Comment les bolcheviks ont contribué à l'émergence de la Turquie moderne

Photographie d'archives; Russia beyond
La Russie soviétique et la Turquie kémaliste n'étaient pas des alliés idéologiques, mais elles ont été temporairement unies par leur lutte contre un ennemi commun.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La Première Guerre mondiale s'est terminée par une terrible catastrophe pour l'Empire ottoman. Le pays a perdu la plupart de ses vastes territoires, sa puissance militaire a été désarmée et les forces alliées ont occupé Istanbul.

Comme le gouvernement du sultan Mehmed VI était prêt à réaliser toutes les concessions aux Britanniques et aux Français, devenant ainsi leur marionnette, un centre de pouvoir alternatif a émergé dans l'empire. Le mouvement de libération nationale dirigé par le général Mustafa Kemal (qui deviendra plus tard « Le Grand Turc » — Atatürk) a lutté contre l’emprise des puissances occidentales et a sauvé le pays de l'effondrement final. Le 23 avril 1920, les kémalistes ont créé leur propre parlement à Ankara – la Grande Assemblée nationale de Turquie.

Mustafa Kemal

Inconnu de tous, entouré d'ennemis de toutes parts, Atatürk avait un besoin urgent d'allié. Soudain, il l'a trouvé dans un autre paria international : la Russie soviétique.

Lire aussi : Ours terrifiant ou pieuvre géante, la Russie représentée sur les cartes satiriques d'Europe

Alliés temporaires

Atatürk inspecte des troupes turques le 18 juin 1922

Le 26 avril 1920, Mustafa Kemal s'est adressé officiellement à Vladimir Lénine avec une proposition de reconnaissance mutuelle et une demande d'assistance militaire. Les bolcheviks y ont répondu positivement.

En Russie, qui était également isolée sur le plan international, la guerre civile et l'intervention de puissances étrangères se poursuivaient. En misant sur le mouvement croissant des nationalistes turcs, les bolcheviks ont ainsi gagné des alliés dans la lutte contre l'Entente et également assuré la sécurité de leurs frontières méridionales.

L'assistance militaire aux kémalistes a commencé à être fournie presque immédiatement après l'établissement des premiers contacts entre Moscou et Ankara. Dans la période de 1920 à 1922, la Russie a procuré à Atatürk 80 millions de lires (soit deux fois plus que les dépenses du ministère de la Défense d'Ankara), 39 000 fusils, 327 mitrailleuses, 147 000 obus, des équipements et des matières premières pour la production de cartouches, ainsi que deux destroyers – le « Jivoï » et le « Joutki ». Sous la direction de spécialistes soviétiques, deux usines de poudre à canon ont été construites en Turquie. Lénine a déclaré à l'ambassadeur soviétique en Turquie, Semion Aralov : « Nous pourrons aider financièrement la Turquie, bien que nous soyons nous-mêmes pauvres ».

Destroyer Joutki en 1915

Le 16 mars 1921, le gouvernement de Lénine et les représentants de la Grande Assemblée nationale ont conclu à Moscou un « Traité d'amitié et de fraternité », qui réglait les différends territoriaux entre les kémalistes et les bolcheviks. La frontière nord-est de la Turquie alors établie existe encore aujourd'hui sous cette forme.

L'aide militaire russe a joué un rôle clé dans le fait que les forces d'Atatürk ont réussi à vaincre leurs deux principaux adversaires : la République démocratique d'Arménie à l'est et l'armée grecque qui, avec l’aval des grandes puissances, avait capturé la partie occidentale de l'Asie mineure. 

Infanterie grecque chargeant près du fleuve Hermos (aujourd'hui Gediz) durant la guerre gréco-turque (1919-1922)

Un groupe d'experts militaires soviétiques, sous la direction de l'un des plus éminents commandants de l'Armée rouge, Mikhaïl Frounze, a participé à la mise au point des opérations offensives victorieuses contre les Grecs. Aralov, qui avait également une grande expérience du combat, a partagé son expérience de la guérilla avec les officiers du quartier général d'Atatürk. En outre, le futur maréchal de l'Union soviétique Kliment Vorochilov a été le conseiller de Kemal.

Conseillers militaires de l'Armée rouge et Mustafa Kemal

Les victoires sur le champ de bataille ont été suivies par des succès dans l'arène de la lutte politique, qui ont conduit à la proclamation de la République turque en 1923 avec Mustafa Kemal Pacha comme premier président.

Lire aussi : Quels pays ont conquis la Russie?

De l'amitié à l'inimitié

Visite d'une délégation soviétique en Turquie en 1933. Kliment Vorochilov rencontre Mustafa Kemal durant la parade organisée pour les 10 ans de la fondation de la République de Turquie, le 29 octobre 1923.

Moscou et Ankara comprenaient toutefois que la coopération entre les nationalistes turcs et les communistes russes était temporaire. Kemal voyait en effet bien la différence entre « être un bolchevik » et « être un allié des bolcheviks ». Ayant atteint leurs objectifs, les pragmatiques hommes politiques soviétiques ne comptaient pas non plus particulièrement sur la soviétisation de la Turquie.

« Ceux qui pensent que l'amitié entre la Russie et la Turquie implique nécessairement l’adoption du système bolchévique ont une mauvaise compréhension des affaires politiques..., a écrit Mahmut Soydan, rédacteur en chef du journal kémaliste Hâkimiyet-i Milliye, le 25 avril 1921. La vérité est que nous n'avons jamais entendu une seule fois de nos amis russes de telles paroles : "Puisque nous sommes amis, puisque nous avons pratiquement lié nos destins politiques, alors vous devez accepter notre système de gouvernance" ». (Rasim Dirsekhan Ors. Les Russes, Ataturk et la naissance de la République turque. Dans le miroir de la presse soviétique des années 1920. Moscou, 2012).

Signature du Pacte d'amitié turco-allemand le 18 juin 1941

La Turquie est par conséquent très vite passée du statut d'alliée à Moscou à celui d'ennemie potentielle. Le Parti communiste a été interdit dans le pays en 1923, et au moment de l'invasion allemande de l'URSS, les Turcs ont concentré d'importantes forces à ses frontières, prêts à envahir le Caucase soviétique si les choses tournaient mal pour l'Armée rouge.

Œuvres de Mustafa Kemal traduites en russe et articles de chercheurs soviétiques à son sujet publiés à l'occasion du 25e anniversaire de sa mort

Néanmoins, Mustafa Kemal Atatürk n'a jamais oublié l'aide qu'il a reçue de la Russie soviétique dans les heures les plus difficiles. Sur le monument « République » érigé à Istanbul en 1928, à côté de la sculpture du « Grand Turc » se trouvent Kliment Vorochilov et Semion Aralov.

Monument « République » à Istanbul

Dans cet autre article, nous vous expliquons d’où venait l’argent des bolcheviks.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies