Cinq événements incroyables survenus sur la place Rouge

Reuters
Depuis des siècles, les murs du Kremlin ont été témoins d’événements divers et variés: marchés, exécutions et patinoires du Nouvel An. Mais vous ne croirez jamais que de telles choses aient pu y avoir lieu!

Depuis des temps reculés, la place Rouge est le centre du commerce de Moscou. Les gens se rassemblaient sur le Lobovoïe mesto (Lieu du front), on y lisait d'importants décrets royaux et des exécutions parfois démonstratives y avaient lieu. En réalité, l'expression « Lieu du front » est entrée dans la conscience populaire en tant que lieu de jugement et d'exécution.

À l'époque soviétique, lorsque Moscou reprit son rôle de capitale du pays, la place Rouge devint le lieu principal des manifestations officielles et des défilés. Le défilé consacré à la victoire dans la Grande Guerre patriotique a lieu ici chaque année en grande pompe.

Lire aussi : Six choses à voir sur la place Rouge

Située juste à côté des murs du Kremlin, la place Rouge est un lieu stratégique. Il y existe un mode de surveillance spécial : les lieux regorgent de caméras et, selon les rumeurs, d'officiers du renseignement en civil. Néanmoins, des événements que même les meilleurs agents n’ont pas pu empêcher se sont déroulés ici...

1. Atterrissage d'un avion allemand

À la fin de la guerre froide, en 1987, le pilote amateur allemand Mathias Rust a fait sensation : il a atterri sur le pont Bolchoï Moskvoretski menant à la place Rouge sans autorisation et a conduit l’appareil jusqu'à la cathédrale Saint-Basile.

Après avoir loué un avion léger à Helsinki, il a pu franchir la frontière soviétique sans être détecté par les radars. Plus tard, il a néanmoins été remarqué, mais les commandants soviétiques étaient très prudents : ils ne voulaient pas abattre un avion civil et surveillaient simplement son vol.

En sortant de sa cabine, Rust a commencé à signer des autographes. Une heure plus tard, il a été arrêté et accusé de délinquance et de franchissement illégal de la frontière soviétique.

Lire aussi : Il y a 50 ans, Moscou ressemblait à un village!

2. Mot obscène

En 1991, de jeunes artistes du mouvement « ETI » (« Expropriation du territoire de l'art ») ont tracé avec leur corps sur la place Rouge un mot russe obscène de trois lettres désignant le sexe masculin. Anatoli Osmolovski, l’un des fondateurs de l’actionnisme moscovite des années 1990, a été l’inspirateur idéologique de ce drôle de happening.

L'action a duré environ une minute, après quoi la police a emmené tous les participants au poste de police.

Le but de l'opération était de protester contre l'interdiction de l'usage de mots obscènes dans les lieux publics. Par la suite, les actionnistes ont été soutenus par des personnalités culturelles qui utilisaient ces mots dans leurs œuvres.

3. Premier gant

En 1995, l'artiste Alexander Brener a décidé de défier le premier président de Russie, Boris Eltsine. Un jour de février glacial, Brener s'est rendu sur la place Rouge avec ses gants de boxe et en short et commença à scander : « Eltsine, viens ! »

Lire aussi : Dix raisons de ne jamais visiter Moscou

L'action est restée dans l'histoire sous le nom de « Premier gant » et visait à protester contre l'introduction de troupes en Tchétchénie, le décret ayant été signé par Eltsine.

Selon les souvenirs du galeriste Marat Guelman, qui a aidé Brener à réaliser son action, la police n'a arrêté le « boxeur » qu’une demi-heure après et l'a rapidement relâché.

4. Le scrotum de Piotr Pavlenski

Lors du Jour de la police, le 10 novembre 2013, un autre artiste connu pour ses coups d’éclat, Piotr Pavlenski, complètement nu, a cloué son propre scrotum avec un clou sur les pavés de la place Rouge. Il était déjà connu pour ses opérations autodestructrices (il s’était enveloppé de fil de fer barbelé et s’était cousu la bouche), mais cette fois, il est allé vraiment très loin.

La police a recouvert l'artiste d'un drap en attendant une ambulance, ce qui a permis à Pavlenski de prendre la fuite.

Lire aussi : Les plus grands scandales russes... au nom de l'art

Selon l'auteur du happening, l'action était une métaphore de l'apathie politique de la société russe.

5. Valise Louis Vuitton

À l'occasion de l'anniversaire du grand magasin Goum, un pavillon d'exposition Louis Vuitton en forme d'une immense valise de 9 mètres sur 13 a été installé sur la place Rouge en 2013. Le projet publicitaire reposait sur un parti pris caritatif : l'argent de la vente de billets aurait dû être reversé à la fondation Naked Heart de la mannequin Natalia Vodianova.

Néanmoins, l’apparition d’un objet étranger géant au cœur de la société moscovite a suscité tant de mèmes Internet que les autorités ont ordonné de démanteler le pavillon, qui n’a même pas eu le temps d’ouvrir ses portes.

Après le scandale lié à la valise, le président Vladimir Poutine a approuvé une liste d'événements pouvant se dérouler sur la place Rouge. Parmi eux se trouvaient le la Parade de la Victoire, le festival international de chansons militaires Tour Spasskaïa, le marché du Nouvel An avec une patinoire et une foire du livre.

Pour avoir un plus ample aperçu des contrastes moscovites, contemplez l’époustouflante vidéo se trouvant dans cette autre publication signée Russia Beyond.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies