Un Russe m’a invité chez lui. Que faire?

Getty Images
Si vous avez reçu une invitation de la part d’un Russe, vous ne pouvez être sûr que d’une seule chose: il vous trouve, au moins, fort sympathique. Mais à présent, le plus important est de ne commettre aucune gaffe, ce genre d’événements pouvant cacher quelques pièges.

Parfois les Russes ne convient chez eux pas même les personnes qu’ils connaissent depuis des années. Cela peut être une question de niveau de confiance, ou encore de logement vétuste (les Russes se soucient fortement de ce que pensent les autres de leur foyer). Mais si vous êtes l’un des heureux « élus », alors vous devrez vous plier à certaines règles.

N’arrivez pas les mains vides

Il n’est pas nécessaire d’apporter des cadeaux onéreux, il ne s’agit pas d’un anniversaire. Néanmoins, en tant qu’invité, la tradition veut que vous ameniez quelque chose à manger. Habituellement c’est un simple dessert ou une bouteille de vin. Une règle tacite veut toutefois que tout ce qu’apporte le convive doit lui être servi à table. Ainsi, choisissez quelque chose que vous appréciez vous-même.

Autre détail : si les personnes, chez qui vous vous rendez, ont des enfants, prévoyez un petit présent pour eux aussi. Des sucreries ou de la peinture feront l’affaire.

Lire aussi : Tabou: huit sujets à éviter avec les Russes

Pantoufles!

N’oubliez pas, si vous êtes accueilli chez un Russe, vos chaussures doivent rester dans l’entrée. Les Russes n’en portent pas à la maison, et possèdent donc normalement des chaussons (voire souvent des sandales) pour les invités. Bien entendu, ceux-ci peuvent être 4 tailles au-dessus de votre pointure, et avec des paillettes, et des fleurs. Mais rien de grave, vous ne devriez pas être amené à défiler sur les podiums avec, donc enfilez-les, n’offensez pas votre ami.

Une alternative : apportez votre propre paire de chaussons !

Un petit tour du propriétaire

Même s’il habite dans un étroit deux-pièces, votre ami russe vous réserve certainement une courte excursion. Il est possible que vous soyez épargné de la visite de la chambre, en revanche, on vous indiquera à coup sûr l’endroit où vous pourrez vous laver les mains, l’identité des personnes sur les photographies du salon et l’année d’acquisition de l’écran plasma.

C’est un véritable rituel, et votre rôle y est de manifester un minimum d’intérêt. Demandez des renseignements à propos de n’importe quel truc ou faites simplement les louanges d’une babiole. Après cela, votre hôte vous proposera de vous asseoir. S’il ne le fait pas, vous êtes dans de beaux draps, et la visite des lieux se poursuivra jusqu’à ce qu’il se souvienne du but de votre visite. À noter que prendre l’initiative de vous asseoir n’est pas très poli.

Lire aussi : Les «règles» non écrites des repas dans une maison russe

N’essuyez pas vos mains avec n’importe quelle serviette

Si dans la salle de bain vous n’apercevez pas une, mais plusieurs serviettes, soyez prudent ! Pour certains Russes partager sa serviette avec les invités n’est pas un soucis, mais pour d’autres, cela est comparable à partager ses sous-vêtements !

Dans l’idée, on est censé vous indiquer laquelle vous est destinée (oui, durant cette fameuse excursion). Mais si cela n’a pas été fait, il vaut mieux demander, afin de savoir quelle serviette vous pouvez utiliser.

Proposer votre aide?

Ne vous inquiétez pas, il est fort probable que vous n’ayez rien à faire. Mais proposer de placer les assiettes sur la table ou de les débarrasser après le diner peut toutefois faire bonne impression. Alors que votre ami appréciera sûrement ce geste, cette « corvée » incombera très certainement à une personne plus proche de la famille (tout du moins si vous n’êtes pas que tous les deux).

Boire ou ne pas boire, telle est la question

Ce n’est pas une question adressée à ceux qui ne sont jamais contre le fait de trinquer. Buvez. Mais gardez à l’esprit que dans tous groupes d’amis russes se trouve au moins une personne qui se fait un devoir d’abreuver les autres sans arrêt. Si cette personne a l’impression que vous n’avez pas assez bu, alors vous risquez de vous voir impliqué dans un face-à-face alcoolisé. Et soyez certain qu’à ce stade, boire plus que vous est pour lui une question d’honneur.

Lire aussi : Six conseils essentiels pour offrir des fleurs à une femme russe

Si vous ne pouvez ou ne voulez pas boire, il est tout de même préférable de trinquer avec votre hôte pour au moins un verre (sauf si vous êtes malade ou enceinte évidemment). Tremper vos lèvres pourrait d’ailleurs suffire.

N’abaissez pas votre verre durant le toast

Chez les Russes, les toasts peuvent être longs, et comprendre des phrases aussi complexes (en fonction du nombre de verres déjà avalés) et lyriques. Tenez bon et ne baissez pas votre verre tant que le discours n’a pas pris fin. Dans la culture de la table russe, gardez son verre en l’air est en effet un signe de respect envers celui qui parle. Une fois le toast prononcé, vous devez boire un coup et seulement ensuite reposer le verre.

Quand partir?

Il s’agit d’une question délicate. Personne ne vous dira quand (puisque c’est évidemment impoli), c’est donc à vous de deviner. De plus, si le diner touche à sa fin et que les assiettes se vident, l’hôte vous proposera de la remplir encore et encore. Et ce sera ainsi jusqu'à ce qu'il ait vidé ses placards et son frigo. Sachez donc poser des limites, remerciez-le, et partez. De nos jours, il convient de le faire avant minuit. Cela concerne également les soirées. Il est en effet relativement gênant de rester jusqu’à entendre la fameuse phrase « Comme c’est bien que vous soyez venus », ou de voir votre hôte s’en aller faire la vaisselle.

En respectant ces quelques points, vous devriez passer une agréable soirée, dont nous vous présentons un potentiel avant-goût dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

This website uses cookies. Click here to find out more.

Accept cookies