Les émissions humoristiques russes sous la loupe de l’Otan

Projectorparishilton.

Projectorparishilton.

Maxim Li / RIA Novosti
Les analystes de l’Otan ont étudié les émissions humoristiques de la télévision russe de ces neuf dernières années. Leur conclusion ? Elles servent les objectifs politiques du Kremlin et sont dirigées contre l’Occident.

Le rapport a été préparé par le Centre des communications stratégiques de l’Otan StratCom. La présentation du document, qui s’intitule StratCom rit. En quête d’une base analytique, a eu lieu le 17 mars à Riga.

Les spécialistes lettons, auteurs du rapport, ont analysé le contenu de quatre émissions humoristiques de la Première chaîne russe (Perviy Kanal) depuis 2008. Ils se sont également intéressés à l’émission KVN (Club des personnes gaies et intelligentes), l’une des plus anciennes émissions humoristiques de la télévision russe. L’Otan a analysé la performance d’une équipe moscovite du KVN.

« Dénigrement des dirigeants occidentaux »

Une grande partie du rapport est consacrée à la description, par les spécialistes du centre ,de la manière dont les émissions humoristiques russes de Perviy Kanal (Projectorparishilton, Evening Urgant, Yesterday Live, MaksimMaksim) dépeignent les responsables politiques occidentaux. Les analystes de l’Otan concluent que les émissions russes présentent délibérément les dirigeants occidentaux de manière à « discréditer l’ensemble du système de leadership occidental ».

Le rapport indique que la télévision russe accorde une attention particulière aux responsables politiques américains. « George W. Bush est présenté sous la lumière la plus négative, tant personnellement que professionnellement, comme une personne très peu intelligente, honnie dans le monde entier », indique le rapport. 

À propos des présidents français, les analystes du centre concluent qu’aucun dirigeant français n’est « présenté comme le chef d’un pays occidental influent … ». « Nous voyons deux personnes ordinaires [il s’agit de Nicolas Sarkozy et de François Hollande] qui luttent contre leurs problèmes quotidiens comme toute autre personne ordinaire », souligne le rapport. Les auteurs du rapport expriment les mêmes griefs quant à la représentation de la chancelière allemande Angela Merkel. « Son rôle de responsable politique européen de premier plan est presque entièrement ignoré », déplorent les spécialistes du centre.

« Babillage »

Le rapport parle également de l’émission KVN, diffusée par la télévision russe depuis des décennies, et fait une étude de cas de la performance de l’équipe de l’Institut des relations internationales de Moscou (MGIMO) Parapaparam. Les spécialistes analysent les blagues de l’équipe et concluent que le KVN est un « instrument de communication stratégique » pour le Kremlin, qui permet au « régime » d’atteindre le public jeune, « stratégiquement important ». Ivan Abramov, le capitaine de Parapaparam, à qui nous avons demandé de commenter ces affirmations, nous a déclaré qu’il était inutile de discuter du contenu du document.

Auparavant, il avait qualifié les propos des analystes de « babillage » et contesté l’idée que l’émission KVN prospérait grâce à ses « relations spéciales avec le Kremlin ». Abramov explique le succès du projet par le sens de l’humour des jeunes et la figure du présentateur du projet, Alexandre Masliakov.

Quand nous avons sollicité l’avis de Masliakov sur le rapport, il a estimé que le document de l’Otan ne ferait qu’attiser l’intérêt vis-à-vis de l’émission. « Après tout ce ramdam, on nous regardera avec un intérêt redoublé. Je n’ose même pas imaginer le nombre de blagues que nos équipes trouveront et présenteront à travers la Russie », a déclaré le présentateur du KVN.

« On l’a lu. On a rit »

Le membre du jury du KVN et ancien joueur Iouli Goussman a déclaré que quand KVN est sorti pour la première fois sur les écrans il y a 56 ans, « des personnes merveilleuses imaginèrent le KVN précisément comme une arme contre l’Otan, puis, passèrent énormément de temps à l’aiguiser et y sont, enfin parvenu, fort heureusement ».

Un autre membre du jury, Valdis Pelch, a déclaré qu’il se réjouissait de la popularité de l’émission de télévision humoristique russe et a conseillé au personnel de l’alliance nord-atlantique de la « regarder en famille ».

Andreï Rojkov, membre de la célèbre équipe du KVN Ouralskié pelmeni, estime que le rapport « rassemble à un faux ». « C’est exagéré, à mon avis. Je comprends qu’on le dise par rapport à l’époque où le komsomol (jeunesses communistes, ndlr) forgeait des cadres pour le parti communiste. Mais dire que le KVN est un instrument idéologique aujourd’hui est absurde », a déclaré Rojkov.

Lire aussi : 

« L’espion qui ne pouvait pas se rendre »: sept blagues de Vladimir Poutine