La concierge, personnage incontournable de l’immeuble russe

Varvara Grankova
Souvent des femmes âgées, ces « gardes » voient tout veillent les entrées d’immeuble des villes russes pour qu’elles restent vides et silencieuses (du moins, elles font tout pour atteindre ces objectifs). Certains les aiment et les respectent, d’autres les craignent et les détestent, mais les concierges russes sont une caste très spéciale.

Si vous en avez vu une, vous les avez toutes vues. Vous essayez probablement pour la première fois de rendre visite à un ami vivant dans un immeuble - et la porte est grande-ouverte. Mais méfiez-vous, c'est un piège : avant d'atteindre l'ascenseur, quelqu’un vous hèle. « Hé vous, arrêtez-vous! Où allez-vous? Quel appartement ? » Et soyez-en sûr : tant que vous n’aurez pas donné le numéro de l'appartement, personne ne vous laissera aller plus loin.

Vous parlez très probablement à une babouchka russe classique : une dame d’environ soixante ou soixante-dix ans avec des nerfs d’acier et sa propre opinion qui ne peut être changée pour rien au monde. Les concierges d’immeubles sont généralement des femmes de ce type.
En fait, ce genre de personnes est si courant en Russie que nous avons même une forme féminine largement répandue pour le mot concierge - « concierge-ka ».

Alors, qui sont ces babouchkas plutôt spéciales et pourquoi demandent-elles à toute personne qu’elles rencontrent où elle se rend ?

Pas des oligarques

Habituellement, celles et ceux qui travaillent comme concierges sont loin d’être riches et tentent de mettre du beurre dans les épinards pour compenser une retraite modeste (une pension moyenne en 2017 atteignait environ 13 700 roubles, soit 200 euros). Selon une interview de The Village réalisée en 2016 avec quatre concierges de différents immeubles, leurs salaires ne sont pas non plus gigantesques : ils variaient entre 9 000 et 12 000 roubles (132 et 176 euros respectivement).

Lire aussi : Dix choses bizarres que les Russes stockent sur leur balcon

Ces salaires se composent de petites contributions mensuelles effectuées par chaque appartement (il y a parfois des subventions supplémentaires de la ville, mais ce n'est pas toujours le cas). Il est donc crucial pour l’immeuble tout entier de payer de manière organisée et régulièrement. Cependant, il peut s’avérer difficile de parvenir à un accord.

Presque toujours, il se trouve plusieurs personnes qui estiment qu'il n'y a pas besoin d'un concierge, un point c’est tout. Cela entraîne parfois de sérieux conflits parmi les habitants et des arriérés de salaire pour les babouchkas. De temps en temps, elles doivent même faire leurs valises et chercher un immeuble plus généreux afin de travailler.

À quoi servent-elles?

Ceux qui rechignent à l'idée de payer des concierges posent généralement cette question. Ils doutent que ces « gardes » rendent la zone plus sûre car les dames assises dans leur local spécial près de l'entrée ne peuvent guère empêcher les voleurs de cambrioler les appartements des étages supérieurs.

Lire aussi : Comment survivre à votre recherche d’appartement en Russie

Elles ne peuvent pas non plus toujours empêcher les vandales d’endommager les ascenseurs. En outre, les gens se plaignent parfois que les concierges compliquent l’entrée d’invités innocents dans le bâtiment, créant différents obstacles avec leurs questions et leur méfiance.

L'autre point négatif lié aux concierges ne les concerne pas toutes, mais seulement quelques-unes d’entre elles. Certaines de ces vieilles dames peuvent être vraiment curieuses et interférer avec la vie privée des gens, répandre des rumeurs et critiquer tous ceux qui ne leur plaisent pas. Cela peut avoir des conséquences fâcheuses.

Mission sacrée

Bien sûr, beaucoup de gens apprécient les concierges et les protègent, en affirmant que leur travail est important et utile pour la société. « Si quelque chose arrive, elles peuvent toujours appeler la police. Elles lavent également le sol tous les jours et décorent l'entrée avec des fleurs » : voici une phrase typique que l’on peut lire sur un forum où les défenseurs des concierges et les ennemis de ces braves dames entrent en conflit.

Lire aussi : Pourquoi les Russes applaudissent-ils en avion?

Quant aux babouchkas proprement dites, beaucoup d'entre elles sont sincèrement fières du travail qu'elles font. « Qu'est-ce que cela signifie d'avoir un concierge dans votre maison? Cela signifie bénéficier de la propreté, de la beauté et de la sécurité, déclare l’une d’elle, Svetlana, 69 ans, à The Village. Si vous avez un accès libre à l'entrée, n'importe qui peut pénétrer dans le bâtiment. Ils vont boire ici, et pisser là ».

D’ailleurs, les babouchkas ne se limitent pas à protéger l'endroit des envahisseurs. Comme l’indique une autre concierge de 76 ans, Nina, elles vérifient l’état des communications et l'électricité dans l’immeuble, et aident les habitants à appeler les spécialistes dont ils ont besoin. En outre, certaines dames peuvent être tout à fait polies et établir des relations d’amitié avec les habitants de l’immeuble. Après tout, il n’est pas si compliqué de répondre aux questions qu’elles posent aux intrus – soyez juste sincères et bien élevés et tout ira bien !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer