Comment les Russes ont changé ma vie: témoignage de l'Anglais Hugh

Nadezhda Likhogrud
Je suis arrivé en Russie il y a plus de dix ans et j'étais fasciné de trouver un endroit à la fois si différent de ce que je connaissais en Grande-Bretagne et pourtant si familier. Je me suis alors senti, comme maintenant, chez moi dans le chaos de la Russie.

Aussi étrange que cela puisse paraître, il m'est difficile de penser à des domaines dans lesquels les Russes n'ont pas influencé ma vie. Ma quête pour comprendre la Russie, sa langue, sa culture et son peuple a commencé à l'école et de nombreuses années de formation ont été assaisonnées d'une généreuse pincée de Russie. Ce pays n'a jamais manqué d'ajouter de la saveur à ma vie et je serai toujours reconnaissant à ceux qui m'ont encouragé dans cette voie. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de nommer ces gens ici - ils se reconnaîtront - mais il est intéressant pour moi de réfléchir à la manière plus profonde dont ces personnes fascinantes ont influencé ma vision de la vie, ma compréhension de ce qui est (ou n'est pas) vraiment important et, inévitablement, mes opinions politiques.

La vie en Russie - disons, la vie en dehors de Moscou - n'est pas toujours aussi rapide que beaucoup d'Européens l'espèrent. Les soupes bouent dans les casseroles, les trains roulent au pas, la  bureaucratie créée des obstacles et même votre salaire risque de prendre son temps. Lentement mais sûrement, cela influence même les abeilles les plus affairées et elles apprennent, comme moi, la beauté de la patience. Jadis, j'étais paralysé par la peur de ne pas réussir ma vie - ce sentiment me dérange toujours, bien sûr, mais certainement pas dans la même mesure qu'avant. Les Russes m'ont appris qu'il est important de ne pas forcer la vie en essayant désespérément de montrer à tout le monde à quel point vous êtes occupé et important. Au lieu de cela, il y a beaucoup à dire au sujet d'une rencontre sur un banc au milieu de nulle part ou de vos sensations en levant les yeux pour sentir le soleil ou la neige sur votre visage. C'est difficile à expliquer, mais quelque chose au sujet de la Russie, de son climat impitoyable et de sa taille incroyable, vous fait prendre conscience du peu de contrôle que vous avez sur le cours de votre vie. Cela rend le fait d'être patient beaucoup plus facile. Peut-être l'ultime exercice de patience est le chemin de fer transsibérien qui constitue une bonne métaphore de la vie en Russie - longues journées dans un restaurant mal décoré, ennui terrible en avançant au milieu de nulle part en se demandant si tout cela en vaut la peine . Finalement, vous vous retrouvez sur le lac Baïkal et vous réalisez que vous avez découvert quelque chose de spécial.

Lire aussi : Le charme des trains de nuit russes: camarades de fortune, thé chaud et conversations à cœur ouvert

Ceux qui sont moins familiers avec la Russie tomberont souvent dans des stéréotypes en décrivant son peuple. Le plus ennuyeux de tous est l'idée que les Russes sont tristes. Cela vient du fait que les Russes - ceux que j'ai rencontrés - ont souvent l'impression que sourire sans raison est un signe de bêtise. Je ne suis pas entièrement d'accord avec eux mais j'apprécie leur honnêteté. C'est la deuxième grande influence que les Russes ont eue sur moi - l'importance d'être honnête avec vous-même et ceux qui vous entourent au sujet de vos sentiments. J'ai entendu dire que beaucoup de femmes russes éprouvent des difficultés à se sentir authentiquement proches de leurs petits amis anglais, à cause du fait qu'ils déguisent toujours leurs émotions avec de l'humour ou derrière le fameux « flegmatisme ». Je peux certainement observer ces choses-là en moi-même de temps en temps, mais je pense que je deviens meilleur et un peu plus sincère avec le temps. Si je suis malheureux, je ne fais plus semblant devant les autres de ne pas l'être et j'aime même en discuter. Mon expérience suggère qu'ils ont probablement ressenti la même chose à un moment donné. La vie n'est jamais facile, que ce soit en Russie ou partout ailleurs, mais les gens ici sont honnêtes à ce sujet et cela les rapproche. D'ailleurs, quand la porte est fermée et que le thé est servi, vous aurez du mal à trouver quelqu'un de plus disposé à une bonne tranche de rire qu'un Russe. À juste titre, j'ai souvent entendu des Russes dire que « dans chaque blague, il y a une part de vérité ». Bien que cela soit probablement vrai pour la plupart des cultures, je ne peux m'empêcher de penser que cette expression reflète la culture d'honnêteté qui existe parmi les Russes. C'est peut-être un peu audacieux, mais je suis tenté de dire que c'est cet aspect du peuple russe qui explique pourquoi le pays a produit une littérature aussi profonde et stimulante.

Lire aussi : Sept livres russes qui vous aideront à trouver un sens à votre vie

Cela nous amène à la dernière façon dont les Russes ont changé ma vie. Vivre à l'étranger est une expérience qui m'a beaucoup apporté. La même chose peut être vraie pour ceux qui vivent dans d'autres pays, mais mon expérience en Russie, à la fois les conversations et les aspects pratiques de la vie, m'a donné l'occasion de voir mon propre pays sous un jour plus objectif. En regardant la Grande-Bretagne actuelle, je vois à la fois sa beauté et ses défauts. Il y a tellement de choses que nous tenons pour acquises en tant que Britanniques - l'eau pure qui sort des robinets vient à l'esprit, mais aussi la confiance que nous avons dans notre démocratie, nos institutions, notre service de santé, nos retraites... la liste s'allonge encore et encore - mais il faut parfois quitter la bulle pour l'apprécier. Cela dit, il y a beaucoup de choses sur lesquels je pense que nous faisons gravement erreur. Je constate maintenant à quel point il est étrange que nous balayions nos parents âgés sous le tapis des maisons de retraite, que nous perdions autant de temps à chercher à savoir quelle couche de la société nous définit et que nous déployions autant d'efforts afin d'être prévisibles. Peut-être que c'est uniquement lié à moi et à mes propres démons personnels, mais au moins je suis finalement honnête. Les conversations avec les Russes, sur toutes sortes de sujets, ont permis un débat sain et introspectif. Personne ne dit que la Russie n'a pas de problèmes, tous les pays en ont, mais c'est toujours une bonne idée d'avoir une seconde opinion sur les choses. Je me souviens d'une fois, dans un train à Saint-Pétersbourg, assis à côté d'un homme d'affaires de Moscou, je discutais de politique. J'ai dû passer 20 minutes à décrire les diverses forces du système parlementaire britannique, son brillant équilibre des pouvoirs, les débats fébriles à la Chambre des communes, etc. L'homme a écouté patiemment, a attendu que je finisse avant de sourire et de demander, « Qu'est-ce qui est mieux, Hugh, une voix fausse ou mille voix fausses ? » Je n'avais pas de réponse. Je l'ai juste regardé siroter son cognac, s'incliner sur son siège et fermer les yeux. Cette question me taraude jusqu'à présent.

Lire aussi : Comment l'apprentissage du russe a changé ma vie: cinq étrangers racontent leur histoire

Il ne me reste plus qu'une chose à dire : les Russes ont changé ma vie de tant de façons qu'il n'est pas possible de toutes les énumérer ici. Les Russes ont été une source constante de gentillesse, de curiosité et d'aventure pour moi, même si je n'ai fait que gratter la surface de ce pays.

Si cet article vous a plu, voici le témoignage du Breton Erwann Pensec.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies