sexuel, de drainer le pouvoir physique et de définir le statut de la personne qui le portait - seuls les moines d’un certain niveau pouvaient arborer le verigui avec l'autorisation de l'administration de l'église.

Lire aussi : Pourquoi les Russes accueillent-ils leurs invités avec du pain et du sel?

Rester en forme est très populaire aujourd'hui, mais peu d'entre nous ont le temps de fréquenter régulièrement la salle de sport. Mais en portant un verigui, vous ferez constamment de l’exercice et utiliserez différents groupes de muscles, selon que vous marchiez, restiez assis ou fassiez de simples tâches ménagères !

Vous pouvez augmenter progressivement le poids du verigui - commencez avec de simples chaînes, puis ajoutez des semelles de fer, un chapeau en métal et, et enfin, une icône - mais cela peut aussi bien être le portrait de votre icône pop préférée ! Une image en fonte de The Weeknd ou de Bruno Mars ferait sensation dans n’importe quelle fête.

Pour les personnes souffrant d’anxiété, de dépendance sexuelle ou de toxicomanie, le verigui pourrait être une solution pratique : à la fin de la journée, vous serez complètement sur les rotules. De plus, avec cet accessoire, vous n’aurez pas besoin de faire des selfies dans les salles de sport pour prouver que vous faites de l’exercice - les verigui sont visibles même sous vos vêtements.

4. Gousli

Pourquoi l'utiliser aujourd'hui : se démarquer avec un instrument unique à l’aspect et à la sonorité uniques parmi les groupes de musique ennuyeux.

Parmi les balalaïkas, les accordéons et autres, le gousli est le seul instrument de musique autochtone russe, et il est aujourd'hui presque oublié. C’est un instrument à cordes multiples, en fait une version slave de la cithare. L'autoharpe est un instrument contemporain similaire à un gousli.

Lire aussi : Mythes de l’histoire russe: le mot «Slaves» vient-il d’«esclaves»?

Le gousli a été interdit en Russie au cours des premiers siècles du christianisme. Il était associé à la culture des skomorokhs, des bouffons itinérants et clowns qui chantaient des chansons païennes « honteuses » détestées par l'église, car trop joyeuses et trop frivoles.

Nous avons désespérément besoin d'un gousli en tant qu’instrument de musique pratique et puissant. C’est moins encombrant que la guitare et beaucoup plus facile à jouer. Vous pouvez facilement transposer la plupart des chansons contemporaines au gousli. En outre, l'instrument produit un timbre distinctement ethnique, puissant et captivant. Coldplay et Taylor Swift, passez votre chemin.

5. Pastila

Pourquoi l'utiliser aujourd'hui : votre prochain super-aliment préféré.

Confiserie traditionnelle russe à base de fruits, la pastila est composée de pommes aigres, de miel et de mélasse. Cet ancien mets délicat est connu sur les terres russes depuis le XIVe siècle. Pour la préparer, les pommes doivent être cuites au four, ramollies puis mises à sécher sur des planches au soleil. Elles doivent ensuite être roulées en fines lanières.

Chaque année, les jardins à la campagne et près de Moscou regorgent de pommes, et comme le cidre n’a jamais été très populaire dans le pays, les gens fabriquent de la pastila. Elle présente de nombreux avantages : la pastila est facile à stocker, ne pourrit pas et est légère. C’est un produit totalement écologique et hypocalorique qui répond à toutes les exigences d’un super-aliment sain.

Lire aussi : À la table du tsar : les menus des souverains russes

La pastila peut être préparée à partir de blancs d'œufs, mais pour les végétariens, de la pastila sans œufs est également disponible. À l'époque soviétique, la pastila n'était fabriquée que sous sa forme blanche, était trop sucrée et comprenait principalement du sucre transformé. Heureusement, l’ancienne tradition russe de fabrication de la pastila a été restaurée et la friandise a retrouvé sa renommée d'antan sur le marché russe. La pastila est maintenant une marque déposée de Kolomna, ville située à 100 km de Moscou.

Suivez ce lien pour partir à la découverte du style russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies