Pourquoi Saint-Pétersbourg a-t-elle été promue au rang de capitale, puis déchue?

Legion Media
Il y a plus de trois siècles, la capitale russe a été déplacée de Moscou à Saint-Pétersbourg, mais deux siècles plus tard, elle est revenue à Moscou.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La Russie a eu plusieurs capitales au cours de son histoire, six pour être exact. Ce statut privilégié a toutefois été détenu par Moscou et Saint-Pétersbourg pendant les périodes les plus longues. À la fin du XIVe siècle, Moscou est devenue un centre d'unification des villes russes après l'époque de la fragmentation féodale et des luttes entre princes. Au XVIe siècle, Ivan le Terrible a fait de Moscou la capitale des terres russes et s'est octroyé le titre de tsar.

Moscou a ainsi acquis un statut quasi sacré de cœur de la civilisation russe. Les cathédrales du Kremlin ont servi de toile de fond aux baptêmes, aux couronnements et aux funérailles de tous les tsars russes... jusqu'à l'arrivée au pouvoir de Pierre le Grand à la fin du XVIIe siècle. Celui-ci avait des amis allemands depuis son enfance et était fréquemment invité dans une colonie allemande près de Moscou.

Pierre est par conséquent devenu un adepte du mode de vie ascétique allemand et, au fil du temps, il a commencé à détester les vieilles traditions excessives de la cour, les robes somptueuses mais encombrantes et les festins où la nourriture était servie dans des plats en or. Dans le cadre de sa Grande Ambassade, il s’est rendu en Europe, où il a passé plusieurs années à étudier et à apprendre le mode de vie des locaux, et il en est revenu absolument changé. Il a donc décidé de modifier son pays en fonction de ses nouvelles connaissances – le vieux Moscou démodé n'entrait pas dans ses plans.

Pierre le Grand voulait construire une nouvelle ville à l’européenne, avec un certain plan d'urbanisme (jusqu'alors non utilisé dans les villes russes chaotiques). Pour cela, il a invité des architectes européens à ériger des bâtiments très différents de ce que la Russie avait connu auparavant. Il a même donné à la nouvelle ville un nom étranger, dans le style germanique – Saint-Pétersbourg, en l'honneur de son saint patron, Pierre.

La construction de la nouvelle ville n’a débuté qu'en 1703, mais déjà en 1712, Pierre y a déplacé la capitale. En 1721, il s’est proclamé empereur. Par conséquent, la Russie est devenue un empire avec Saint-Pétersbourg comme capitale et symbole de sa grandeur, rôle qu’elle conservera jusqu’en 1918. Néanmoins, pendant ces années, Saint-Pétersbourg était très différente du reste du pays, et pas seulement en termes d'architecture et d'urbanisme.

Lire aussi : Saint-Pétersbourg immortalisée au temps des tsars par les photographes d’autrefois

Elle est devenue une ville peuplée d'étrangers et de nobles. Le français et l'allemand y étaient des langues plus couramment parlées que le russe. La cité s’est imposée comme un centre d'éducation et de culture – ballet, musique, littérature et beaux-arts. Les personnes les plus talentueuses de tout l'Empire, ainsi que de toute l'Europe, y affluaient. Elles étaient séduites par la beauté de la ville, ainsi que par les opportunités économiques. Même les cathédrales orthodoxes locales étaient différentes de celles de Moscou, car beaucoup étaient construites dans le style baroque. Aujourd'hui encore, Saint-Pétersbourg est surnommée la « capitale culturelle » de Russie.

La ville s'est développée rapidement et a adopté toutes sortes d'innovations ; il n'est donc pas surprenant que des révolutionnaires y soient apparus. À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, ils y ont commis des attentats terroristes et ont même tué l'empereur Alexandre II. Les travailleurs ont commencé à protester contre les conditions de travail difficiles et les bas salaires... et finalement la révolution a eu lieu.

De même que Pierre le Grand voulait se débarrasser de l'ancien tsarat patriarcal, les bolcheviks, après avoir pris le pouvoir, ont immédiatement tenté d'effacer le passé impérial. L'une de leurs premières mesures a été de transférer la capitale de la nouvelle Russie soviétique à Moscou en 1918. Il s'agissait avant tout d'une décision de propagande : comme vous vous en souvenez, la vieille ville de Moscou était le berceau de la nation russe et n'était pas associée aux étrangers qui étaient déconnectés du peuple soviétique ordinaire : les paysans et les ouvriers.

Dans cet autre article, nous nous penchions sur cinq mythes à briser concernant la fondation de Saint-Pétersbourg.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies