Comment des Chinois ont aidé les bolcheviks à prendre le pouvoir en Russie

Les premiers Chinois à combattre dans les rangs de l'Armée rouge près de Petrograd

Les premiers Chinois à combattre dans les rangs de l'Armée rouge près de Petrograd

Sputnik
Les soldats chinois étaient parmi les plus disciplinés, tenaces et impitoyables de l'Armée rouge pendant la guerre civile. Leurs ennemis ne les faisaient presque jamais prisonniers.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« Le Chinois est dur, il n'a peur de rien. Son cher frère peut mourir au combat, mais il ne clignera pas de l’œil... S'il comprend que l'ennemi est devant lui, alors cet ennemi a du souci à se faire. Les Chinois se battront jusqu'au bout », a écrit le chef militaire soviétique Iona Yakir dans Mémoires d'un ancien soldat de l'Armée rouge.

Plus de 40 000 Chinois ont participé à la guerre civile en Russie dans les rangs de l'Armée rouge. Qu'est-ce qui les a poussés à s'engager dans un conflit étranger sur une terre étrangère ?

Sous les bannières de la Révolution

En 1917, jusqu'à 200 000 Chinois vivaient en Russie, réalisant des tâches éreintantes dans l'industrie, l'agriculture et la construction. Avec l'aide de cette main-d'œuvre bon marché, activement recrutée en Chine, le gouvernement tsariste tentait de résoudre les pénuries de main-d'œuvre causées par la Première Guerre mondiale.

Cependant, avec l'arrivée au pouvoir des bolcheviks et le début de la guerre civile, les Chinois de Russie se sont retrouvés dans une situation difficile. Dans un pays plongé dans le chaos, ils ont été privés de moyens de subsistance. Lorsque la Sibérie, les ports du nord et du sud sont tombés sous le contrôle des Blancs et des puissances étrangères, la route du retour s’est retrouvée fermée pour la population chinoise du centre de la Russie. D’ailleurs, tous ne souhaitaient pas retourner en Chine, à l'époque enlisée dans l’ère des « seigneurs de la guerre », des cliques militaro-politiques se partageant le pays.

Le premier détachement communiste chinois à combattre dans les rangs de l'Armée rouge avant d'être envoyé au front, près de Petrograd

Le seul moyen, ou presque, pour le prolétariat chinois qui s'était accumulé dans les grandes villes, de subvenir à ses besoins, ainsi que de gagner de l'argent pour le voyage de retour, était de s'enrôler dans l'Armée rouge. « Les Chinois prenaient leurs salaires très au sérieux. Ils donnaient leur vie facilement, mais il fallait payer à temps et bien les nourrir », se souvient Yakir.

>>> Comment des bandes chinoises ont terrorisé la Russie pendant un demi-siècle

Mais l’argent n’était pas la seule raison pour laquelle des milliers de Chinois se sont rassemblés sous les bannières rouges. L'idéologie de la révolution socialiste et la construction du communisme avaient une certaine proximité avec leur mentalité. « La Russie tsariste et la Chine, où régnait la dynastie mandchoue, avaient des affinités l’une avec l’autre : ici et là, les riches vivaient heureux, tandis que les pauvres souffraient de la faim et du froid », a écrit le combattant Chen Bo-chuan dans ses mémoires Jours et nuits en Sibérie.

Des soldats chinois

Conscients de l’état d’esprit des immigrants chinois, les bolcheviks ont mené un travail de propagande actif parmi eux, proposant de construire ensemble un nouveau monde plus juste. Des journaux en chinois ont commencé à être publiés dans les grandes villes : Grande égalité, Étoile communiste, Travailleur chinois, et d'autres. La communauté chinoise a été agréablement surprise d'apprendre (non sans l’aide des bolcheviks) que Lénine avait condamné la répression par les grandes puissances du soulèvement national des Boxers de 1900, qui visait à mettre fin à la domination étrangère en Chine.

En conséquence, des dizaines de milliers de volontaires chinois ont rejoint les rangs de l'Armée rouge. Certains espéraient gagner un morceau de pain, d'autres rêvaient de se retrouver dans leur patrie ; d'autres étaient imprégnés des idées d'une révolution mondiale, tandis que d'autres encore n'étaient pas opposés à l'idée de profiter de la tourmente qui régnait en Russie pour voler et piller en toute impunité.

Garde rouge

Les soldats chinois ont rapidement acquis la réputation d'être parmi les plus disciplinés et efficaces de l'Armée rouge. Ne pouvant pas déserter, ou se dissimuler parmi la population dans un pays étranger, leur loyauté ne posait donc pas de questions. « Les combattants chinois ont toujours traité leur devoir de manière extrêmement honnête et consciencieuse et ont donc gagné une grande confiance de la part du commandement », a écrit le soldat Zhang Zi-Xuan dans ses mémoires Épaule contre épaule.

>>> Comment le dernier empereur chinois est tombé entre les mains de l'Armée rouge

« Tous sont des guerriers courageux, mais ils ne peuvent supporter une chose – le reflet de la lumière sur un sabre », a déclaré le chef du parti Yakov Nikoulikhine dans le livre Sur le front de la guerre civile : « Les cosaques l’ont pris en compte et les jours ensoleillés, avant l'attaque, ils agitaient leurs sabres dans les airs. Les Chinois se retrouvaient dans un état de peur panique, et ils décampaient parmi les tournesols. Cependant, en général, le Chinois de l'Armée rouge est courageux, il ne recule pas devant une pluie de mitrailleuses et se bat avec frénésie. »

Des détachements punitifs de Lettons et de Chinois s'approprient le pain, ravagent des villages et tuent des paysans

Les Blancs détestaient particulièrement les « Chinois rouges », ainsi que d'autres étrangers présents dans les rangs de l'Armée rouge : Lettons, Estoniens, Hongrois. « Les sauvages, mécréants et les espions allemands » étaient considérés comme l'un des principaux piliers du pouvoir bolchevique : une fois faits prisonniers, ils étaient généralement abattus sur place.

De la Pologne à l'océan Pacifique

Les 40 000 soldats chinois n'ont jamais agi en tant que force unique. Des détachements de 2 à 3 000 personnes maximum ont été créés dans tout le pays et ont combattu dans le cadre d'unités plus importantes de l'Armée rouge. Des Chinois ont servi dans la 25e division de fusiliers du commandant rouge légendaire Vassili Tchapaïev, et même dans la garde personnelle de Lénine.

État-major de commandement du bataillon chinois

L'une des unités rouges les plus fiables et les plus combattives de l'Oural et de la Sibérie était le 225e Régiment international chinois sous le commandement de Ren Fuchen. Après sa mort le 29 novembre 1918, il a reçu à titre posthume l'Ordre de la bannière rouge, et Lénine a rencontré sa veuve et ses enfants personnellement.

>>> Harbin, étonnante ville chinoise construite par les Russes et refuge des tsaristes

Environ 500 cavaliers chinois ont servi au sein de la meilleure formation militaire des bolcheviks - la 1ère armée de cavalerie de Semion Boudionny. Pendant la guerre soviéto-polonaise, avec une partie de l'armée, ils ont été coupés des forces principales par la contre-attaque de l'ennemi sur la Vistule, et ont été forcés de se replier sur le territoire allemand, où ils ont été faits prisonniers. Les Allemands ont mis les Chinois à part, cherchant à les convaincre de rester à leur service, mais ces derniers ont refusé et sont rapidement retournés en Russie avec les autres.

Parmi les « Chinois rouges » de l'Extrême-Orient de la Russie, l'un des plus célèbres était le détachement partisan du communiste San Diwu, qui a combattu avec succès les troupes cosaques blanches locales, les envahisseurs japonais et américains, ainsi que les bandits chinois – les Honghuzi. Leur chef s'est distingué lui-même par son grand courage : il est plusieurs fois allé au corps à corps, a été blessé quatre fois et a même fait dérailler une locomotive à vapeur américaine.

Des Chinois se sont également battus du côté des Blancs. Dans certains cas, après avoir affronté leurs compatriotes combattant au sein de l'Armée rouge, ils ont sans hésitation rallié le camp opposé.

Expéditions punitives

La discipline de fer des soldats chinois ne se manifestait pas seulement au combat. La diligence et l'obéissance inconditionnelle aux ordres étaient particulièrement utiles pour mener des actions punitives et des exécutions. Là où les Russes pouvaient tressaillir, les Chinois agissaient précisément et sans émotion.

Mouvement blanc, affiche de la Révolution russe, un sacrifice à l'International, 1918

Tous n'étaient pas communistes ou tenaillés par la haine de l'ennemi de classe. Beaucoup traitaient les batailles avec l'ennemi et l'exécution de paysans et d’ouvriers rebelles avec une même indifférence, comme un travail de routine pour lequel ils recevaient un salaire.

>>> Pourquoi le Japon n’a-t-il pas attaqué l’URSS pendant la Seconde Guerre mondiale?

La poétesse Zinaïda Hippius, qui vivait à Petrograd (Saint-Pétersbourg) avant son évasion de la Russie soviétique à la fin de 1919, écrivait dans son journal : « Savez-vous ce qu'est la viande chinoise ? Voilà ce que c'est : les cadavres de gardes blancs exécutés, comme vous le savez, sont jetés par la Tchéka aux animaux du jardin zoologique... Ce sont les Chinois qui les fusillent. Ici et à Moscou. Mais lorsqu'ils tuent, comme lorsqu'ils envoient les cadavres pour les animaux, les Chinois pillent. Tous les cadavres ne sont pas restitués, les plus jeunes sont volés et vendus sous l'apparence du veau... Le Dr N. a acheté de la viande "avec un os", - il a reconnu un humain... Toute une famille a été empoisonnée à Moscou... »

« Une attaque rapide par des éclaireurs à pied et le 1er bataillon est venue à bout des Chinois, a rappelé l'officier blanc Anton Tourkoul : Environ trois cents ont été capturés. Beaucoup avaient sur leurs doigts des alliances en or des fusillés, dans leurs poches, des étuis à cigarettes et des montres, également pris aux victimes. Les bourreaux asiatiques de la Tchéka, avec leur puanteur de rat, leurs cheveux de feutre noir, leurs visages plats et sombres, ont irrité nos hommes. Les trois cents Chinois ont été abattus ». 

Après la guerre

À l’issue de la guerre civile, les Chinois ont continué à servir dans les rangs de la police, de l'Armée rouge et des services spéciaux soviétiques. Ils ont combattu le banditisme et veillé sur les routes permettant la livraison de nourriture aux provinces affamées pendant la famine de masse de 1921-1922, qui a tué jusqu'à 5 millions de personnes.

Des centaines de personnes ont décidé de rester pour toujours en Union soviétique. Certains ont épousé des femmes russes et sont allés travailler dans l'industrie et l'agriculture. Ainsi, Cha Yan-chi, après des études pour devenir agronome, a activement développé la riziculture dans le Caucase du Nord.

Mao Zedong en 1939

La plupart des « Chinois rouges » sont cependant retournés dans leur patrie. Fort d’une riche expérience de combat et d’une formation spécialisée supplémentaire, ils ont aidé Mao Zedong à y établir un régime socialiste et sont rapidement devenus le noyau du Parti communiste chinois.

Dans cette publication découvrez quatre conflits armés qui ont opposé la Russie et la Chine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies