Un Russe criblé de dettes «dénoncé» aux huissiers par son chat

Getty Images

À Novgorod (402 kilomètres au nord-ouest de Moscou), un homme des plus rusés, refusant de verser une pension alimentaire à ses enfants, est presque parvenu à échapper aux huissiers venus lui rendre visite. Mais c’était sans compter sur l’intervention inattendue et la « trahison » de son propre matou.

En effet, comme les autorités l’ont indiqué sur leur site, les huissiers se sont déplacés jusqu’au domicile d’un individu, mentionné ici comme le « citoyen K. », afin de lui rappeler qu’il devait à son ex-femme près de 800 000 roubles (11 040 euros) pour subvenir aux besoins de leurs trois enfants. L’homme avait auparavant été incarcéré à deux reprises et avait même fait l’objet d’une enquête criminelle.

Cette fois, son colocataire a affirmé qu’il n’était pas chez lui, et a invité les huissiers à le vérifier par eux-mêmes.

Lire aussi : À adopter dans l’Oural: chat guérisseur et connecté à l’au-delà, pour 26 700 euros

Or, si l’appartement semblait bel et bien vide, le chat qui s’y trouvait a « attiré l’attention des huissiers en fixant sous le canapé de manière insistante, et avec même un air surpris ». Comme vous pouvez l’imaginer, il est en effet étonnant de voir votre maître se réfugier là-dessous pour se cacher désespérément.

Le félin est évidemment resté silencieux, mais les visiteurs ont parfaitement compris la cause de son comportement et ont forcé le dénommé K. à sortir de sa cachette et à recevoir un énième rapport de non-paiement. On ne sait toujours pas si ce payeur récalcitrant règlera ses dettes, mais une chose est sûre : son chat a bien plus de respect que lui pour la loi.

Vous aimez les chats ? Vous devriez donc adorer le musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, qui est en réalité gardé par un de nombreux de ces quadrupèdes ! Faites leur connaissance dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies