Comment De Niro a fait face à son absence de célébrité en URSS

Reuters
Les liens de Robert De Niro avec la Russie remontent au début des années 1980 - bien qu'il était pratiquement inconnu à l'époque. Russia Beyond revient sur cette relation méconnue existant entre cet acteur américain et le plus vaste pays du monde.

Vous êtes une star de cinéma venue en Russie pour obtenir un peu d'attention médiatique gratuite ? Faites allusion au fait que vous obtiendrez peut-être la citoyenneté russe. Qui sait, peut-être à l'avenir...

Quand en novembre 2015 Robert De Niro est venu à Moscou pour lancer un nouveau restaurant Nobu (il possède une participation dans cette chaîne de restaurants de sushi) on lui a demandé s'il aimerait obtenir un passeport russe comme Gérard Depardieu ou Steven Seagal. De Niro ria et dit : « Comme vous pouvez l'imaginer, c'est une situation compliquée, alors nous verrons ».

C'en était assez pour que les médias fassent savoir que l'acteur « n'exclut pas de demander la citoyenneté russe ». Certains sont allés encore plus loin en déclarant que l'acteur avait déclaré vouloir devenir citoyen russe (lien en russe). Plus tard, le représentant de De Niro a dû préciser que l'acteur n'avait aucune intention d'obtenir un passeport russe.

Lire aussi : Comment Depardieu a finalement trouvé la paix en Russie

Cet épisode n'est pas la seule chose qui relie De Niro à la Russie. En fait, l'acteur a été un visiteur fréquent de l'URSS et de la Russie depuis le début des années 1980.

«Erreur idéologique»

Selon l'acteur et réalisateur russe Mikhaïl Kozakov, aujourd'hui décédé, De Niro est venu en Union soviétique pour la première fois en 1982 pour participer à une coproduction soviéto-américaine sur la ballerine Anna Pavlova. Les producteurs américains voulaient embaucher De Niro pour un petit rôle dans le film afin d'attirer les téléspectateurs américains. Mais après son arrivée à Moscou, les responsables soviétiques en charge de l'industrie cinématographique se sont rendus compte que l'embauche d'un lauréat à deux reprises d'un Oscar pourrait être une erreur idéologique. La raison en était son rôle dans Voyage au bout de l'enfer (The Deer Hunter).

Dans le film, De Niro joue un soldat russo-américain prisonnier pendant la guerre du Vietnam. Comme l'a dit Kozakov, « il y a une scène où, après avoir été capturés, les personnages principaux, dont De Niro, sont torturés et humiliés sous un portrait de Ho Chi Min [le leader communiste vietnamien] accroché au mur. Au festival de Berlin, après cet épisode, notre délégation [soviétique] a quitté la salle de cinéma sans voir la fin du film (lien en russe) ». Le film a été qualifié d'anti-soviétique malgré son message pacifiste clair.

Lire aussi : Quelles surprises la Russie a-t-elle réservées à Arnold Schwarzenegger?

Acteur américain inconnu

Cependant, De Niro n'a pas quitté le pays immédiatement après s'être vu refuser le rôle. Selon Kozakov, l'acteur était intéressé par l'URSS. Il est resté là pour jeter un coup d'œil aux environs de Moscou et y est ensuite revenu plusieurs fois. Au début, c'était peut-être gênant pour lui car presque personne ne le connaissait ici. Les films de De Niro n'avaient jamais été projetés en Union soviétique.

Il y avait des exceptions, bien sûr, comme dans le cas de Kozakov qui a reconnu l'acteur dans un restaurant de Moscou. C'était le début de leur amitié. En dehors de cela, l'apparition de De Niro ne rappelait rien aux citoyens soviétiques. Kozakov a décrit un épisode dans ses mémoires.

« Une directrice bien habillée de l'un des hôtels de Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg) m'a reconnu et était polie et amicale. Quand elle regarda l'Américain inconnu en pantalon de coton froissé et une chemise légère, elle demanda : +Dans quelle décharge l'as-tu trouvé ?+ Quand je lui ai expliqué de qui il s'agissait, elle m'a regardé avec incrédulité » (lien en russe). Pourtant, l'ami américain de Kozakov n'était pas vraiment dérangé par ce manque de popularité en URSS et appréciait ses séjours dans le pays.

Lire aussi : Un cœur russe: Steven Seagal, ami de Poutine et amoureux du caviar

Connexion spirituelle

Au cours d'une émission de télévision russe, De Niro a nommé un autre acteur russe célèbre, Oleg Yankovski, qu'il qualifia comme son ami. Les deux hommes se sont rencontrés au début des années 1980 en Italie. De Niro participait au tournage d'Il était une fois en Amérique de Sergio Leone pendant que Yankovski jouait dans Nostalgie d'Andreï Tarkovski. Lorsque Yankovski est décédé en 2009, De Niro a déclaré que l'acteur russe « était une personne importante dans ma vie. Nous avions une connexion spirituelle. J'ai les sentiments les plus chaleureux à son égard. Je l'aimais beaucoup ».

La popularité de De Niro en Union soviétique a monté en flèche après la Perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev, lorsque les films hollywoodiens ont envahi l'URSS. Et pourtant, en 1987, lorsque l'acteur américain a présidé le jury du Festival international du film de Moscou, il connut à nouveau des problèmes pour entrer dans un hôtel de Moscou car le personnel ne le reconnaissait pas encore ! L'acteur a dû compter sur l'aide de ses compagnons plus connus de la population locale.

Comment obtenir la citoyenneté russe ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies