Rétro soviétique: ces objets d’une autre époque que les Russes utilisent encore

Vladimir Smirnov/TASS
Quand l'URSS s'est effondrée, beaucoup de biens de consommation de l'ère communiste sont passés aux oubliettes. Gadgets de cuisine, jouets pour enfants et produits de beauté prisés sont devenus de simples souvenirs nostalgiques. D'autres marchandises, cependant, étaient si populaires qu'elles ont continué à être produites, et les Russes les utilisent encore aujourd'hui.

1. Podstakannik (porte-tasses à thé)

Cette façon de servir le thé dans les trains longue distance fascine généralement les touristes étrangers. Le préposé du train vous apporte du thé dans un verre soutenu par un porte-gobelet métallique qui s'appelle « podstakannik » en russe.

Le podstakannik protège le verre et empêche le buveur de se brûler ses mains. Les premiers porte-verres sont apparus avant 1917, mais ils sont devenus particulièrement populaires à l'époque soviétique, et étaient utilisés par le gouvernement à des fins de propagande.

Lire aussi : Six habitudes héritées de l’URSS qui ont la vie dure

Les artisans habiles ont gravé une variété de sujets sur les podstakanniks, et il y avait des éditions spéciales consacrées à l'anniversaire de Vladimir Lénine, aux villes soviétiques ou aux congrès du parti communiste.

Aujourd'hui, un podstakannik peut porter le nom d'un train, par exemple, la fameuse Flèche rouge qui relie Moscou et Saint-Pétersbourg, ainsi que le logo des chemins de fer russes, des symboles des villes, des images de sites célèbres, et même des logos d'entreprise afin d'être utilisés comme cadeaux d'affaires.

2. Bonbons au chocolat Michka na severe

En 1939, l'usine de confiserie de Kroupskaïa de Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg) a commencé à produire les bonbons au chocolat remplis de noix Michka na severe (Ourson dans le Nord). Pendant le siège de Leningrad, l'usine a dû remplacer quelques ingrédients, mais n'a pas arrêté la production.

L'image célèbre de l'ours blanc sur l'emballage a été conçue par l'artiste Tatiana Loukianova, et a été utilisée jusqu'en 2010.

Lire aussi : Ces bonbons soviétiques que l’on peut déguster encore aujourd’hui

Ensuite, une nouvelle image de l'ours a été dévoilée, mais beaucoup de Russes ne l'ont pas aimée. Ainsi, aujourd'hui, les bonbons sont disponibles dans les emballages anciens et nouveaux afin de laisser le choix aux consommateurs.

3. Parfum Krasnaïa Moskva

L’arôme Bouquet préféré de l'impératrice a été créé pour l'impératrice Maria Fiodorovna par le « fils d’un fabriquant de savon français », Auguste Michel. Selon l'une des versions, le parfum français Origan Coty 1905 aurait servi de base. La production du parfum a été relancée par l'usine Nouvelle aurore (avant la révolution - Broker and Co). En 1925, elle a pris le nom de Krasnaïa Moskva (Moscou rouge).

« Elégance » est le mot que les femmes utilisaient pour décrire cette fragrance florale puissante. Certains disent encore que le parfum est riche et splendide, même si maintenant il est abordable pour chaque femme. En moyenne, un flacon de Krasnaïa Moskva coûte aujourd'hui environ 500 roubles (environ 7 euros).

Lire aussi : Vies ordinaires, temps extraordinaires: la fin de l’URSS vue par une artiste

Beaucoup de jeunes femmes considèrent aujourd'hui l'odeur trop démodée et prononcée, mais certaines l'achètent par curiosité ou par nostalgie plutôt que pour une utilisation régulière.

4. Brise-glaces

L'URSS était le seul pays au monde à avoir construit une flotte de brise-glaces à propulsion nucléaire. Le premier navire de ce type, le Lénine, a été lancé à la fin des années 1950, et a été le tout premier navire civil alimenté à l'énergie nucléaire. Le Lénine a été conçu pour les expéditions arctiques, et a parcouru plus de 82 000 milles nautiques au cours de sa durée de vie de 30 ans.

D'autres brise-glaces célèbres comprennent l'URSS, Russie, Sibir, Yaman, et 50 ans de la victoire. Ce dernier est depuis longtemps le plus grand brise-glace du monde, et il navigue toujours dans l'Arctique. Guider les convois commerciaux est la mission clé du « 50 ans de la victoire », mais plusieurs fois par an, il réalise des croisières. Les clients ont accès à un restaurant, une piscine, un sauna et même une bibliothèque. L'aventure est chère cependant, et coûte environ 24 000 dollars par personne.

Lire aussi : Dix concepts dont seuls les Russes peuvent saisir la subtilité

5. Sac à cordes

Le mot russe pour le sac à cordes, avoska, pourrait être littéralement traduit comme « sac peut-être ». Le mot « avos » exprime un mince espoir d’avoir de la chance, et en URSS, où régnait une pénurie de la plupart des biens, le nom faisait parfaitement sens. Le sac ressemble à un filet, et tout ce qui est à l'intérieur est visible pour tous les autres. Cela ne dérangeait pas plus que cela les Soviétiques, qui étaient habitués au manque d'intimité.

Lorsque les sacs en plastique sont devenus disponibles dans les années 1990, l’avoska perdu sa popularité, mais il peut encore être vu dans les rues de temps en temps. D’ailleurs, il est plus respectueux de l'environnement, et dans ce sens, était très en avance sur son temps.

Savez-vous quelles choses bizzares les Russes stockent sur leur balcon ? Pour en savoir plus, suivez le lien

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.