Tout ce que vous devez savoir pour divorcer en Russie

Getty Images
Peu importe que vous soyez un citoyen russe ou étranger dont le mariage est enregistré en Russie: si vous avez la malchance d'être confronté au divorce, la procédure est généralement la même. La voici...

Payer des frais, attendre un mois, obtenir un papier - et c'est bon

Il est facile de divorcer en Russie si les deux parties sont d'accord pour se séparer. Fondamentalement, chaque partenaire doit payer 650 roubles (9 euros) de droits de procédure et attendre un mois. S'il n'y a pas de complications, le divorce sera officiellement prononcé.

« Nous avons demandé le divorce dans un bureau d'enregistrement et un mois plus tard, nous avons divorcé. Vous n'avez pas besoin de vivre séparément avant de faire la demande. Le point intéressant de la procédure est que vous devez demander le divorce ensemble (pour faire la demande individuellement, vous devez aller au tribunal). Ensuite, un mois plus tard, le bureau de l'état civil vous indique le jour précis où vous pourrez recueillir le document confirmant le divorce. Si l'un de vous ou tous les deux le recueillent, le divorce est officiellement prononcé. Si personne ne vient, le divorce est annulé. C'est une caractéristique romantique de la loi russe », explique Maria, une scientifique russe de 29 ans qui a divorcé il y a plusieurs mois.

Lire aussi : Le «premier mariage gay» est annulé, le couple quitte la Russie

Tout est divisé de façon égale

« Selon la loi russe, tout ce qui est acheté par un couple pendant leur mariage est divisé à parts égales après le divorce. Les effets personnels, les cadeaux de la famille et des amis, et un héritage, par exemple, ne sont pas divisés, mais tout ce qui a été acheté pour des besoins communs, comme la propriété, doit être divisé équitablement. Si la propriété est située à l'extérieur de la Russie, elle est divisée selon la loi du pays où elle est située », a déclaré Andreï Lebedinsky, avocat et PDG de AR Lawyers Group, à Russia Beyond. C'est généralement ainsi, sauf si vous avez signé un contrat de mariage à l'avance qui stipule le contraire.

Ca se corse s'il y a des enfants ou si l'un des partenaires ne veut pas divorcer

Si un couple a des enfants ou si l'un des partenaires est opposé au divorce, vous devez vous adresser au tribunal et le processus durera probablement un peu plus d'un mois. Si les enfants sont impliqués et que le couple accepte de divorcer, comptez deux ou trois mois, si l'un des partenaires n'est pas d'accord, trois ou quatre mois.

Les intérêts des enfants doivent être pris en compte par le tribunal au moment de décider comment les biens devraient être divisés.

Lire aussi : Sept idées de mariage originales venues de Russie

« Quant aux enfants, à partir d'un certain âge (10 ans), ils peuvent décider avec qui ils veulent vivre, et leur choix doit être examiné par le tribunal. Le tribunal tient également compte de la situation financière de chaque parent et décide avec qui un enfant doit rester », explique Lebedinsky. Dans ce cas, la propriété n'est pas divisée à parts égales, mais en fonction du parent qui prend les enfants.

Un contrat de mariage aide, mais ce n'est pas commun

S'il est signé par un Russe et un citoyen étranger, un contrat de mariage s'appliquera non seulement à la division des biens, mais aussi afin de déterminer la loi du pays applicable au divorce, et quel parent aura la garde des enfants.

Le seul problème est qu'il n'y a pas de tradition consistant à signer un contrat de mariage en Russie (bien qu'il soit assez fréquent pour les magnats russes de faire signer leurs fiancées avant de se dire « oui », pour des raisons évidentes). Si vous proposez de conclure un contrat avant d'épouser un citoyen russe, cela ne va probablement pas très bien se passer...

Lire aussi : Couples mixtes: trois histoires d’amour entre France et Russie

Qu'en est-il du soutien à la femme et aux enfants?

Selon la législation russe, vous n'avez pas besoin de prendre en charge financièrement votre ex-conjoint, mais un soutien financier à vos enfants jusqu'à l'âge de 18 ans est obligatoire si un partenaire demande une pension alimentaire. Dans la plupart des cas en Russie, les enfants restent avec leur mère, les pères versant donc 25% de leur salaire

Si nous prenons le salaire moyen en Russie de 38 400 roubles (550 euros) en 2017 (selon ROSSTAT, le Service fédéral des statistiques de l'État russe), la pension alimentaire mensuelle moyenne d'un enfant s'élève à environ 9 600 roubles (135 euros).

Et par rapport aux autres pays?

Il s'avère que la procédure de divorce en Russie est beaucoup plus rapide et moins coûteuse que dans de nombreux endroits.

« Les frais de justice peuvent varier : de 500 euros, selon le type de procès au tribunal, jusqu'à 5 000 euros », explique Vedran, 34 ans, développeur de logiciels en Croatie.

Lire aussi : Les Russes et le mariage, une histoire d’amour?

« En Suisse, si un partenaire n'est pas d'accord avec le divorce, il y a une période d'attente de deux ans. Si vous n'avez pas besoin d'un avocat pour vous préparer à un divorce, vous ne payez que le coût du procès - environ 425 euros », explique Claude, 42 ans, responsable des technologies de l'information en Suisse.

« En Hongrie, les enfants restent généralement avec leur mère et les pères doivent payer de 15 à 20 pour cent de leur salaire en pension alimentaire. Ce chiffre peut être modifié sur demande après quelques années », explique Brigitte, une travailleuse du domaine de la jeunesse de 26 ans originaire de Hongrie.

Comment le divorce se déroule-t-il dans votre pays et que pensez-vous de la procédure russe ? Exprimez-vous dans les commentaires ci-dessous.

Certains noms ont été modifiés car les personnes interrogées voulaient rester anonymes.

Saviez-vous pourquoi les Russes portent leur alliance à la main droite ? Pour le découvrir, jetez un œil par ici !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

This website uses cookies. Click here to find out more.

Accept cookies