Comment acheter des souvenirs russes sans faire d’erreur?

Ekaterina Kozhukhova
Vous êtes à la rechercher d’un cadeau authentique venant de Russie? Assurez-vous de suivre ces précieux conseils pour ne pas finir déçu de vos emplettes.

Il peut parfois être difficile de trouver le souvenir idéal. Une foule de touristes, des prix élevés et d’odieux vendeurs sont susceptibles de rendre le processus si déprimant qu’il arrive parfois d’acheter un présent que l’on regrette par la suite.

Pour vous aider à apprécier réellement cette tâche, et vous éviter de passer des heures à chercher en vain quelque chose d’authentique, nous avons décidé d’écumer nous-mêmes les marchés et boutiques de Moscou. Voici nos astuces pour dénicher le souvenir parfait, au juste prix.

Lire aussi : Guide de l’artisanat russe: des matriochkas à la porcelaine de Gjel

1. Les prix sont plus élevés dans le centre-ville

Cela peut sembler évident, mais il est important de le rappeler. Plus vous êtes proche du centre-ville (que ce soit à Moscou ou dans n’importe quelle ville russe), plus les boutiques de souvenirs sont onéreuses. Les vendeurs, eux-mêmes, admettent que l’endroit le moins cher pour acheter des souvenirs à Moscou est le marché d’Izmaïlovski, non loin de la station de métro Partizanskaïa.

Alors que les prix y sont plus bas de manière générale, ils le sont encore plus le mercredi, jour de vente en gros, lorsque les prix sont divisés par deux ou trois. Il y a cependant un inconvénient : ce jour-là le marché est ouvert moins longtemps. Rendez-vous y donc pour environ 10 ou 11h et assurez-vous qu’il vous reste assez de temps avant la fermeture.

Lire aussi : Adieu, matriochka! Dix cadeaux Made in Russia de nouvelle génération

2. Soyez attentif à la qualité

Les souvenirs authentiques russes sont généralement confectionnés à l’aide de matériaux de haute qualité et avec une grande maîtrise. Cependant, ce n’est pas le cas pour tous les objets que vous allez trouver sur les marchés et dans les magasins. Des rumeurs existent quant au fait que certains vendeurs travaillent avec des fabricants chinois (bien que nous ne les ayons jamais vus de nos propres yeux), il vaut donc mieux examiner attentivement la qualité du produit qui vous intéresse. Bien que moins chères, les imitations « Made in China » sont en effet de moindre qualité que les articles produits en Russie.

3. Vérifiez l’étiquette et ses détails

Même si la qualité semble correcte, jetez toujours un œil à l’étiquette de l’objet. Des articles largement connus, comme les châles de Pavlovski Possad ou d’Ourenbourg, ont une étiquette bien précise et sont habituellement vendus dans des emballages d’usine, comprenant des informations détaillées au sujet de leur fabrication et lieu d’origine. Alors que ces châles sont la plupart du temps proposés par des vendeurs officiels, vous pouvez également tomber sur des imitations de mauvaise qualité conçues en périphérie de Moscou. Celles-ci ne disposent cependant pas d’étiquette et d’informations détaillées et sont donc identifiables.

Lire aussi : La matriochka, ambassadrice intemporelle de la Russie

Étant donné qu’une personne non avertie peut ne pas remarquer la différence, il est aisé pour les vendeurs de rue d’arnaquer les touristes. Vérifiez donc toujours les étiquettes et, si possible, renseignez-vous en ligne sur les vendeurs officiels afin d’être certain d’acheter un présent authentique et de bonne qualité.

4. Ne vous ruez pas sur les prix bas

Les contrefaçons et imitations coûtent généralement moins cher que les articles authentiques. À titre d’exemple, un original châle d’Orenbourg coûte entre 1 300 et 4 200 roubles (20-60 euros), en fonction de sa taille, tandis que pour ceux de mauvaise qualité que vous trouverez dans la rue il vous faudra débourser seulement une fraction de ce prix. D’autres souvenirs, tels que les matriochkas et les vêtements et accessoires de style soviétique, sont certes moins souvent copiés, mais les mêmes règles s’appliquent : moins le souvenir est cher, plus il y a de questions à vous poser. Un bon moyen d’en avoir pour son argent est de vérifier les prix dans deux ou trois magasins différents.

Lire aussi : Utiles et agréables: cinq cadeaux à rapporter d’un voyage à Saint-Pétersbourg

5. Ne faites pas toujours confiance aux guides

Bien entendu, nombreux sont les touristes à être enclins à écouter aveuglément leurs guides et à se rendre dans des boutiques de souvenirs qu’ils recommandent, mais parfois il s’agit simplement d’un énième moyen pour vous arnaquer. Certains guides peuvent en effet avoir conclu un marché avec un vendeur peu scrupuleux dans le but de recevoir une commission sur ses ventes et vous dirigeront donc vers son établissement plutôt que d’autres, où vous auriez pourtant pu trouver des objets de meilleure qualité. Ne soyez toutefois pas paranoïaques, mais gardez cela à l’esprit en faisant vos achats.

6. N’ayez pas peur de poser des questions

Plus vous poserez de questions, plus vous obtiendrez des informations concernant le produit et son histoire. Si un vendeur ne semble pas prompt à vous révéler où et par qui il a été fabriqué ou à vous expliquer pourquoi il s’agit du meilleur souvenir et en quoi il vaut son prix, ne l’achetez pas, c’est le signe que l’objet n’est pas authentique.

Lire aussi : Les peurs des touristes étrangers en Russie, et comment les surmonter

7. Négociez

Si un prix est trop élevé pour vous, négociez ! Surtout dans des marchés tels que celui d’Ismaïlovski. Les vendeurs acceptent presque toujours de baisser leurs prix. Poser des questions et discuter un peu avec eux aide également à obtenir une réduction.

Bonne chance !

Vous savez maintenant comment acheter des souvenirs en Russie! Mais savez-vous comment égayer une longue correspondance à l’aéroport de Moscou ou quelles sont les erreurs typiques que commetent souvent les étrangers en Russie ? 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer