Comment les Russes ont changé ma vie: Tommy, Irlande

Ekaterina Kozhukhova
Vous ne pouvez pas sous-estimer la mesure dans laquelle la vie en Russie va vous transformer. Il est préférable de ne pas avoir de notions et d’attentes préconçues. Asseyez-vous confortablement et profitez de la balade.

La vie en Russie est un peu comme un tourbillon : des choses étranges vont vous arriver et tout ce que vous teniez pour acquis sera remis en question. Ne pas résister est la clé pour en tirer le meilleur ; tout ce qui vous arrivera a sa propre logique et son propre but unique.

Vous apprenez à vous détendre

À première vue, il n'y a rien de relaxant à Moscou. C'est une ville futuriste pleine d’argent et de rêves où l'occasion peut être trouvée à chaque coin de rue; personne ne vient ici pour se la couler douce.

La manière russe de faire face aux épreuves des grandes villes est d'éviter le stress dès que possible. Chaque Russe que je connais voit la souffrance et la dépression comme un phénomène provisoire et une affliction momentanément inévitable ; la clé est de tenir l'anxiété à distance.

Lire aussi : Comment la Russie a changé ma vie: témoignage de l’Italienne Lucia Bellinello

La capacité anti-anxiété des Russes subvertit l'idée que vous devriez perdre le sommeil pour gagner de l'argent et que vous êtes défini uniquement par votre travail ou votre statut. C'est une perspective choquante dans le contexte de la vie urbaine, mais cela m'a appris à ne pas devenir fou sous le poids des délais et des trajets bruyants, et dans un moment de folie, cela m'a même conduit à cesser d'utiliser un téléphone portable pendant plus de deux mois.

Lorsque vous adoptez cette attitude, vous constatez soudainement que vous respectez beaucoup plus vos propres limites. Une certaine négativité est inévitable, mais vous dites « non » quand vous sentez que vous le pouvez et que vous le voulez, et vous tirez le meilleur parti de ce qui vous est donné. Les Russes, après tout, sont des gens qui font des châteaux avec des khrouchtchevkas (immeubles à quatre étages construis à l’époque de Khrouchtchev, ndlr).

Traîner sur la plage c’est super, mais êtes-vous vraiment « détendu » si vous êtes toujours pendu à votre téléphone et sans cesse inquiet de retourner au travail ? Le monde se déplace à 100 km/h, mais vous êtes encore en mesure de trouver un sentiment enraciné de calme intérieur; pour moi, c'est la relaxation dans sa forme la plus pure.

Lire aussi : 10 raisons pour lesquelles les Russes ne sourient pas

L'anarchie pourrait vous transformer en Don Quichotte

Dans un moment d'honnêteté brutale que je n'aurais jamais entendue en Irlande, une amie russe a résumé sa perception de ma venue en demandant : « Tu es juste un garçon perdu à la recherche d'aventure, n'est-ce pas ? »

Après un premier moment de réflexion outrée où j’avais envie de rétorquer : « Comment oses-tu, je suis un professionnel », j'ai réalisé qu’elle avait peut-être vu juste. Les Russes m'ont rendu aventureux. Ici, vous obtenez la proposition occasionnelle déroutante devant laquelle vous devez juste faire comme Jim Carrey et dire « oui ». Je vais être honnête, quand on m'a offert la chance d'aller « escalader les toits », ma réaction initiale a été quelque chose comme : « Moi? Mais j'ai le vertige ! »

Il suffit de résister à cette peur. Il y a une voix en toi qui te dit d’accepter la décharge d'adrénaline, et tu devrais l'écouter. Que ce soit une proposition de passer ton samedi à travailler dans une forêt ou de passer une semaine de luge par une température de -50 °, j'ai appris à dire « oui » sans réfléchir. La seule façon de s'ennuyer ici, c'est de vous priver de l'instinct vous poussant à accepter les aventures - la Russie, après tout, est l'endroit où tout est possible.

Lire aussi : Ma vie en Russie: Colin Chastel

J'ai pris conscience que j’étais devenu un citoyen d’honneur de Moscou perché au sommet d'un immeuble de 30 étages (je ne dirai pas lequel précisément), quand mon ami a annoncé au centre-ville, avec cette franchise russe typique, qu’« ici se dresse un Irlandais qui auparavant était une poule mouillée ». Jamais un compliment n’a été si important pour moi.

Vous vivez et respirez l'histoire

J'ai maintenant vécu dans six appartements différents à Moscou, chacun avec sa propre histoire. J'ai commencé dans un appartement typique de grand-mère - littéralement, la propriétaire était une femme de 80 ans qui venait tout vérifier à mon sujet tous les samedis après-midi. « Vous savez, les choses ont beaucoup changé depuis le temps de Staline », m’a-t-elle assuré une fois avec le plus grand sérieux.

Que cette femme soit ordinaire dans un pays comme celui-ci était ce qui la rendait extraordinaire. À mes yeux, elle représentait une sorte de porte-parole de la vie sous tous les souverains, de Staline à Poutine. C'est la Russie, après tout, où la grandeur et les difficultés extrêmes ne sont pas des sentiments lointains confinés aux manuels scolaires. Ici, l'histoire et ses réponses politiques se trouvent à chaque coin de rue ; elles vivent dans les histoires racontées par chaque vieille dame derrière une tasse de thé.

Lire aussi : Comment obtenir la citoyenneté russe?

Peu importe où et quand vous vivez en Russie, j'imagine qu'il est difficile de ne pas se sentir comme une partie de quelque chose d’immense. C'est ainsi que mes amis russes se sentent quand ils écrivent de la poésie et codent des logiciels tout en fixant l'horizon de la capitale, et c'est ainsi, j'imagine, que que se sentaient les anciens résidents de ma chambre perchée au 16e étage d’un immeuble stalinien quand ils ont été envoyés ici dans les années 1930 et ont été confrontés à ses hauts plafonds et à l’omniprésence urbaine.

Pour moi, c'est exactement le genre d'énergie dont on a besoin à 22 ans. Parfois, j'ai des doutes quand je me retrouve dans la neige jusqu’au genou au milieu du mois de mars - mais à la fin de la journée, je constate que suis toujours là.

Séjourner en Russie est l’occasion idéale pour revoir et réévaluer votre vision du monde et de ce pays. Pour vous y aider, nous avons rédigé différentes sélections de stéréotypes que nous n’hésitons pas à briser. Voici l’une d’elles.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies