Comment les Russes ont changé ma vie: le témoignage d'Anton, Croatie

Archives personnelles
Par le biais de la rubrique «Comment les Russes ont changé ma vie», Russia Beyond souhaite donner la parole aux expatriés installés dans cette vaste contrée, afin qu’ils puissent exposer les changements s’étant opérés en eux depuis leur arrivée.

Je suis né dans la petite ville de Vinkovci, en Croatie, qui faisait partie de l'ex-Yougoslavie. Bien que la Yougoslavie fût essentiellement un pays communiste, elle était fortement influencée par la culture pop, les films et la musique des États-Unis et de l'Europe de l'Ouest. La Russie, d'autre part, était perçue à cette époque comme une sorte de grand et mystérieux pays qui avait aussi un régime communiste. Cependant, dans les années 1990, les nouvelles de Russie étaient rares et la Croatie était impliquée dans sa propre guerre, ce qui signifiait essentiellement que la Russie n'avait aucune influence sur ma vie ou celle de mes pairs. La culture pop russe, les films et la musique ne faisaient pas partie de notre quotidien. La littérature était une exception cependant. La littérature russe était très présente pendant nos années d'école et l'est toujours à ce jour.

Lire aussi : Comment les Russes ont changé ma vie: témoignage du Français Donatien

Alors, qu'est-ce qui a changé ? Qu'est-ce qui m'a rapproché de la Russie et quand est-ce arrivé ? C'est probablement la question principale de cet article. Rétrospectivement, je ne peux vraiment pas dire à quel moment exact tout a « basculé ».

Beaucoup de gens vous diront que c'était Dostoïevski, Tolstoï, Essenine, Tarkovski ou une autre personnalité célèbre du riche patrimoine culturel russe qui les a attirés en Russie et/ou vers la langue russe. Malheureusement (ou étonnamment), je ne ne fais pas partie de ces personnes. Je n'essaie pas d'être différent - j'essaie simplement de m'expliquer à moi-même et aux autres lecteurs comment tout cela s'est passé.

Eh bien, je pourrais dire qu'un interrupteur s'est allumé dans ma tête et j'ai voulu commencer à apprendre la langue russe. Cela m'est venu d'une manière révélatrice: j'aime la Russie, sa culture, son histoire, son peuple, sa langue, et tout ce qui y est lié. Ou, pour rendre les choses plus amusantes, je pourrais dire que c'est parce que je m'appelle Anton, et que comme le dit le vieux proverbe latin « nomen est omen » (« le nom parle de lui-même »). Dois-je ajouter quelque chose de plus?

J'ai commencé à « lire » des journaux russes, je me suis enregistré sur Vkontakte (principal réseau social russe, ndlr) et j'ai commencé à chercher des Russes qui pourraient m'aider sur mon chemin pas si facile pour apprendre le russe par moi-même (mais avec l'aide de mes amis russophones, bien sûr). Au fil du temps, j'ai appris de plus en plus de choses chaque jour. J'ai commencé à approfondir différents aspects de la mentalité russe et je me suis efforcé au quotidien, petit à petit, de comprendre tout ce qui se rapportait à la Russie. Vous pourriez dire que j'ai commencé à percer des morceaux de la mystérieuse âme russe.

La première fois que j'ai visité la Russie, ou Moscou pour être plus précis, c'était en 2015. C'était la plus grande ville que j'avais visitée, et cela m'a fait forte impression. La deuxième ville que j'ai visitée pendant mon voyage en Russie a été, comme vous pouvez le deviner, Saint-Pétersbourg. En ce qui concerne le mode de vie et la nature du peuple, on pourrait dire que la Russie et la Croatie partagent le même esprit, mais la Russie était néanmoins quelque chose de tout à fait différent de ce que je connaissais. C'est très difficile à expliquer si vous n'avez pas visité ce merveilleux pays. Je n'y suis resté que 10 jours, mais ce furent 10 jours vraiment mémorables.

Une des premières choses que vous remarquerez est l'étiquette. Les Russes sont remarquablement polis envers les personnes âgées, les femmes enceintes, les femmes avec de jeunes enfants. Tout le monde va aider ces groupes de personnes. C'est un contraste frappant avec le paradigme du « les Russes ne sourient à personne » que les étrangers notent souvent. En outre, les Russes aiment lire. En fait, ils adorent lire. Il est fréquent de voir des gens lire des livres dans les transports publics, ce que vous ne voyez pas beaucoup dans d'autres pays.

Au début de l'année 2016, je suis tombé sur une publicité pour des opportunités de carrière chez Russia Beyond. Pas trop confiant quant à mes chances, j'ai simplement envoyé un email avec mon CV et je l'ai oublié. Environ un mois plus tard, j'ai été très surpris quand j'ai reçu une réponse, et pas seulement une réponse, mais une réponse positive ! Je ne pouvais tout simplement pas en croire mes yeux. À ce jour, je n'arrive toujours pas à y croire. J'ai finalement eu l'occasion d'avoir une interaction professionnelle quotidienne avec les Russes. Un petit pas (pour dire le moins) pour l'humanité, mais un grand pas pour moi.

Fait intéressant, lorsque vous parlez de la Russie, les gens s'imaginent immédiatement l'hiver et le froid. Pour ma part, j'ai une image très différente dans ma tête: une journée chaude et ensoleillée. C'est drôle, n'est-ce pas ? Eh bien, pas tout à fait, puisque je n'ai jamais été en Russie pendant l'hiver. Mais si vous avez déjà visité le sud de la Russie pendant l'été, vous saurez de quoi je parle (par exemple Astrakhan).

Lire aussi : Comment les Russes ont changé ma vie: Tommy, Irlande

Mais le titre de cet article est « Comment les Russes ont changé ma vie », et je ne me suis pas vraiment concentré là-dessus, n'est-ce pas?

Grâce aux Russes, j'ai appris à apprécier la mentalité des Croates. Comment et pourquoi ? À cause des similitudes et du fait que j'ai rencontré pas mal d'étrangers lors de mes voyages en Russie, et ils m'ont tous expliqué à quel point ils étaient surpris par l'honnêteté et l'ouverture des Russes.

Les Russes sont la raison pour laquelle j'ai obtenu une perspective différente sur le travail. Si la journée de travail en Croatie dure la plupart du temps de 7h00 à 15h00, en Russie, elle est de 24 heures par jour.

Les Russes m'ont ouvert un tout nouveau monde, un monde que je ne connaissais pas avant que ce « déclic » fatal ne se produise.

Il n'est pas facile d'écrire tout cela et de le décrire. Cela a probablement quelque chose à voir avec la mystérieuse âme russe, qui n'est pas facile à comprendre mais dont il est aisé de tomber amoureux en un clin d'œil. Juste comme je l'ai fait.

Ce témoignage vous a plu ? Découvrez alors sans plus tardercelui de l’Italienne Lucia !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies