Ces bonbons soviétiques que l’on peut déguster encore aujourd’hui

Asya Cho
Ceux qui ont quitté l'URSS pour vivre à l'étranger demandent toujours de leur rapporter, au lieu des souvenirs classiques, quelques kilos de bonbons légendaires et appréciés depuis toujours. De délicieuses douceurs qui ont embelli la vie des citoyens soviétiques, conservant jusqu’à présent leur qualité et leur goût plein de nostalgie tout en continuant à faire concurrence aux friandises modernes. Sans eux, le thé russe ne serait pas ce qu’il est. Voulez-vous goûter?

Ours pataud

Bien qu’au départ l’« ours pataud » eût été produit dans la Russie tsariste, il est par la suite devenu une sorte de symbole de la confiserie de l'URSS. Le bonbon consistait de deux disques gaufrés avec un praliné aux amandes le tout baigné dans du chocolat noir. Il était très apprécié des citoyens soviétiques non seulement pour son goût, mais aussi pour son merveilleux emballage bleu, sur lequel on pouvait voir un fragment de la peinture d’I. Chichkine et K. Savitsky Matin dans la forêt de pins avec ses trois célèbres ours. Le bonbon était considéré comme très cher, puisqu’il coûtait près de 4 roubles par kilogramme (selon le taux actuel - près de 6 euros).

Kara-Koum

Pourquoi un bonbon populaire et savoureux a été nommé en l'honneur d’un désert au Kazakhstan - impossible de le dire avec certitude aujourd'hui. Le bonbon n’a strictement aucun rapport avec le sable noir, puisque telle est la traduction littérale du nom Kara-Koum en langue kazakh. Le bonbon au chocolat Kara-Koum est un praliné aux noix et aux gaufres broyées recouvert de glaçage au chocolat. Ces bonbons avaient du succès même en dehors de l'URSS : dans les années 90, les Kara-Koum étaient même produits par des usines américaines de confiserie. Le prix du Kara-Koum était presque le même que celui des Ours aux pattes tordues.

Bâtonnet Rot Front

Les barres de gaufres broyées et d’arachides râpées sont une délicatesse appréciée par de nombreux enfants et adultes. Les obtenir au magasin n'était pas si facile, alors quand on arrivait à en acheter, on n’y touchait pas jusqu’aux vacances. Mais bien sûr, les marmots trouvaient immédiatement les bonbons cachés et, parfois, ils les mangeaient en douce dans le dos de leurs parents. Les bâtonnets étaient légèrement moins chers que leurs concurrents au chocolat et coûtaient 3 roubles par kilogramme, selon les normes modernes environ 5 euros. On estimait qu'il était préférable de déguster un bâtonnet avec du thé chaud – les bonbons aux noix doux et onctueux fondaient littéralement dans la bouche après quelques gorgées de thé noir.

Caramel Vzletnaïa

Ces bonbons au caramel avaient une saveur de citron merveilleuse, et il fallait les sucer pendant très longtemps. Et tout cela parce que le caramel Vzletnaïa était destiné aux passagers d'avions, afin que, pendant le décollage, les oreilles ne se bouchent pas en raison de la différence de pression. Ils n'étaient pas vendus dans les magasins habituels au départ, mais au milieu des années 1970, les bonbons Vzletnaïa sont devenus une délicatesse accessible pour ce qui équivaut maintenant à 2,5 euros.

Caramels Iris Kis-Kis et Clé en or

En URSS, il y avait deux marques commerciales de ces caramels : Clé d’or, qui était plus petit et plus doux, et Kis-kis – des carrés solides de 1,5 centimètre de côté. Le caramel Iris, malgré le coût apparemment élevé de ses ingrédients, était l'un des types de bonbons les moins chers. Son prix ne dépassait pas celui du caramel classique.

C'est pourquoi, parmi les enfants soviétiques, il jouissait de la plus grande popularité, et c'est à lui que les meilleurs souvenirs d'enfance et les rituels inoubliables sont associés. Pendant qu’on les mâchait, les bonbons collaient aux dents, en particulier aux dents de lait qui bougeaient déjà, ou sur les plombages. En général, ce caramel pouvait facilement vous procurer un voyage urgent chez dentiste. En outre, si un enfant oubliait le caramel dans la poche de son pantalon, et qu’il courait jouer à des jeux à l’extérieur, il pouvait facilement fondre, puis geler et « sceller » entièrement la poche.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.